Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #temoignages d'adoptants tag

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Publié le par Podencostory

Rappelons-nous, Jenny petite podenca qui vivait dans des conditions terribles en Espagne, machine à reproduire, pendant 3 ans!

Des conditions de vie dramatiques, même pas d'abri digne de ce nom... et de la maltraitance quotidienne! Petite podenca qui manquait de tout, de soins, de nourriture, de chaleur, d'attention!

Les bénévoles qui l'avaient repérée en Espagne, qui avaient vu toute sa détresse, n'ont pas lâché et, après des mois de lutte acharnée, ont réussi à la récupérer!

Petite Jenny que j'avais vu à Madrid lors d'un sauvetage. Le regard vide... comme posée là...

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Jenny partageait le box avec 2 petites podencas que nous ramenions en France... C'est ainsi que je l'ai connue.

Jenny à droite

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Ce jour là, on est parties sans Jenny, mais l'Europe des Lévriers a décidé de la prendre en charge et elle arrivait chez moi en famille d'accueil quelques semaines plus tard.

Jenny, quel parcours!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Quand on parle de lévriers traumatisés, on imagine souvent un chien qui a peur, qui va tenter de fuir, qui va éviter le contact, de vous regarder, de vous approcher... et c'est vrai qu'il y a ce type de lévriers traumatisés.

Et puis il y a les traumatismes plus enfouis, qui ne s'expriment pas ou plus. Le chien est passif, comme s'il n'attendait que les coups, comme s'il savait qu'il ne pourrait pas y échapper et que courir, s'enfuir, trembler, ne sert plus à rien. Soumis, non, pire, résigné à subir encore et encore... sans échappatoire.

Des chiens qui ont un regard vide, qui n'expriment rien, pas de battement de queue, pas de cris, pas de peur, du vide.

Petite Jenny, tu étais comme ça. La joie t'avait quittée, la peur de t'exprimer, ne serait-ce qu'un peu, faisait de toi un chien meurtri, sans émotions, comme en suspens.

Petite jenny, qui a été adopté le jour de son arrivée, mais qui a été rendue 1 semaine plus tard, ses adoptants disant d'elle "c'est pas joyeux"...

Si peu de patience pour ces chiens qui reviennent de l'enfer et à qui on demande d'être heureux, joyeux, et surtout reconnaissants... tout de suite!

Et non petite Jenny, tu n'étais pas joyeuse, et en plus tu avais grogné... Qu'avait tu fais là!

Pour tes adoptants, un signe d'agressivité, pour moi, le signe de ta peur, de ton malaise. Mais aussi un premier signe de communication vers nous... "laissez moi tranquille, je ne cherche pas le conflit".

Tu reviens de tellement loin, tu t'es protégée de tout ce que tu as vécu, en mettant un mur entre toi et le reste du monde... Entre toi et tes bourreaux, mais aussi sans le vouloir entre toi et une main bienveillante... Tu t'es renfermée tellement profondément pour survivre.

Alors on a travaillé! Et Jenny s'est fait violence, et a progressé, à son rythme, et ça m'a semblé long parfois, mais quand on la voit aujourd'hui, quelle joie!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Et puis LA rencontre, dans des conditions pas faciles, le décès d'une podenca, Hoppy. Une adoptante en détresse, et moi famille d'accueil de Jenny, depuis 8 mois, dans une souffrance à l'idée de la laisser partir, de me tromper, de la donner à la mauvaise personne...

L'adoption se concrétise et Jenny rejoint sa famille!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Et cela fait maintenant 1 an que Jenny partage la vie de Florence et ses enfants. Jenny a maintenant une famille!

Une famille qui l'aime, qui la protège, qui la respecte! Une famille qui a réussi à la faire progresser encore plus, par sa patience et sa bienveillance!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Une famille extraordinaire qui a fait 2 heureuses, Jenny et... moi, sa famille d'accueil qui dort tranquille le soir quand je pense à elle car je sais qu'elle est bien, qu'elle ne pourrait pas être mieux qu'avec toi, Florence!

Alors je vous propose de partager par ces photos, quelques moments choisis... de la renaissance de notre Nini!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Merci, Florence, de prendre soin de cette merveilleuse Jenny, chaque jour, chaque instant, et aussi bien...

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Voir les commentaires

Encore un message d'amour d'un adoptant vers son podenco...

Publié le par Podencostory

Encore un message d'amour d'un adoptant vers son podenco...

Hé hé, vous savez quoi ?

Et bah lui, c'est Doug lévrier Podenco Ibizenco, 2 ans et demi, origines inconnues ( croisement entre une chèvre transgénique et un poney fortement atteint d'autisme ) récupéré en Espagne, là où il aurait eu une vie pleine de maltraitance s'il ne s'était pas enfuit étant petit ( pas si bête en fait quand il veut héhé ) ...

Et vous savez quoi aussi ? Bah c'est notre chien. En fait non, c'est pas notre chien, c'est notre bébé, c'est notre perle rare, c'est celui qui rend nos journées tellement agréables, c'est celui qui a le pouvoir de nous regarder, seulement nous regarder avec ses grands yeux verts, pour nous faire aller mieux dans les moments difficiles ...

C'est vrai qu'il est tout sauf un chien ( et à la base on voulait un chien ), c'est une espèce non identifié qui est capable de faire rire n'importe qui avec ses positions bizarres, qui est capable de charmer n'importe qui rien qu'avec ses oreilles, et qui est capable de combler une famille, d'ajouter une touche de bonheur à notre quotidien.

