Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #le coin des bobologues tag

Le crapaud, un danger pour le chien!

Publié le par Podencostory

On évoque souvent les rencontres dangereuses pour nos chiens, comme la vipère, les chenilles processionnaires ou encore les frelons, mais beaucoup moins la dangerosité du crapaud!

Le crapaud, un danger pour le chien!

Et pourtant, le crapaud secrète par ses glandes un poison très toxique pour nos chiens. Le danger rester entier même quand le crapaud est mort, le poison étant encore présent sur sa peau.

Le crapaud, un danger pour le chien!

Nos podencos qui sont des grands curieux et adorent les rencontres en tout genre, pourraient facilement être victime d'un crapaud!

Je vous propose donc de lire un article complet sur ce sujet.

Voir les commentaires

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Publié le par Podencostory

Ça ressemble à la Leishmaniose, ça a les symptômes de la Leishmaniose, mais ce n'est pas la Leishmaniose. C'est une pseudo folliculite murale lymphocytaire isthmique rappelant la pelade de Brocq.

Ou comment une petite podenco poilue se retrouve en moins d'un an avec la moitié du pelage disparu et le reste clairsemé.

L'histoire de Java :

Adoptée en Mars 2015 alors qu'elle se trouvait au refuge de Perrikus en Espagne, Java est une croisée podenco à poils durs, en bon état de santé.Dans les deux mois qui ont suivi son arrivée en Normandie, le poil de Java pousse, sans doute la conséquence de la stérilisation .

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Début septembre, je constate qu'elle présente un trou dans son pelage, circulaire et sans blessure ou piqure apparente au niveau du coup. J'en profite pour consulter auprès d'un nouveau vétérinaire qui pratique les médecines douces. Elle diagnostique une allergie suite à une piqure de puces.

Je modifie également la nourriture de Java et j'opte pour une alimentation à base de saumon.

Au bout d'un mois, je remarque que le pelage devient clairsemé au niveau de l'intérieur des pattes et qu'elle a des abrasions autour des yeux. De plus, ses griffes poussent très rapidement et son poil noir est devenu gris et terne. Bien qu'ayant déjà été testé négative pour la Leishmaniose, je demande un deuxième examen. La vétérinaire penche aussi pour cette hypothèse.

Cependant il s agit un test rapide et donc peu fiable. Il est négatif.

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique
La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

En novembre, je retourne donc chez mon vétérinaire habituel, au diable la médecine douce.

Il examine Java, dont le pelage clairsemé à l'intérieur des pattes se transforme en calvitie, qui gagne bientôt le ventre.

Il donne sa langue au chat (et pourtant c est un cabinet avec 3 vétérinaires ayant chacun des compétences) et me dirige vers un spécialiste en dermatologie.

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

En début d'année 2016, arrive le fameux rendez vous auprès du docteur CADOT (je donne son nom car c'en est un … de cadeau). Éminent dermatologue qui participe à des recherches au delà de nos frontières. Il examine Java et conclut que la leishmaniose est envisageable mais pas seulement. Après des examens des poils au microscope, il prescrit des examens sanguins pour recherche de la leishmaniose, erlichiose, autres maladies flippantes et une sérologie complète.

Retour chez les vétérinaires traitants qui effectuent tous les prélèvements. Les deux vétérinaires qui procèdent aux examens penchent aussi pour la leishmaniose : perte de poils, abrasions de la peau autour des yeux, griffes qui poussent anormalement vite, manque d appétit, apathie et comportement tristoune de ma Java.

Au bout de 3 semaines, tous les examens reviennent négatifs ou normaux. Il faut donc passer maintenant à la biopsie cutanée.

Nous sommes maintenant en février 2016, Java a perdu tout son poil sur l'intérieur des pattes, du ventre ; son poil est très clairsemé sur le poitrail, sur les flancs, au niveau du cou. Seule sa queue a été épargnée, elle est restée de couleur noire, à poils courts et durs.

