Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #hommages tag

Un petit mot aux espagnols...

Publié le par Podencostory

Les espagnols aussi se mobilisent!

Nous l'oublions parfois!

Nous savons bien que les associations espagnoles existent et que c'est grâce à elles au départ, que nos loulous, qui sont en ce moment confortablement lovés dans leur panier, sont en vie aujourd'hui.

Mais cela ne nous empêchera pas de dire " l'Espagne pays de meurtriers", ou "boycottons" ou "peuple barbare"... bref, on l'a tous dit ou au moins pensé...

Moi la première! A chaque fois que j'allais en Espagne, je prenais une grande inspiration, comme si j'entrais dans un monde hostile, dangereux, violent, ou tout le monde est suspect! Qui me dit que ce n'est pas un galguero?

Jamais je n'irai en Espagne avec mes chiens, jamais!

Je suis mal à l'aise dès que j'entre en Espagne, et à partir du moment où les chiens étaient dans la voiture, c'était l'angoisse jusqu’à la frontière.

Frontière où je m'empressais à chaque fois de leur dire, "c'est terminé, vous êtes sauvés!"

Comme si la condition des chiens était exceptionnelle chez nous. C'est mieux, mais bon...

J'oublie parfois que notre pays à nous n'est pas, non plus, exemplaire dans le traitement de ses animaux, loin de là.

Alors, oui, il y des associations en Espagne, mais il y a aussi des milliers de personnes qui adoptent en Espagne, des personnes qui recueillent, des personnes qui respectent et protègent les animaux!

Des personnes qui ont 5, 6, 10 podencos et galgos dans des villages en Andalousie. Où ils doivent affronter les galgueros, et la désapprobation de leurs voisins, parfois de leur famille... Où ils peuvent, eux, risquer beaucoup en secourant les chiens errants, en cachant les lévriers dans leur cour, en lançant de la nourriture au dessus des chenils...

Un immense bravo à toutes ces personnes, qui doivent affronter la souffrance au quotidien dans leur rue, à leur porte. Mais qui doivent aussi affronter mon regard et les milliers d'autres à chaque fois que nous passons la frontière.

Ces couleurs sur ce blog, c'est une première. C'est pour tous les espagnols qui se battent contre la cruauté envers les animaux, qui se battent contre les traditions de chasse, qui se battent avec courage et détermination!

Un petit mot aux espagnols...

Bravo a todos los españoles que se pelean para los animales!

Photo manifestation à Madrid pour le sauvetage des lévriers, montage Asso Lévriers et Compagnie

Voir les commentaires

Mon "ourse" blanche

Publié le par Podencostory

Mon "ourse" blanche

Maffy s'est endormie... en douceur, collée à moi, ma tête sur sa tête, mes cheveux dans ses poils, dans un câlin, dans un murmure "endors-toi, ma belle, tu ne souffriras plus...".

Maffy s'est endormie... sans un doute... Elle, qui a passé 10 ans en refuge, rêvait de liberté, de grands espaces, d'infini... Pas question de vivre une seconde sans pouvoir marcher, sortir, respirer à plein poumon... avec un cancer des os qui la ronge.

Elle l'a eu sa seconde chance, cette vie si souvent rêvée derrière les barreaux de son refuge.

Et moi j'en ai rêvé de ce chien, cette ourse blanche avec ce regard si unique presque humain, ce chien qui m'a fait chavirer le cœur à la seconde où j'ai posé les yeux sur elle, une évidence... Avec cette peine, ce désarroi de ne l'avoir rencontré qu'à 10 ans, moi qui aurais tant aimé savoir qu'elle existait, savoir qu'elle survivait au fond de ce refuge... Magnifique diamant caché derrière la tôle, les murs... Invisible.

Maffy, toi si forte, si sage, si déterminée à profiter de ta nouvelle vie chaque jour, acceptée et respectée de tous, comme si pour les poilus aussi c'était une évidence.

Maffy, qui n'allait pas laisser passer sa chance de vivre une vraie vie de chien, survivant à la dirofiliariose et à des tumeurs mammaires... avec toujours ce sourire et cette envie de cavaler dans les prés.

Mon "ourse" blanche

Maffy allait fêter ses 15 ans.

Plus que de partager notre peine, nous souhaitons - nous, ta famille - te rendre hommage Maffy, toi merveilleuse chienne qui nous a accompagnés 5 ans.