C'est celui qui est avec nous depuis maintenant 1 an, 2 mois et 20 jours et qui le restera pour toujours quoi qu'il arrive.

Finalement, Je crois qu'on l'aime de tout notre coeur, tout simplement.

Doug's family!

Voir les commentaires

Angélique, adoptante de Darco, une voix pour les podencos!

Publié le par Podencostory

Angélique, adoptante de Darco, une voix pour les podencos!

Les podencos méritent un regard...

Le podenco comme le galgo est un lévrier. Il est utilisé pour la chasse et n'est pas épargné par la maltraitance que son maitre chasseur lui fait subir.Qui peut mieux parler du podenco que le podenco lui-même?Et que nous dirait ce grand tendre aux grandes oreilles s'il pouvait parler?

Et bien, il nous dirait qu’il a été l’un des premiers lévriers à fouler les terres de l'Égypte Antique, adoré comme un Dieu. Anubis lui aurait emprunté sa tête…Les podencos méritent un regard

A l’époque de l’Espagne Médiévale, il était protégé sur les terres espagnoles par des lois.

Mais son sort, au fil des siècles, a bien changé. Aujourd’hui, ce noble chasseur du moyen âge n’est plus qu’une bête servile.

Qu’il est bien loin le temps où il était respecté et aimé !


Mais que s’est-il passé ?

Comment est-il devenu, au fil du temps, un « outil de chasse », « un objet » comme un autre, sans dignité et dont la vie n’a aucune importance ?

Il nous dirait de ne pas le chercher, dans son pays, tenu en laisse, en train de courir dans les parcs avec ses congénères.

Il nous dirait de le chercher plus loin, perdu dans la campagne, parce qu’il vit et est élevé dans des fermes en ruine, des boxes dans la pénombre, voire le noir complet, dans ses excréments et les ordures et n’a presque rien à boire ni manger, loin de la chaleur d’un foyer aimant, d’une niche et de la main de l’homme qui le caresse.


Il vous dirait qu’il n’est sur terre, que pour servir son maître, pour lui rapporter le plus beau gibier lors de parties de chasse.

Mais comment rapporter de belles proies quand on a été affamé, privé d’eau ? Quand on a le ventre vide ? Comment courir quand on n’a plus de forces ? Comment ne pas résister à dévorer la proie que l’on doit ramener à son bourreau de maître ?

Il nous dirait que s'il attrape un lapin alors peut être son châtiment sera moins pénible que pour les autres. Ceux qui n’ont rien eu, ceux qui ont discrédité l’Honneur de leur maître chasseur. Eux alors devront souffrir avant de mourir !

Et tout cela dans l’indifférence des pays européens. Lui, le laissé pour compte dans son pays, et aux yeux même de certaines associations.

Torturé à mort dans son pays, que lui reste t'il à ce grand tendre aux grandes oreilles en dehors de la mort ?


Est-ce là sa seule délivrance ?

Il vous dirait, qu’il n’a pas la classe du Galgo, l’élégance de l’Afghan, la finesse du Whippet.

Pas assez distingué pour se promener au bras de sa maîtresse en ville. Moins beau : mais tous les goûts sont dans la nature…
Pas assez bien pour mériter de figurer au FCI, lui, la race canine primitive espagnole ! Lui, le chien rustique des campagnes.

Il vous dirait que beaucoup disent de lui, qu’il est bien moins calme, plus joueur, plus agressif, fugueur que son cousin le Galgo.

Mais que chaque chien est unique et son caractère ne dépend pas de sa race mais de la façon dont on l’élève.

Pourquoi ai-je voulu prendre la défense du Podenco ?

Parce-que souvent ils ont les yeux verts, et un regard à vous transpercer l’âme… Et puis avant, j’étais comme beaucoup d’entre nous, indifférente à cette race de chien ! Avant quoi me direz-vous ? Avant de tomber sous le charme de mon loulou, magnifique ambassadeur des Podencos ! Son charme et son regard m’ont fait fondre, et j’ai réalisé qu’il n’avait rien à envier aux Galgos question prestance !

Monsieur adore prendre la pose devant l’objectif, très conscient de son pouvoir de séduction ! Comme disent nos amis canadiens, « je suis tombée en amour » !


Aujourd’hui, je ne peux me résigner devant le triste sort des Podencos, encore pire que celui des Galgos ! Alors, sauvons les Galgos mais aussi les Podencos !

Ne les oublions pas !

Il en existe des petits (10 kg), des moyens (16kg) et des grands (28 kg).

Il y en a forcément un pour vous !

Parce-que souvent ils ont les yeux verts, et un regard à vous transpercer l’âme… Et puis avant, j’étais comme beaucoup d’entre nous, indifférente à cette race de chien !
Avant quoi me direz-vous ? Avant de tomber sous le charme de mon loulou, magnifique ambassadeur des Podencos ! Son charme et son regard m’ont fait fondre, et j’ai réalisé qu’il n’avait rien à envier aux Galgos question prestance !

Monsieur adore prendre la pose devant l’objectif, très conscient de son pouvoir de séduction ! Comme disent nos amis canadiens, « je suis tombée en amour » !

Aujourd’hui, je ne peux me résigner devant le triste sort des Podencos, encore pire que celui des Galgos ! Alors, sauvons les Galgos mais aussi les Podencos !

Angélique, adoptante de Darco

Le CREL vous propose à l'adoption ses podencos, n'hésitez pas à aller visiter le site: http://www.crel.fr/

Ils vous attendent!!

Voir les commentaires

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Publié le par Podencostory

Morena, 8 ans d'Espagne,

8 ans d'Enfer!