Les biopsies sont effectuées, trois incisions : une sur le dos ou la chute des poils est moindre et deux sur les flancs où elle a quasiment tout perdu. Soit 15 points de suture, une jolie collerette, qui seront retirés quinze jours plus tard.

Février 2016 :

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Je poste les biopsies pour le laboratoire d'anatomie pathologique de Toulouse. De nouvelles hypothèses sont ouvertes : alopécie des robes diluées, etc … des trucs pas sympas et souvent sans traitement.

Puis le 17 février 2016, les résultats :

Java souffre d'une pseudo folliculite murale lymphocytaire isthmique rappelant la pseudo pelade de brocq. Une maladie très rare sur laquelle il existe encore de nombreuses zones d'ombre : notamment son développement. Cependant, on sait certaines choses : la maladie est souvent provoquée par un traumatisme émotionnel comme un décès abandon, maltraitance, mais surtout elle se soigne rapidement et elle n'a pas d'incidence sur les organes.

Il s'agit d'une inflammation des follicules pileux et sans les biopsies, elle n'aurait jamais été diagnostiquée.

Deux traitements existent :

la cortisone, avec tous ce que l'on sait des conséquences sur le foie, les reins, etc mais très efficace

la ciclosporine, qui est utilisée chez l'homme pour éviter les rejets d'organe, mais d'une façon différente chez l'animal et surtout sans conséquence.

On optera pour un mix des deux, avec de la cortisone au départ et un générique du second (sur les conseils du vétérinaire car le traitement coute très cher. Soit deux mois de traitement en espérant que bientôt Java retrouve sa bouille de petite croisée poilue.

Si j'ai choisi d'écrire cet article, c'est en raison des origines de la maladie, nos chiens espagnols ont subi violences, maltraitance, abandon et même si cette maladie est très rare, elle peut en toucher d'autres. Il faut aussi ne pas s'arrêter parce qu'un diagnostic est négatif. J'aurais pu stopper tout une fois la leishmaniose écartée.

J'ai choisi de ne pas abandonner et de poursuivre les recherches grâce à une équipe de vétérinaires formidables et acharnés, malgré le coût des tests et autres visites, examens, etc. Parce qu'en adoptant Java, j'ai fait le serment de la secourir et de lui donner une belle vie.

Et puis, se retrouver “à poil” en Normandie, ce n'est pas une belle vie !

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Sandrine

Voir les commentaires

La dirofilariose

Publié le par Podencostory

La dirofilariose

Quand j'ai adopté Maffy, les tests aux maladies méditerranéennes ont été faits, leishmaniose, ehrlichiose, dirofilariose.

Maffy était positive à la dirofilariose. La dirofilariose est transmise par un moustique. Des parasites s'installent dans le corps de l'animal et migrent vers le coeur, les poumons. Ces parasites qui sont, en fait, des vers, s'installent dans le coeur à l'âge adulte, et des petits vers, appelés microfilaires sont présents dans les veines et les artères de l'animal.

Le traitement, car il y a un traitement, est très contraignant. Il s'étale sur 3 mois et est à base d'arsenic. L'animal doit être au repos pendant toute la durée du traitement afin d'éviter les risques de thrombose.

Avec l'association l'Europe des Lévriers et les bénévoles espagnols, nous avons pris la décision de remonter Maffy et de faire le traitement en France. J'ai beaucoup insisté pour que cela se fasse ici, car ma plus grande crainte était que Maffy, déjà âgée de 10 ans, meurt au refuge pendant le traitement, sans avoir connu la chaleur d'un foyer. Maffy avait, en effet, passé toute sa vie au refuge.

Avant son arrivée, j'avais prévenu mon vétérinaire qui l'attendait. Mon vétérinaire (très compétent, mais aussi humble) m'avait signalé qu'il n'avait jamais traité cette maladie. Mais très peu de vétérinaires français l'ont fait.