On t'aime très fort.

Iris, Dina, Candy, Nova, Zeus, Carry, Ron, Luisa, Ebro et ta deux pattes Katia

Mon "ourse" blanche

Voir les commentaires

Au revoir ma petite Guerrière...

Publié le par Podencostory

Petite Roxy si volontaire, si vaillante...

Au revoir ma petite Guerrière...

Toi qui a survécu 7 ans en Espagne... jusqu'au jour où des bénévoles t'ont vue marcher le long d'une route, presque à la frontière du Portugal... seule... et t'ont amenée au refuge.

Ce jour où ton destin a changé, toi pauvre podenca d'Espagne, petite misère exploitée et torturée.

Je t'ai adoptée sans même t'avoir vue. Je voulais juste un petit podenco, et c'était toi!

Dès ton arrivée tu m'as montré ton passé en te creusant un trou dans la terre pour la nuit, moi je t'offrais un panier, même mon lit.

Tu as bravé tes peurs, tu es venue vers nous, petit à petit.

Petite guerrière qui a survécu à tout, même à nous... Iris t'ayant grièvement attaquée 3 semaines après ton arrivée.

Moi qui t'adoptais pour te protéger, je t'avais remise en danger.

Mais comment savoir que, dans ce petit corps, se cachait une grande guerrière, qui voulait être le chef, quitte à y laisser sa vie.

Toi, tu as lutté pour survivre, et moi j'ai tout repris! Appris sur vous et de vous.

Et une meute, une famille a vu le jour, grandissant d’année en année, chacun à sa place et pouvant s'épanouir... sans avoir à montrer les crocs!

Ma petite Roxy, dans cette famille, tu l'es devenue mon adjointe, partageant cette place avec Iris.

Car cette attaque m'a appris à être le seul chef de meute, pour la sécurité et l'épanouissement de vous tous, mes précieux.

Ma petite Roxy, tu étais si abimée par ta vie en Espagne, tes pattes te lâchaient, usées d'avoir été si malmenées, tu n'avais presque plus de dents et un cœur si fatigué par des années de chasse.

Je crois que seul ton courage et ta volonté te portait encore...

Tu as appris si facilement à vivre dans une maison, à nos cotés, tu m'as tellement donné d'amour et d'attention, toi qui ne me quittais pas des yeux, qui me défendais contre tout... me suivant pas à pas où que j'aille.

Au revoir ma petite Guerrière...

Petite Roxy qui nous rappelait chaque jour, malgré elle, son terrible passé... en marchant derrière nous pour éviter les coups.

Chaque jour, j'ai pu me rendre compte de ce que tu avais subi, et à quel point tu t'étais fait violence pour nous faire confiance...

Merci, Roxy, pour cette leçon de vie!

Tu es là, pas loin, avec Siouxie, je le sais...

Ton corps est d'ailleurs près du sien...

Tu t'es endormie mardi, dans mes bras, sous un arbre au son des oiseaux... Je suis heureuse d'avoir été là pour toi toutes ces années et jusqu'au bout, toi qui m'étais si fidèle.

En attendant d'être tous ensemble, on s'occupera bien des uns et des autres, on te le promet.

On t'aime Roxy, et on est tout prêt de toi, pour toujours.

Au revoir ma petite Guerrière...

Au revoir, ma petite guerrière

Voir les commentaires

Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...

Publié le par Podencostory

Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...
Pour toi Véronique, parce que tu es une belle personne qui traverse une période si difficile.
Pas si simple de se livrer et pourtant tu l'a fais, en partageant avec moi un petit bout de ton histoire et en m'autorisant  même à la partager. Tu aimes tellement les podencos, tu souhaites tellement les faire connaître et les sortir de l'enfer.
C'est si essentiel pour toi aujourd'hui de te reposer sur quelqu'un, ta fille mais aussi tes chiens.
Ta reseda, ta précieuse podenca, une podenca si particulière. Une podenca qu'on croirait coupée du monde, tellement elle semble loin, comme autiste...
Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...
Peut-être comme eux,  a t-elle dû se couper du monde pour y survivre. Car comme eux, elle ressent tout, le moindre tressaillement émotionnel, le moindre changement, la moindre rupture...Elle semble si loin mais elle est en fait si proche...
Resada qui a senti avant tout le monde que Gérard n'allait pas bien, et qui alors qu’elle ne l'avait jamais fait a pris place dans le lit conjugal quelques jours plus tôt, comme pour vous dire "je suis là".
Nos chiens c'est notre famille, ce sont nos partenaires de vie et ils nous aident à surmonter les épreuves et parfois même à survivre.
Véronique, toute notre énergie va vers Gérard  et toutes nos pensées vont vers toi.
Cet article, ancien, est pour toi. Je ne savais pas comment te dire à quel point je comprends...alors je me suis dit bah raconte!
Je ne le diffusais plus car c'est très intime mais il m'a fait pensé à toi et à Reseda, et à ce lien si précieux  et si vital parfois.