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Les chiens et les chats ont toujours fait partie intégrante de ma vie.

J'en ai eu beaucoup car il n'était pas question de trouver un animal et de l'emmener à la SPA, notre porte a toujours été ouverte pour eux.

Puis un jour, découverte d'Internet et de Facebook, un réseau social avec lequel j'ai très vite trouvé des amis dans la PA. Inutile de dire que je ne m'attendais pas à découvrir autant de cruauté envers les animaux, les images sont dures, choquantes, et j'ai bien failli tout arrêter avant de me pencher sur le sort de ces pauvres chiens d'Espagne : les galgos et les podencos.

Très touchée par leur souffrance, j'ai donné un maximum de mon temps pour les faire connaître, et aujourd'hui j'ai adopté depuis deux mois une croisée podenca "Morena" et à cause de leur "double peine", je vais exclusivement consacrer mon temps à les aider.

Désirant adopter un podenco, je m'étais dit : ils sont magnifiques avec leurs grandes oreilles dressées, certains sont couleur bronze, d'autres blancs et caramel, et je n'avais que l’embarras du choix. Je pensais sans doute avoir l'intention d'adopter un superbe podenco, peut être même un des plus beaux!

Mais c'était sans compter avec la voie que je m'étais toujours tracée concernant les animaux !

Le plus beau ?

Pourquoi?

Adopter un chien, c'est un geste d'amour et peu importe qu'il soit beau!

Les plus beaux seront sans doute adoptés en premier, alors je choisirai non pas un podenco, mais un croisé podenco, peu importe la couleur, la longueur de ses oreilles, et s'il est borgne, je le prendrai aussi.

L'essentiel est de faire sortir du refuge un chien qui a souffert et qui risque de rester derrière les barreaux.

Un jour, j'ai vu sur un site la photo d'une croisée podenca avec ce commentaire : "un exemple de la pire maltraitance qui soit. "Cette chienne, après avoir chassé, est restée pendant des mois dans un cagibi noir avec du pain sec comme seule nourriture".

Il faut dire que dans son malheur, elle a quand même eu de la chance d'échapper à la mort car le maître étant devenu fou, il a été conduit à l'asile et Morena s'est retrouvée au refuge.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Impossible de détacher mes yeux de cette photo, pendant deux jours, jour et nuit, je ne voyais qu'elle.

La décision était prise, c'est elle qui viendrait rejoindre notre famille et mes deux autres chiens.

Trois longues semaines d'attente se sont écoulées, puis le grand jour, son arrivée à Bordeaux, avec d'autres chiens d'Espagn

Plus fragile, plus craintive et surtout plus traumatisée que les autres chiens arrivés avec elle, le malheur a voulu qu'elle trouve le moyen de s'échapper dans un lotissement et ce fut le chaos.

Je l'avais tellement attendue, espérée, que ce fut pour moi un effondrement total. Il ne m'était pas possible de croire qu'après autant de souffrance et des heures passée à remonter du sud de l'Espagne, elle risquait d'être perdue à jamais et de se faire écraser.

Elle était déjà dans mon coeur, la petite Morena, j'aurais voulu la caresser, la câliner, lui dire que la vie commençait pour elle.

Trois jours encore d'une longue attente, puis un coup de téléphone : on a retrouvé Morena. Inutile de dire que je n'ai pas perdu de temps pour aller la chercher.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Aujourd'hui elle vit au sein de notre famille, c'est une puce de 12 kg qui adore les enfants.

Elle est vive, intelligente, rusée mais voleuse. On ne peut pas lui en vouloir, elle ne connait rien de la vie en famille, elle a tellement manqué de nourriture.

Elle a peur de tout, du moindre bruit, du moindre geste; nous devons même faire attention à ne pas élever la voix.

Elle nous montre qu'elle a confiance en nous, mais elle est soumise, elle a toujours peur d'être battue. Pourtant, c'est une grande coquine, une vrai fripouille, elle nous observe, surveille ou nous sommes pour filer à l'anglaise à pas feutrés et sauter la clôture de l’étang pour courser les canards sauvages; dix fois par jour, il faut appeler Morena et quand Morena revient, la tête basse, il n'y a pas de punition.

L'apprentissage sera très long, c'est comme ça avec les chiens d'Espagne.

C'est un ange de douceur, comme tous les lévriers, et un bonheur à part entière.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Oh, ce n'est pas la plus belle! Mais pour moi, si, c'est la plus belle.

Elle est ma petite reine débordante de vie et de tendresse et quand je la vois courir en liberté, mon coeur déborde de joie !

Je t'aime, ma Morena


Cathy Marquet

Voir les commentaires

Geek, chien lambda ou presque! Témoignage d'une adoptante

Publié le par Podencostory

Geek, chien lambda ou presque! Témoignage d'une adoptante

Deux billes couleur ambre me fixent en permanence. Sa truffe, toute claire, est collée contre mon mollet, et se repositionne a chaque pas. Toujours un peu derrière, en retrait, durant les premières minutes de la ballade. Une question de survie je suppose. Du moins au début. « La survie pour les nuls », Geek aurait pu l'écrire…

Geek, c’est le chien avec un interrupteur dans la tête. Elle comprend tout du premier coup, s’adapte, comprend, écoute. Tant qu’elle n’a pas peur. Et la… elle disjoncte littéralement. Je l’ai compris très vite, le jour même ou je l’ai rencontrée. Durant le trajet de la voiture jusqu'à la maison. Nous avons croisé une poussette, elle est devenue incontrôlable. Elle tremblait, hurlait, tirait, cherchait a fuir. A cet instant j’ai compris l’ampleur de la tache qui m’attendait. Instinctivement, je suis devenue encore plus prudente qu’elle, et j’ai anticipé. Camions, poussettes, vélos, motos, enfants, balayeurs, personnes âgées avec une canne.