La dirofilariose

Quand j'ai récupéré Maffy à Madrid, Cristina, l'extraordinaire bénévole espagnole, m'avait tout préparé: le traitement et le protocole de soins adaptés au cas de Maffy. Avant de traiter l'animal, le vétérinaire doit établir dans quel "protocole de soins" il rentre, en fonction de son âge, de ses symptômes...

Maffy était classée dans le stade "3", le pire... On pouvait lire sur la notice qu'un animal sur deux ne s'en sortait pas à ce stade.

Le problème, c'est que je trouvais des informations sur la maladie, mais pas sur le quotidien du chien pendant le traitement, rien. Aucun témoignage.

Le traitement en stade 3 c'est :

- 15 jours d'aspirine pour fluidifier le sang;

- après 15 jours, première injection d'immiticide (arsenic qui tue les vers adultes);

- 1 semaine après corticoïde retard;

- 1 mois après la première injection, seconde injection d'immiticide;

- 1 semaine après, troisième injection d'immiticide;

- 1 mois après la troisième injection, ivomec (vermifuge qui détruit les microfilaires);

- 15 jours après, administration du dernier ivomec.

Quand je me suis renseignée, j'ai donc appris que l'animal doit être au repos pendant le traitement. Pas de balades. Il ne doit pas non plus courir dans le jardin, aucun effort ne doit être fait.

Le risque étant que les vers produisent, en se détruisant, un bouchon dans une veine et donc une thrombose.

Par contre, personne ne m'avait parlé de l'aspirine, des conséquences des injections, de l'ivomec.

En même temps, cette maladie est rare en France, donc très peu de chiens sont touchés (ces chiens ont d'ailleurs été souvent contaminés pendant des vacances dans les pays concernés par cette maladie et le pourtour méditéranéen). Les vétérinaires et propriétaires n'ont donc aucune expérience de cette maladie et donc aucun conseil à prodiguer, malheureusement.

Donc, voilà la pauvre Maffy embarquée pour 3 mois de traitement! Croyez bien que, quand vous accueillez un chien tout juste adopté, vous voudriez lui offrir autre chose que des piqûres et des nausées! Mais pas le choix.

Alors, déjà l'aspirine (qui permet de fluidifier le sang, afin que les vers quand ils meurent passent plus facilement par les artères et veines).

A cause de l'aspirine, Maffy a eu une inflammation de l'estomac qui l’empêchait de s'alimenter car elle avait trop mal. Donc, petit conseil, prévoyez avec votre véto, pendant les 15 jours d'aspirine, de donner un pansement gastrique dès le début du traitement.

En plus, évitez de lui donner en cachet à croquer, tenter plutôt de dissoudre l'aspirine avec de l'eau et de lui faire avaler à la seringue. Maffy était vraiment dans un sale état à cause de l'aspirine, donc un pansement est indispensable.

Après, 1 ère injection d'l'immiticide. Mon vétérinaire a eu la bonne idée de faire une piqûre anesthésique pour la douleur (car l'injection se fait dans les vertèbres) et une injection de corticoïde tout de suite. Maffy n'a pas souffert pendant l'injection.

Au bout d'une heure, elle a présenté des gros troubles: respiration saccadée, nausée. Elle tournait, n'arrivait pas à se poser, elle allait vraiment très mal. J'ai cru qu'elle allait mourir, c'était horrible! Après un appel désespéré à mon véto qui me dit d'attendre un peu, que c'est normal et de lui amener si dans quelques heures cela ne va pas mieux, je tente de me calmer.

Après 3-4 heures, elle se calme enfin; elle est restée pendant 48 heures avec "une petite mine", on voyait bien qu'elle était mal.

Donc, je vous conseille de faire à chaque injection d'immiticide une injection de corticoïdes, cela va aider un peu. Maffy allait déjà très mal, mais, sans les corticoïdes, je n'ose imaginer.