A ma boule de poil, à mon ange gardien

Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...

Je vais vous raconter une histoire...enfin en lien avec mes chiens! Vous allez dire encore...

Mais non c'est une autre histoire! Une nouvelle...plus intime, plus personnelle.

Si je suis aussi investie dans la protection animale, si j'ai autant de chiens c'est que les chiens parfois ça sauve, ça aide, ça soutient...et que j'ai une dette envers eux:

Une dette indéfectible...

J'ai été ado comme tout le monde et j'ai été très "sauvage" comme certains...On ajoute à cela des conflits avec les parents et vous avez le contexte!

Comme beaucoup d'ados parisiens, je me retrouve sur les quais de Seine et j'achète comme j'aurais acheté un pull, un chien!!

Un chien dont je ne connais pas les besoins. Je ne sais pas comment le nourrir, comment le soigner et le pire c'est que je ne me pose même pas la question....

Je n'ai jamais eu de chiens...mes parents ont toujours refusé.

Me voilà avec 3 kgs de poils sous le bras, rentrant chez moi...enfin dans le studio que ma mère me paie! Et sans le savoir c'est le début de ma vie d'adulte, à 18 ans tout juste! C'est un peu précipité, un peu confus, un peu désorganisé mais bon c'est comme ça!

C'est certainement le moment...

Deux jours se passent,  la boule de poils s'adapte à tout, parfois à rien...

je ne sais plus d'ailleurs comment je lui ai donné à manger ...on joue, on est bien! Mais c'est un jouet, juste un chien comme diraient certains...sans besoin spécifique...juste pour mon plaisir!

Ma mère vient me rendre visite, et elle rencontre la petite boule de poils,  qui  sent tellement d'animosité, qu'elle grogne...je me plante à côté et attends...attends la réaction explosive de ma mère!

Ma mère me dit de la ramener immédiatement au magasin, je refuse!! Le ton monte...Je pose les yeux sur la boule de poils qui affronte ma mère du haut de ses 10 cm...je la trouve courageuse car moi ma mère elle me fait peur du haut de mes 1 m73...Et je tiens!! Refusant de la ramener!

Ma mère me dit "très bien, mais dans cette appartement, y pas de chien"! Je lui réponds "très bien, et bien on part"!!

Et me voilà partie avec la boule de poils...

Alors je ne vous cache pas que ça été difficile, quelques années...car je n'ai pas laché et n'ai jamais plus rien demandé à ma mère!

On a été hébergées chez des amis, puis j'ai trouvé des petis boulots, enfin j'ai loué une chambre de bonne...La boule de poils a grandi, malgré mes erreurs, malgré mon inconscience, et avec peu, si peu...parfois on se partageait une boite de raviolis...

Et la boule de poils était tellement étonnante, joyeuse, prête à tout pour me défendre, même la nuit du haut de ses 30 cm, elle ne laissait personne s'approcher de moi....Si courageuse et forte! Elle ne s'est jamais plaint, n'a jamais cherché à fuir, ne m'a jamais quittée... malgré tout...

Jje rentrais, l'ayant laissée seule des dizaines d'heures et elle me faisait la fête...pas de rancoeur...pas de besoin...à presque oublier qu'elle était là...tellement elle se faisait petite...discrète.

Elle m'a suivie dans toutes mes galères, dans toute la France et même à l'étranger...

M'aimant, me suivant, même quand je la chassais, même quand je la laissais, même quand je ne m'en occupais pas, ou que je la malmenais...un amour inconditionnel!!

Je n'étais pas centrée sur elle comme aujourd'hui avec mes chiens, j'étais juste centrée sur moi! Une petite ado égoiste...faisant subir tout et n'importe quoi à la boule de poils.