Je continue aujourd’hui encore, même si c’est de moins en moins nécessaire. Parfois, je m’attends a un drame, m’arrête, me retourne vers elle, pour la trouver le sourcil froncé, un petit air de « M’enfin ? Qu’est-ce que tu fais ? Tu attends quoi ? » Que voulez-vous ? Avec un nom pareil, il est normal qu’elle apprenne plus vite que moi…

Geek, chien lambda ou presque! Témoignage d'une adoptante

Depuis 6 ans je vis avec un chien/rat qui n’a peur de rien… 3,8kg d’amour et de bonne humeur. Azelle a la truffe conquérante, les oreilles curieuses. Le monde entier est son ami. Canards, poules, escargots, moutons, chevaux… Elle aperçoit un truc qui bouge et fonce comme une flèche « Hé copain, copain, on joue ? » J’ai pensé a lui prendre un copain ou une copine, je voulais faire une bonne action. Pourquoi aller chez un éleveur quand je peux rendre un chien heureux ?

L’idée, un peu prétentieuse, je l'admets, était d’en prendre un que je pourrais réconcilier avec l’espèce humaine. Je ne sais plus trop comment je suis arrivée sur le site de l’Europe des Lévriers. On m’a parlé de 3 petites podencas. Geek, Vicky et Maruja. Je n’ai pas pu choisir. Choisir celle que je sauvais, c’était abandonner les deux autres a leur triste sort. J’ai dit a Katia de choisir pour moi, en fonction de l’urgence. J’avais a peine vu quelques photos de Geek, son histoire m’avait émue. Lorsque je l’ai récupérée, j'étais préparée à des tonnes de difficultés. Elles ont été inexistantes. Geek m'a donné son amour. Tout de suite. Elle était comme affamée de câlins, de présence, d'attention. La seule chose que j'ai dû gagner, c'est sa confiance.

Geek, chien lambda ou presque! Témoignage d'une adoptante

Et ça en dit long: un podenco peut vous aimer, et se méfier de vous en même temps. Et après tout ce qu'il a vécu, avoir la force d'apprendre à vous faire confiance. Un podenco peut avoir été maltraité pendant toute sa vie, et avoir encore le courage de venir vers vous, en rampant, pour quémander un câlin. Un podenco peut avoir connu la faim toute sa vie, et choisir d'aller vers vous pour une caresse au lieu de filer droit vers sa gamelle. Le jour où, pendant une ballade, elle s'est fait une grosse frayeur et a couru se réfugier à mes pieds au lieu de chercher à fuir, j'ai compris que j'avais gagné: j'étais devenue SA maîtresse. Et comme me l'a si bien appris le renard du Petit Prince: "Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé"

Geek, chien lambda ou presque! Témoignage d'une adoptante

La nuit, elle oublie. Abandonnée dans le sommeil, je découvre une petite bouillotte toute molle, confiante. Tout en lui grattant négligemment une oreille, un calcul me tient éveillée : deux portées par an, pendant quatre ans… Combien de chiots ? Combien encore en vie ? Combien maltraités, affamés. Combien abandonnés ? Combien déjà morts ? Parfois, je me tourne vers elle et lui murmure « Ou ils sont tes bébés ma jolie ? » Elle ouvre paresseusement une paupière, soupire, et se rendort. C’est la seule chose sur laquelle nous ne nous ressemblons pas. La nuit, pour elle, il est important d’oublier. Pour moi, il est important de se souvenir…

Caroline Laperdrix, adoptante de Geek

Voir les commentaires

Adopter un chien anxieux

Publié le par Podencostory

Adopter un chien anxieux

Dina a été trouvée dans les montagnes du nord de l'Espagne par une bénévole qui était en vacances.

Elle était entourée de fils barbelés, l’œil crevé et sa queue avait été coupée peu de temps avant... Elle n'avait que 5 mois... Que s'est-il passé? On ne le saura jamais, mais Dina a dû beaucoup souffrir.

Dina est restée en famille d'accueil en Espagne et a été opérée de l’œil, mais il n'a pas pu être sauvé. Après trois mois dans cette famille, je l'adopte et elle arrive en France.

Pour la petite anecdote, c'est une de mes voisines qui me l'a ramenée. En effet, à l'époque, je vivais à Paris, avec Iris, ma première podenca et, au bout de quelques mois, les personnes de mon quartier m'interpellent me disant "y a une podenca qui vient d'arriver d’Espagne"?

J'étais très heureuse et impatiente de les rencontrer, les adoptants de lévriers sont toujours émus de rencontrer d'autres adoptants et d'autres lévriers rescapés. Avec Maria, l'adoptante, on s'est cherché pendant quelques semaines! On ne sortait pas aux mêmes heures.

Et puis, un jour, on s'est enfin croisé! Nous étions contentes de nous raconter nos histoires de lévriers, Maria avait adopté une galga.

Maria connaissait mon intention d'adopter un autre podenco, mais rien de plus! Le week-end du sauvetage, j'ai un appel, c'est Maria! Elle était en sauvetage et avait Dina dans sa voiture! Elle avait lu sa fiche et avait vu qu'elle venait chez moi! Donc, la première rencontre s'est faite sur le terre-plein de notre quartier.