Je me prépare donc au pire pour la seconde injection et rien! Aucun problème, aucune nausée. En plus, les problèmes d'estomac avaient disparu avec l’arrêt de l'aspirine. Maffy était très en forme et je devais faire attention à ce qu'elle ne s'agite pas trop dans le jardin. Il faut quand même que je vous dise que je me suis fait des grosses frayeurs avec Maffy et l'immiticide. Je la surveillais de près, mais vous ne pouvez pas avoir toujours un œil sur votre chien. En plus, elle a 10 ans, c'est pas une jeunette!

Sauf que, quand j'ai récupéré Maffy, elle était malade, les vers la fatiguaient beaucoup. Mais après deux injections, elle avait moins de vers et ce n'était plus la même Maffy! Je m'en suis rendue compte quand je l'ai vue passer, poils au vent, devant ma terrasse, tel bip bip...

Elle était épanouie comme jamais et, moi, j'étais médusée puis en état d'hystérie! Pensant qu'elle allait tomber raide morte au milieu de la pelouse!

La dirofilariose

J'ai fait beaucoup plus attention par la suite à ma super mamie.

Troisième et dernière injection, aucun problème.

Après, vient le passage à l'ivomec. Maffy a très mal réagi à la première administration et a été malade, 1 bonne semaine. Nausée, diarrhées.

Par contre, elle n'a rien eu lors de la deuxième.

Si, à la première injection d'immiticide et d'ivomec, Maffy a eu une réaction très forte, c'est qu'elle avait beaucoup de vers.

La dirofilariose

Maffy a eu son traitement à 10 ans, a vécu jusqu’à 15 ans, ce qui est bien pour un chien de 40 kgs, et est décédée suite à une tumeur osseuse rien à voir avec la dirofilariose.

La dirofilariose

Voir les commentaires

La Coprophagie

Publié le par Podencostory

Un article qui peut intéresser certains adoptants ou certaines famille d'accueil.

En effet, beaucoup de lévriers venant d'Espagne ont tellement manqué d'apports alimentaires et de stimulation, qu'ils en arrivent à manger leur excrément. Certains podencos survivent en mangeant tout ce qu'il trouve.

J'ai connu trois chiens en tant que famille d'accueil qui était coprophage. Avec le temps ce comportement a disparu.

Christine de Turkheim, l'auteur de cet article, est expert qualifié des quatre races de bouviers suisses, elle est également spécialiste des problèmes de comportement et pratique l'agility, l'obéissance, et le pistage humanitaire avec ses bouviers bernois.

Elle est aussi l'heureuse adoptante du petit et extraordinaire podenco tico alias filibert!

La Coprophagie

Article sur la coprophagie

Ce terme se définit par l’ingestion (phagie) de matière fécale (copro) ; on l’appelle également la scatophagie ; c’est en regardant une de mes chiennes avec ses bébés que m’est venue l’idée de cet article ; dans ce cas là, le léchage des selles, ainsi que de la zone périanale pour stimuler le réflexe de défécation est tout à fait normale ; cette coprophagie dite naturelle permet de garder le milieu environnant des chiots, propre.

On pense qu’un processus d’adaptation des flores et des anticorps de la mère vers les chiots peut s’instaurer par cette voie. Lorsqu’il y a diarrhée chez un chiot, la mère en ingérant les crottes du bébé incriminé va développer des anticorps qui vont se retrouver ensuite dans le lait et permettre, ainsi de soigner sans difficulté cette diarrhée
Le poulain mange les crottins de sa mère régulièrement pour ensemencer sa flore digestive. C’est pourquoi il est si dangereux pour les très jeunes animaux d’avoir une maman en diarrhée.

On peut affirmer que, l’ingestion des crottes d’un premier type (crottes molles) est indispensable dans le cas de certains rongeurs en particulier :c’est une manière, pour eux, de digérer certains nutriments par le gros intestin, situé en bout du tube digestif, lors d’un premier passage pour être ensuite lors du second passage complètement assimilés par l’estomac et le petit intestin, situés au début du tube digestif.

On doit néanmoins différencier le chien qui mange ses propres crottes, celles de ses congénères et celles d’autres espèces.