La petite boule de poils a réussi à grandir et à m'aimer alors qu'elle n'a pas eu à manger tous les jours, qu'elle n'a pas été sortie comme il aurait fallu, qu'elle n'a pas eu assez de soins, ce qui lui a valu une fracture précoce à la patte par déficit de calcium, même pas assez d'amour parfois....

Et puis 3 ans plus tard, j'ai revu ma mère! Et j'ai amené ma boule de poils! Et ma mère a souri et a posé les yeux sur la boule de poils, les a relevés vers moi et m'a dit " je suis fière de toi"!

Pour qui je vais me battre maintenant...

La boule de poils a continué à être à me côtés, j'ai grandi, muri...mais j'avais du mal à faire les choses pour moi, à avancer...

Et puis, plus le temps passait, plus la boule de poils devenait pour moi un être à part entière, avec des besoins propres...Alors je me suis dit bon il faut de l'argent pour s'occuper de la boule de poils  donc j'ai changé de travail et j'ai pensé à reprendre des études...

Et puis il faut un appartement plus grand pour la boule de poils...

Et puis il faut des meubles confortables, un beau panier pour la boule de poils...

Et puis, il faut avoir une vie plus équilibrée...Moins de boites de nuit, moins d'alcool pour la boule de poils...

Et puis...

Et puis, 19 ans plus tard, j'ai une licence universitaire, un travail qui me plait, une belle maison, une belle vie....

Et je sais que sans ma boule de poils, j'aurai avancé moins vite et en me sentant beaucoup plus seule!!

A chaque fois pendant toutes ces années, à chaque vrai coup de blues, j'ai posé les yeux sur ma boule de poils refusant de lâcher...pour elle...par engagement...par responsabilité...et par ce que j'ai fini par l'aimer et la respecter ma boule de poils! Elle est devenue mon amie, ma soeur, ma compagne au quotidien...

Alors oui j'ai été la plus mauvaise maitresse pendant 3 ans de sa vie mais j'ai mis tout mon coeur pour lui offrir 11 belles années...J'ai dépensé sans compter pour la soigner pour essayer de la sauver.

Quand elle ne pouvait plus se balader je l'ai transportée dans des paniers pour qu'elle continue à voir la mer...Je demandais à mes amis de faire moins de bruits pour ne pas la perturber et pour éviter les crises de toux...

 

 

 

Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...

Elle m'a appris à m'occuper d'un autre que moi, à être  moins égoiste, à regarder ce qui nous entoure, à aller de l'avant, à être responsable, à être plus juste...Elle m'a aidée à survivre quand c'était difficile, se suffisant de si peu...

Alors je vous présente mon admirable, ma courageuse boule de poils, je vous présente SIOUXIE! Mon amour de chienne qui a partagé ma vie et m'a aidée à grandir pendant 14 années!

 

Merci à nos chiens d'être si simplement et intensément là...

Siouxie, toi qui me sais si pudique sur mes sentiments, cet article est pour toi, avec toute la tristesse que je ressens à chaque fois que je parle de toi....C'est pour cela que c'est si rare....Ce n'est pas un manque d'amour c'est un trop plein d'amour...

Tu me manques infiniment, intensément,  tous les jours...

Pour toi Siouxie, j'ai une dette immense et indéfectible envers toutes les boules de poils de la terre!!

Merci Siouxie de m'avoir tout donné et de m'avoir aidé à grandir

Voir les commentaires

A Hanna, petite podenca d'Espagne

Publié le par Podencostory

A Hanna, ma petite muppet, ma petite paupiette

A Hanna, petite podenca d'Espagne

Demain, petite hanna tu t'en vas vers une nouvelle vie............

Hanna petite misère d’Espagne, la plus misérable petite chose que j'ai recueillie... Comment vous dire?

Hanna arrivée il y a 4 mois, une boule de poil puante, soumise, non même pas soumise, en faite résignée!

Résignée à subir des coups, des privations...

Une petite chose qui avait été tellement malmenée, maltraitée, que chaque geste bienveillant était une surprise pour elle.

Elle m'a émue comme aucun chien ne l'avait fait jusque là; émue car elle qui n'osait rien, ne connaissait rien, ne s'autorisait rien, a commencer à vivre un peu, ici.