Première rencontre. On a rendez-vous sur le terre-plein à 20 heures, pour présenter Iris à Dina dans un lieu neutre.

J'aperçois Dina, toute blanche, maigre (on voit tous ses os) tirant sur sa laisse. Elle a l'air complètement perdu. Je la caresse, lui montre Iris, mais elle est trop nerveuse, ne voit rien, ne sent rien!

On monte à la maison, Iris défend son territoire et ne réserve pas le meilleur accueil à Dina, qui ne sait pas où se mettre.

Pauvre Dina, on ne dort pas de la nuit et on sort faire un tour à 5 heures du matin. Et là, on voit Maria qui promène sa galga avant de partir travailler. Dina connait Maria depuis 2 jours, mais elle est heureuse de la voir, elle lui fait la fête, veut partir avec elle.

Ces chiens, quand vous allez les chercher en Espagne, ils sont tellement livrés à eux-mêmes, ils ont été maltraités, torturés et, malgré tout, beaucoup s'attachent à vous immédiatement. C'est tellement soudain pour eux, cette bienveillance, une main qui ne frappe pas, de la douceur, qu'il y a un lien presque immédiat. C'est une émotion très forte.

Pour Dina, Maria était devenue en 2 jours, son repère, celle qui la sécurisait... Après 1 mois à la maison, elle était contente de voir Maria, mais elle voulait rester avec nous.

Dina nous a tout fait!!! Tout! Un monstre, avec des belles dents qu'elle devait affuter en secret pour pouvoir s'en prendre à tous nos meubles, nos CD, notre canapé, si, si... Une belle voix de ténor, qu'elle devait bien sûr entretenir en faisant des vocalises pendant nos absences et, pour finir, des griffes à la Freddy Krueger pour faire du flamenco sur le parquet!

Adopter un chien anxieux

"Adoptez un lévrier ils disaient, ce sera que du bonheur."

C'est sûr que, quand il vous a tout "bouffé" et que vous avez été expulsé de votre appartement, comme il reste plus que lui, vous êtes contente de l'avoir, forcément!

6 mois difficiles! Vous rentrez chez vous, enfin dans ce qui vous reste de chez vous, la peur au ventre, en vous demandant ce qu'elle a bien pu imaginer aujourd'hui.

Nos voisins ont été extraordinaires, d'une patience incroyable! Je pense que, quand ils la croisaient dans les escaliers, ils avaient envie de l'étrangler, mais ce qui sortait c'était "oh la pauvre louloute", "elle va s'adapter"!

Dans ces cas là, vous aussi vous êtes super imaginative, pleine de ressources! On est pas des bleus, on en a maté des plus costauds que toi, allez les filles, allez les gars!

Donc, les méthodes comportementales liées à l’hyper-attachement et à l'anxiété n'ont plus de secret pour moi.

Ne pas trop faire de câlins, ritualiser, ne pas marquer son départ par une caresse ou autre chose, ne pas faire attention à l'état de la pièce quand vous rentrez. J'avoue, c'est dur! Quand vous voyez votre Ipod trôner tout en haut de la magnifique montagne d'objets mâchouillés, y a comme un petit pincement... Mais faut rien montrer. Du sang froid, que diable!

Après, vous avez la surveillance par internet! Si si, ça existe! Comme j'avais lu qu'une petite pièce rassurait l'animal, la bête, le monstre, pardon je m'égare... Dina était dans le bureau, avec l'ordinateur. Donc, la surveillance internet consiste à enregistrer sa voix, et l'ordinateur détecte l'aboiement et déclenche votre message " non, non Dina, chuuuttt, tu te tais..." Bon ça n'a pas marché sur la bête!

Puis, je me suis dit: "je vais la filmer, voir ce qui se passe et ce qui déclenche l'aboiement ou les destructions". Du coup, je la laisse dans le salon, ce qui me permet de mettre ma caméra en hauteur.

Quelle bonne idée, si vous êtes un peu masochiste, faites comme moi, c'est que du bonheur au visionnage!

Donc, je vois passer Dina, en crabe, puis en flamenco, elle invitait Iris à jouer.

Adopter un chien anxieux

Après, je les vois sauter sur les canapés, je vois des couvertures, des coussins passés et puis Dina, au milieu du salon, droite comme un I, aboyant dans le vide et déchiquetant ensuite un coussin. J'ai pas pu regarder la suite... Pire qu'un film d'horreur! Vous savez, quand vous regardez avec les mains devant les yeux.

Enfin, il y a eu SOS véto. Nous avons tenté les phéromones: collier, prise électrique, toute la gamme! Ces substances naturelles sont censées calmer votre animal. Elle a bouffé la prise!

Tout cela a aidé Dina, mais n'a pas résolu le problème des aboiements et destructions!

Après 6 mois, vous vous dîtes que ce n'est plus possible! Pour vos voisins, vous-même, il faut que cela s'arrête!

Donc, avec mon vétérinaire, on en discute et on aborde le collier à la citronnelle! Je n'ai pas envie d'en arriver là, ça me culpabilise. Mon véto m'explique que ce n'est pas nocif et qu'avec tout ce que je fais à côté (ritualisation...), ça peut m'aider. Le collier, en fait, détecte les aboiements et, si le chien aboie, il déclenche un jet de citronnelle vers le nez de votre chien.

Bon, j'achète un collier, le mets à Dina et plus rien! Plus d'aboiements, plus de destructions....