Facteurs favorisant la coprophagie :

- Parasitisme intestinal : si votre chien n’est pas vermifugé régulièrement, une mauvaise digestion peut entraîner une mauvaise absorption de certains nutriments ; c’est ce que l’on nomme : phénomène de malabsorption/maldigestion pouvant entraîner des diarrhées intempestives. Ainsi, le sang qui se trouve dans les selles et qui résulte de l’atteinte des muqueuses, va attiser l’appétence des selles pour les autres chiens.
- Trouble du comportement :
• par imitation : de la maman ou d’un autre chien, lorsque les locaux ne sont pas suffisamment nettoyés, ou que le chiot a été séparé trop tôt de sa maman.
• trouble hiérarchique :
- en humant et en mangeant des selles, le chien va lire et décoder un certain message olfactif le renseignant sur le statut hiérarchique, sur le sexe, sur l’humeur etc… du chien ayant fait sa crotte .L’exploration orale du chiot est importante jusqu’à ce que la somme des informations soit signifiante, c'est-à-dire que le chiot va automatiquement tout explorer par sa gueule, y compris les crottes.De plus, les chiens dominés vont se rouler plus volontiers dans les selles des chiens dominants ; ils s’imprègnent ainsi de ces phéromones renseignant le dominant. Puis, ils risquent d’ingérer ces excréments.
- lorsque le propriétaire revient chez lui et constate le méfait en question, il peut avoir la mauvaise idée de gronder son chiot et cela va provoquer, à force, une certaine anxiété ; le chiot en question, après avoir réitéré son geste va s’empresser de faire disparaître l’objet du délit et engendrer ainsi une coprophagie immédiate.
• Par déficit enzymatique : certaines races sensibles à ce genre d’affection vont développer également de la coprophagie, car beaucoup d’éléments non digérés vont se retrouver dans les selles et inciter le chien à gober, à nouveau ces nutriments. Cela concerne principalement les bergers allemands, les beaucerons et certaines races nordiques
• Par défaut d’apport : j’ai vu un jour un berger allemand manger ses crottes ; les propriétaires m’ont alors demandé pourquoi et je leur ai simplement répondu, que dans leur cas, leur chiot était plus que rachitique, voire squelettique et qu’il « mourait de faim » !!!!! après accoutumance d’une quantité adéquate quotidienne d’aliment, le chiot a tout simplement arrêté cette mauvaise habitude
• Par déficit en vitamine B1, d’Oligo-éléments et de vitamines, par mauvaise digestion de certains additifs se trouvant dans l’alimentation industrielle
• Par ennui, par stress, par manque de stimulation
- Gastrite chronique : ce que l’on nomme communément « le pica » ; le chien mange de l’herbe, de la terre, lèche des cailloux, les sols, les murs ; ces individus adeptes du pica souffrent généralement de gastrite chronique ; on remarque également que ces mêmes individus sont plus sensibles aux dilatations-torsions de l’estomac. On appelle cette attitude « avoir la perversion du goût ».
- Mauvaise digestibilité d’un aliment : il existe des alimentations très bas de gamme, par rapport à la nature biologique de leurs protéines et nutriments ( Supermarché), ce qui conduit généralement, soit à un déséquilibre de la flore bactérienne du colon, soit à la production de déchets putrides par mauvaise digestion protéique ; les aliments responsables contiennent, dans ce cas, du collagène mal cuit, des tendons, des plumes, du cuir, des cornes…, et tant d’autres OANI (objet alimentaire non identifié) !!! ; c’est bien ce que l’on nomme, en toute impunité, de la MERDE. Ces selles peuvent, là aussi, être considérées par le chien comme quelque chose d’appétant : le chien peut sentir comme odeur dominante des effluves protéiniques qui chez nous sont masquées par les odeurs putrides : le chien ne sent pas la même chose que nous…
- Excréments d’animaux d’espèces différentes : beaucoup de chiens apprécient les crottes de chats, les bouses de vaches, les crottins de cheval, les crottes de moutons etc…., réminiscence du carnivore qui a absolument besoin d’apport végétal : il commence par manger les entrailles de leur proie . Notre chien se rêve loup…

Risques liés au comportement de coprophagie :Le chien a une capacité étonnante pour neutraliser la majorité des bactéries potentiellement pathogènes, grâce à son acide gastrique. Il existe néanmoins une possible contamination virale, d’intoxication par des bactéries, des champignons…etc, mais le risque majeur est la transmission de certains parasites.