Elle a gardé son collier un mois, elle n'aboyait plus, car elle ne sentait jamais la citronnelle. Après, on lui a mis un collier normal pour la leurrer, et, au bout de 2 mois, plus rien! Elle n'a jamais plus aboyé ou fait de destructions pendant nos absences, sage comme une image.

Alors, je ne fais pas l'apologie de ce type de collier, mais quand, comme moi, vous avez essayé d'autres méthodes avant, que les comportements gênants perdurent et que vous associez le collier à une thérapie comportementale, je pense que cela peut aider.

Dina a 12 ans maintenant, elle est adorable! Pas une bêtise!

C'est une chienne très sensible, mais qui n'en fait qu'a sa tête! C'est ce qui fait son charme aussi. Je suis ravie d'avoir persévéré, car j'adore cette podenca; Elle m'en a fait voir de toutes les couleurs, mais bon... vu ce que nous autres, les humains, leur faisons subir, ils ont de la marge!

Je vous raconterai prochainement les aventures de Dina et le rappel! C'est bien sympa aussi!

Alors, si vous adoptez un chien anxieux et qui fait des bêtises, les petits conseils que je peux vous donner après mon expérience avec Dina et mes expériences de famille d'accueil sont:

- mettre en place une relation adaptée à ce type de problème: ritualisation, pas trop de câlins, être indifférent quand vous partez et quand vous revenez, refusez que votre chien vous suive partout;

- le mettre, si besoin, dans une petite pièce où il n'y a rien, avec ses jouets, voire une cage assez grande ( que si vous partez peu de temps, jusqu’à 4 heures max) cela le rassure et vous évitera de nombreuses destructions;

- avoir un bon sens de l'humour et du sang froid;

- acheter ses meubles chez Ikéa plutôt que chez Roche Bobois;

- être patient et, surtout, ne jamais céder à la colère, en tout cas: ne pas la passer sur votre chien, il ne comprendrait pas!

Ces comportements passent toujours, donc soyez patients! Dina vous souhaite plein de bonheur!

Adopter un chien anxieux
Adopter un chien anxieux

Voir les commentaires

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Publié le par Podencostory

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Être famille d'accueil de lévriers d'Espagne! Cela consiste en quoi?

Cet article concerne mon expérience de famille d'accueil. Chaque famille d'accueil vit cette expérience avec sa sensibilité et son mode de fonctionnement propre.

J'ai voulu être famille d'accueil après avoir fait un calcul!

Combien de lévriers je pouvais aider en étant adoptante et combien en étant famille d'accueil?

C'est très simple, vous ne pouvez pas tous les adopter, à un moment donné en fonction des limites et possibilités de chacun, vous ne pouvez plus.

Moi j'en ai 9, plus, ce serait compliqué;

Compliqué en terme de responsabilité: je veux pouvoir garantir à chacun de mes chiens de le garder dans de bonnes conditions jusqu'à la fin de sa vie, c'est un engagement!

Compliqué au niveau financier, car lui garantir des soins cela a un coût!

Donc, je me suis dit, je vais être famille d'accueil; à raison de 3 ou 4 lévriers par an, j'aiderai beaucoup plus de chiens de cette manière.

A ce jour, j'en ai eu 16 sans compter les accueils que j'ai adopté, à la fin.

Kira, Candi, Nuka, Estella, Noémie, Chloé, Tico, Esperanza, Hanna, Grisbi,Jenny, Alana, Poda, Kuma, Rafa, Dunia

Kira, 1 semaine à mon domicile, magnifique galga-podenca, qui fait le bonheur de sa famille:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Alors, comment cela se passe-t-il?

J'ai été famille d'accueil pour différentes associations.

Être famille d'accueil demande de s'engager envers le lévrier et l'association.

S'engager à bien s'en occuper, à le soigner, à l'aider à se socialiser, à lui apprendre les règles de vie d'une maison. S'engager aussi à ne pas le rendre à la première difficulté. Un chien d'accueil peut aboyer en votre absence, faire des dégâts, être agité. Il faut avoir tout cela en tête et accepter de faire face à quelques difficultés.

De plus, une famille d'accueil est responsable du chien d'accueil jusqu'à son adoption et pendant les vacances aussi. Le chien d'accueil a également besoin d'aller se ressourcer à la plage et de faire dorer au soleil!

Esperanza, que j'ai gardé 3 mois, adoptée à Sarlat dans le Périgord:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Le choix du chien

Être famille d'accueil, c'est prendre les chiens qui ont besoin d'être remontés d'Espagne en urgence.

L'urgence, ça peut être une inondation, un risque de vol, mais aussi un animal qui vit dans des conditions très difficiles (surnombre, vieux chiens souffrant du froid, chiots...).

En Andalousie, chaque année, certains refuges sont inondés et doivent mettre leurs chiens à l'abri des eaux, de l'humidité. D'autres chiens, faute de place dans les refuges, vivent dans des conditions difficiles, cabanes, hangars... D'autres encore, parce qu'ils sont très beaux ou performants, peuvent être volés. Les vieux et les jeunes chiens souffrent des conditions de vie difficiles dans les refuges. Les chiots ont du mal à résister et, faute de famille d'accueil, ils ne survivent pas. Il y a aussi les chiens blessés et, vous savez qu'en Espagne, ils sont nombreux dans ce cas.

C'est l'association qui détermine les urgences et qui place les chiens dans les familles disponibles. Par exemple, les lévriers traumatisés ont besoin d'un accueil spécifique et adapté en France avant leur adoption.

En étant famille d'accueil, j'ai pu aussi être entendue et demander à remonter un chien qui était au refuge depuis des mois ou des podencos, moins adoptés que les galgos.

Ainsi, j'ai pu remonter Chloé qui était au refuge à Madrid depuis 6 mois ou encore Tico, Hanna et Luisa.

Chloé, 10 jours à mon domicile, adoptée à Bordeaux:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

J'ai toujours fait attention à ne pas faire de l'adoption déguisée! C'est-à-dire craquer sur un chien, le prendre en famille d'accueil avec l'idée de l'adopter derrière. Pourquoi? (encore une fois, cela n'engage que moi et je ne juge pas ceux qui font différemment) parce que je ne veux pas avoir le sentiment d'avoir un chien à l'essai.

En fonction de son comportement, je l'adopte ou non! Pour moi, une adoption, c'est on prend un chien et on fait avec! C'est un peu brut, mais c'est comme cela que je le ressens.

Non pas que je n'ai pas été tentée, mais je me fais violence. Car si j'en garde un, pourquoi pas les autres?

Donc, je n'ai jamais adopté un chien d'accueil "par choix", en craquant sur sa jolie bouille ou son super comportement.

J'ai adopté certains chiens d’accueil après des retours d'adoption car en effet dans ce cas je ne peux pas me contraindre à leur faire revivre une nouvelle rupture. Comme Ron, Carry ou Luisa.

Et je ne suis plus famille d’accueil car ma dernière expérience avec Ebro m'a montrée que je n'arrivai plus à les laisser partir.Et non c'est pas le but!

En juin 2011, Luisa que j'avais chez moi en accueil depuis 5 mois, c'est sauvé de chez ses adoptants au bout d'une heure de placement. J'ai traqué cette petite chienne très craintive pendant 7 heures et je l'ai retrouvé par miracle car on n'avait très peu de chance vu la taille et le traumatisme de la récupérer. Cette expérience a été tellement violente pour elle et pour moi que j'ai décidé qu'on se se quitterait plus!

Pour ma petite Roxy, je savais que cela allait être compliqué, je devais l'avoir en accueil et j'étais dans une période ou je rêvais d'avoir un petit chien, de petite taille...

A chaque sauvetage, dès qu'il y avait un petit podenco, j'étais tentée de l'adopter.

Quand Béatrice, la présidente de l'Europe des Lévriers, m'a demandé de prendre Roxy, je savais que cela allait être compliqué pour moi! Donc, je l'ai adoptée avant son arrivée, comme ça j'étais au clair avec moi même!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Au quotidien

Je m'occupe de mes chiens d'accueil comme de mes autres chiens, je ne fais pas de différence. La différence, je la connais: ils partiront à un moment donné, mais, dans notre quotidien, ils vivent tous de la même manière.

Je me suis longuement interrogée sur les questions d'éducation. Dois-je les laisser monter sur les canapés ou pas? Où vont-ils dormir? Dois-je faire des différences?

Dans la vie professionnelle, je suis éducatrice spécialisée en protection de l'enfance et la question de la distance se pose toujours.

Comment aider sans se rendre indispensable à l'autre, un autre qui doit, à un moment donné, partir?

C'est une question qui se pose aussi en tant que famille d'accueil pour chien.

Ma réponse est de dire que c'est avec soi qu'il faut avoir la distance, avec ses propres émotions, et pas avec l'animal ou avec l'humain.

Faire moins de câlins à votre chien d'accueil ou refuser qu'il monte sur un canapé, alors que les autres le font, ne va pas, à mon sens, l'aider ou vous aider à mieux vous séparer. De toute façon, il sera triste et vous aussi au moment de la séparation, même si vous l'avez mis au fond du jardin!

Sur les questions d'éducation, nous sommes tous différents, un chien s'adapte très vite! Alors, même s'il monte sur un canapé dans sa famille d'accueil, il pourra en être interdit dans sa famille adoptive sans que cela lui pose des problèmes.

Mes chiens partent avec moi en vacances et ils n'ont pas forcément le droit de monter sur les canapés de tout le monde, ils s'adaptent!

Donc, mes chiens d'accueils sont soumis aux mêmes règles que les autres et ont les même droits! Pour moi, le plus important est qu'ils soient, dans un premier temps, attentifs à leur maitre, sociables avec leur congénères et les autres animaux, calmes à l'intérieur, puis, dans un second temps, propres et non destructeurs.

Après, je suis très vigilante aux symptômes d’hyperattachement et refuse qu'ils me suivent partout, qu'ils demandent trop de câlins, etc. Il ne faut surtout pas laisser faire le chien s'il a ce type de comportement, car la séparation risque d'être très compliquée à gérer pour l'animal.

Il est maintenant difficile d'anticiper ou de résorber l'anxiété de certains chiens avant leur départ. Dina, une de mes chiennes, a vraiment mal vécu le départ de chez sa famille d'accueil.

Non pas que cette dernière n'a pas fait ce qu'il fallait, mais certains chiens sont très anxieux et vous pouvez faire ce que vous voulez, il y aura des difficultés à la séparation. Mais, en même temps, c'est logique, le chien ressent des émotions, comme nous, et, même quand il quitte le refuge misérable où il était confiné, il peut être triste. Il faut accepter aussi les émotions de son chien.

Quand j'ai adopté Maffy, elle a été déprimée la première semaine. Alors oui, en tant qu'adoptant, on a envie que son chien soit heureux tout de suite, heureux d'être au chaud, d'avoir un panier pour se coucher et pas du béton, heureux de lui offrir une gamelle de viande et pas du pain sec.