Traitement de la coprophagie :

Le choix du traitement va, bien évidemment, dépendre de la cause primaire, lorsque celle-ci a pu être identifiée par le vétérinaire ; il va s’ensuivre une véritable enquête pour essayer de déterminer cette cause, pas toujours évidente ;

- En cas de surconsommation (chien qui mange vraiment rapidement), il y a possibilité soit de donner la dose quotidienne de croquettes, en plusieurs fois, soit de mettre les croquettes sur le sol ou bien encore de placer un gros caillou dans sa gamelle le forçant ainsi à rechercher plus difficilement sa nourriture.
- En cas de stress ou/et d’anxiété, il suffira de modifier le milieu, de rajouter des stimulations, de se promener, de favoriser les distractions, en faisant attention aux punitions inadéquates, en ramassant les crottes en son absence (car, pour le chien, le fait de nettoyer devant lui a deux inconvénients : le premier, d’attirer son attention, le second de faire perdurer un comportement infantile, celui du chiot à qui on ramasse ses excréments (le chien n’aime pas souiller son aire de couchage, on peut le confiner…) , en ayant recours au collier DAP (phéromones d’apaisement), en déviant l’attention du chien si on sent qu’il est tenté, par des jeux, de l’obéissance, ou une promenade tout simplement.
- En cas de parasitisme, traiter avec des vermifuges adéquates (ascaris, ankylostome, trichure, guardia sont les principaux vers digestifs résultant de la coprophagie)
- Traitements des excréments : si le retrait n’est pas toujours possible quotidiennement, il y a la possibilité de saupoudrer les selles par du poivre, du tabasco, des répulsifs quelconques (cela ne marche pas toujours !!), ou d’apporter dans la ration de la levure de bière qui va modifier l’odeur des selles en quelque chose de désagréable. Un produit est nouvellement arrivé sur la marché : le copronat
- Traitement de la maldigestibilité : utilisez une nourriture de meilleure gamme, hyperdigestible
- Traitement des insuffisants pancréatiques ou des comportements cérébraux ou séniles (vétérinaire)Pour bien comprendre cette question, on pourrait dire en souriant que si le mal de tête était une carence en aspirine, la coprophagie serait une carence en m…….

Christine de TURCKHEIM

De nombreux articles abordant les questions d'éducation sont en ligne sur son site, n'hésitez pas à allez les consulter. Il y a les questions de propreté, mais aussi les questions autour de la socialisation du chien.

http://bouvierbernois.net/index.php

Voir les commentaires

Traitement par l'homéopathie d'un othématome!

Publié le par Podencostory

Avertissement: Je ne suis pas vétérinaire, je partage ma propre expérience ayant moi-même traité mon chien de cette manière. A l'époque ne voulant pas infliger une anesthésie générale à ma chienne, j'avais cherché un autre traitement et j'avais trouvé ce traitement sur un site indien.Cela a très bien fonctionné pour ma chienne et pour beaucoup de chiens, mon ancien vétérinaire le prescrit avant toute opération. Maintenant , en aucun cas je ne garantie de résultats,  en aucun cas je ne peux répondre à des questions vétérinaires. En essayant ce traitement chacun prend ses responsabilités et je vous invite en cas de doute à consulter votre vétérinaire.

Ma chienne Maffy de 12 ans a fait un othématome.

Un othématome, est une lésion d'un petit vaisseau à l'intérieur de l'oreille. Et du coup cela saigne à l'intérieur et décolle la peau du cartilage. Cela fait donc comme un petit coussin remplit de sang.