Mais, Maffy ne connaissait rien d'autre que sa cage et Rosario était sa maîtresse. Après une semaine à la maison, elle était heureuse avec nous.

C'est ce qui fait mon profond respect pour les chiens, ils ne transigent pas avec leurs émotions, tout en gardant une capacité d'adaptation incroyable!

Donc, certains chiens vont mettre un peu de temps à se montrer joyeux après une séparation avec leur famille d'accueil et d'autres non!

Comme s'ils avaient toujours été là! Nuka, que j'avais en famille d'accueil et que j'ai gardé 3 mois, est montée dans la voiture de son adoptante sans se retourner! Merci l'ingratitude! Je dis cela, mais, en fait, j'étais super contente de sa réaction.

Nuka, 3 mois à mon domicile, adoptée en Bretagne, vivant avec sa copine Terre-Neuve et des chevaux:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Les frais

La nourriture est à la charge de la famille d'accueil, les soins vétérinaires peuvent l'être aussi si la famille d'accueil le décide. De mon côté, j'ai beaucoup de frais avec mes chiens et je ne peux pas prendre en charge les soins vétérinaires, c'est donc l'association qui gère cet aspect. Je prends en charge les soins courants, vermifuges, antiparasitaires.

Estella et Noémie (dont je n'ai pas de photo) que j'avais en même temps en accueil, que je n'ai pas pu garder jusqu'à leur adoption et qui ont dû changer de famille d'accueil, car j'ai eu un problème grave à gérer entre deux de mes chiens: C'est la seule fois où j'ai lâché un chien avant son adoption mais je devais régler certaines choses avec me propres chiens qui s'étaient attaqués entre eux, l'horreur!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

L'adoption du lévrier

Le mieux et la plupart des associations fonctionnent comme cela, c'est que dès qu'une demande d'adoption est rédigée, la famille d'accueil est mise en contact avec l'adoptant potentiel pour déterminer si les conditions de vie de l'adoptant sont en adéquation avec les besoins du chien.

Le fait d'avoir un lien avec l'adoptant permet vraiment de se rassurer et de commencer à faire le travail de séparation.

Souvent, j'appréhende le moment de la séparation et le fait d'avoir les adoptants au téléphone et de discuter avec eux me permet de préparer la séparation plus sereinement.

Candy, 2 semaines à mon domicile, qui est maintenant la coqueluche de l'école de ses petits adoptants:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!
Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Et l'affectif dans tout cela?

Bien sûr, voir partir son chien d'accueil est triste, voire très pénible parfois! Mais l'important est qu'il parte pour une vie meilleure dans sa famille définitive.

Je vis difficilement un retour (qu'un de mes chiens d'accueil reviennent à l'adoption), mais, quand tout se passe bien, c'est merveilleux de savoir que vous avez un peu contribué à ce que ce bonheur soit possible!

Après, certains chiens vous touchent plus et vous ne savez pas pourquoi.

Au départ de Tico, j'ai ressenti une tristesse différente de celle que j'avais ressentie pour mes autres chiens d'accueil. Comme si je perdais un chien, avec le sentiment que je ne retrouverai jamais un petit Tico... Ce petit podenco a vraiment quelque chose de très particulier...

Tico, le Tico, à mon domicile 1 mois et demi, ! Adopté en Alsace:

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Là, pour le coup, cela a été pénible et j'y pense souvent, mais je sais qu'il est bien et cela adoucit ma peine.

L'important, dans tout cela, est de faire les choses pour le chien, pour leur survie!

Hanna, restée à mon domicile 4 mois, ma petite muppet, adoptée en Bretagne!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Si on se recentre sur l'animal, cela permet de prendre de la distance avec sa propre émotion et d'aller vers l'essentiel: le bien être du chien d'accueil, le sauvetage des lévriers torturés d'Espagne.

Poda, restée à mon domicile 1 mois, adoptée à Biarritz

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Les Podencos ont besoin de famille d'accueil alors pourquoi ne pas tenter l'aventure?Car même sur la question de l'accueil ils subissent une double peine, moins de famille se proposent pour eux!

Alors ils vous attendent!

Luisa, qui reste avec moi après sa fugue de chez ses adoptants, je l'avais en accueil depuis 5 mois!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Dunia, restée chez moi 2 mois et demi adoptée en Alsace!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Rafa, restée chez moi 1 mois adoptée à Sarlat

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Kuma, a été chez moi 1 mois avant d'être adoptée dans le Périgord!

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Carry et Jenny, Jenny est restée presque 9 mois en accueil

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Alana, 2 mois d'accueil

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Grisbi 1 mois d'accueil

Etre famille d'accueil de lévriers podencos!

Je ne suis plus à l'heure actuelle famille d’accueil sauf pour des urgences pour quelques jours.

Je ne le suis plus car j'ai besoin de retrouver confiance en l'humain après des expériences en protection animale difficiles qui ont puisé très largement dans mon capital confiance!

Des adoptants qui se révèlent maltraitants il y en a, peu mais il y en a et ce malgré des pré visites sérieuses et post visites.  Ce n'est pas toujours évident d'évaluer les conditions d'accueil sur 1 ou 2 visites.

Ce n'est pas  évident non plus de pourvoir intervenir par la suite pour récupérer votre loulou, la loi française étant peu sensible à la condition animale et n'intervenant que quand les conditions de vie sont extrêmes.

Donc je me recharge de bonnes ondes pour reprendre cette activité plus tard, car il s'agit bien de laisser partir le chien en famille et à ce jour bah les chiens je les garde!

Pas possible de les confier à d'autres...donc je m'abstiens!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8