Le traitement est une opération. En effet, une ponction ne suffit pas, car c'est la pression du sang dans l'oreille qui arrête l'hémorragie du vaisseau, donc, quand on fait la ponction, ça resaigne.

L'opération consiste à coudre l'oreille, avec deux compresses de chaque côté, pour coller le cartilage et la peau, et faire pression sur le vaisseau lésé. Anesthésie générale, trois semaines de points! Et collerette!

Traitement par l'homéopathie d'un othématome!

Donc, j'ai décidé d'essayer un traitement homéopathique, et ça fonctionne!

L'othématome de l'oreille de Maffy s'est résorbé de jour en jour, et sans intervention chirurgicale. Avec de l'homéopathie et des massages.

Je ne sais pas si cela peut fonctionner sur tous les chiens, mais, l'othématome n'étant pas une urgence, cela ne coûte rien d'essayer avant d'en arriver à l'opération!

Le protocole de traitement

Comme je n'ai pas trouvé de l'arnica montana 200 ch (trop dilué), j'ai pris du classique du 5 ch et 9 ch, à raison de 5 granules matin et soir, et je lui ai massé l'oreille avec de l'hémoclar matin et soir, sans appuyer, juste en massant longuement.

Il faut faire ce traitement jusqu'à ce que l'oreille redevienne normale et souple, donc 1 mois à 1 mois et demi.

C'est long, mais ça évite une opération, et c'est à moindre coût.

Maffy n'a pas eu de récidive.

La plupart des chiens qui ont des othématomes ont les oreilles tombantes, c'est en se secouant les oreilles que souvent les othématomes se forment.

Sur les chiens à oreilles droites cela arrive aussi mais plus rarement. Dans leur cas parfois l'othématome disparait avec le tratement mais l'oreile peut-être un peu plier mais avec l'opération aussi car le cartilage peu s'abîmer.

Depuis, de nombreuses personnes ont essayé, et mon ancien vétérinaire le prescrit systématiquement, et ça fonctionne très bien sur tous les chiens.

Bon courage à tous pour soigner vos loulous!

Pour toutes infos, n'hésitez pas à me contacter!

 

 

Témoignage:

Je suis de retour pour vous tenir au courant !
Cela fait donc plus d'un mois que j'ai commencé ce traitement : durant les 3 premières semaines, le gonflement ne s'est pas amplifié, il a diminué doucement mais était encore assez présent, puis entre temps mon chien a dût prendre un anti-inflammatoire pour ses allergies, et là, le gonflement s'est résorbé de jour en jour a vitesse grand V.
Je pense que l'association des massages, de l'arnica et de l'anti-inflammatoire ont fait leur effet.
A ce jour, mon chien n'a plus rien !!!!
Ouf !!!!!!!!!!!!!
Un grand merci pour vos conseils D
Passez de très bonnes fêtes (c'est pour bientôt :) )
Commentaire n°3 posté par Carine le 11/12/2011 à 18h43
 
 
Je confirme c'est tout bon ! Juste être patient mais ça évite vraiment les anesthésies et les frais !
C'est votre labrador qui va être content !
Bonne continuation.
Commentaire n°5 posté par Carine le 18/01/2012 à 22h44
 
Bonjour,
j'ai commencé il y a quelques temps déja le traitement homéopatique et j en suis ravie :) Ma bouledogue a u un othématome (veto voulais l'opérer mais pas moi, contre operation vu que cé pas dangereux pour elle, bon sauf l'oreille qui se déforme...)
Mais aprés le traitement une question, la elle n'a plus de gonflement mais, sur l'avant de l'oreille (qui est un peu replié) il reste une sorte de gonflement qui est dur (je continu toujours l'hemoclar) car je ne sais pas si cé normal Ou pas du tout.
En tout cas très contente du résultat, boule de sang et très très vite parti :)
Merci beaucoup
Commentaire n°13 posté par nathalie le 15/06/2013 à 09h49

 

 

 

Voir les commentaires