Alors c'est pas grand chose, des petits détails mais des petits détails tellement extraordinaires, quand vous voyez au bout de 4 mois, Hanna passer avec une de vos chaussettes dans le jardin, presque fièrement, une chaussette qu'elle a volé à la buanderie au garage!

Et que vous la regardez et du coup elle lâche cette chaussette et s'en éloigne au plus vite.... Et là vous réalisez à la fois le chemin parcouru et ce qu'elle a pu vivre pour ne pas s'autoriser à voler une chaussette depuis 4 mois!

A ne pas s'autoriser à jouer avec une balle, à manger sa gamelle, à venir vers vous;

A Hanna, petite podenca d'Espagne

Hanna que vous devez aller chercher dans le jardin pour lui signifier " rentre, viens au chaud", elle qui se suffirait d'un trou de terre!

Hana qui ne passe jamais à moins d'1 mètre de vous, qui se retourne tout le temps quand vous la baladez, qui ne vous quitte pas des yeux pour anticiper les coups, qui panique, se tétanise à chaque bruits nouveaux,

Hanna qui a chaque geste baisse la tête prête à subir encore et encore...

Hanna tu es un véritable sauvetage, je suis tellement fière de ce que tu as réussi à dépasser.

J'ai vu tout au long de ces 4 mois à quelque point tu t'es fais violence pour me faire un confiance, c'est un cadeau inestimable.

Et il y 4 jours et pour la première fois, tu es venue vers moi, j'étais sur le canapé et tu as mis tes petites pattes sur moi, comme si tu voulais monter....Je t'ai laissé faire et tu es montée sur mes genoux...Et tu es restée là à te faire papouiller, mais doucement car même les caresses tu en as peur.

Je sais que je dois te laisser partir, mais j'ai peur qu'on te perde, que tu te sauves...Je fais comme toi je prends sur moi, je me fais violence car être famille d'accueil c'est laisser partir le chien, te laisser partir, mais je serai toujours là à veiller sur toi, d'un peu plus loin seulement, à être digne de ta confiance ma petite Hanna..

Je te souhaite une vie extraordinaire car tu es chien extraordinaire, ma petite muppet, ma petite hanna....te regarder vivre m'a fait rire, m'a fait sourire, m'a fait pleurer...tu as une place toute à toi dans mon coeur et dans ma vie, si jamais ça ne va pas...

Mais je sais que ça ira, tu vas utiliser toutes tes expériences, tout ce que tu as appris, pour t'adapter encore plus vite, et t'épanouir sur les plages du Finistère avec ta famille définitive!

Tu me raconteras la suite...

A bientôt Hanna...

A Hanna, petite podenca d'Espagne

Voir les commentaires

Hommage aux bénévoles espagnols

Publié le par Podencostory

Alors voilà, depuis que je suis mobilisée sur la protection des lévriers espagnols, les bénévoles espagnols me disent merci!

Merci d'avoir adopté, merci d'être famille d'accueil, merci de ce que tu fais... Et avec une chaleur toute méridionale! Tu mets une gamelle d'eau et c'est Byzance!

Et là, vraiment du fond du cœur, moi j'ai envie de crier un immense et sincère MERCI aux bénévoles espagnols! C'est vous qui décrochez les chiens pendus, qui gérez les horreurs au quotidien, qui vivez dans ce pays si hostile aux animaux, qui affrontez toutes ces images quand vous vous couchez, qui faites avec, et c'est encore vous, qui le matin vous levez, et recommencez... J'ai juste un immense respect pour vous!

Hommage aux bénévoles espagnols

Vous avez une force incroyable et, moi, à votre place, je serais déjà folle, incapable de gérer ce quotidien rempli d'horreur! Moi, j'ai déjà du mal à affronter les photos!

Et vous, vous récupérez des chiens agonisants, qui sont tellement blessés que chaque mouvement leur décroche un cri de douleur! J'aurais envie de prendre mes jambes à mon cou, de fuir, de m'enfuir, de courir loin des cris...

Hommage aux bénévoles espagnols

Quand vous en sauvez un, vous n'avez pas même pas le temps de savourer votre petite victoire que vous découvrez 10 autres lévriers mutilés.

Votre gouvernement est sourd malgré les manifestations, vous vous battez seuls avec vos petits moyens et ne lâchez rien! Et chaque année ça recommence..

Moi, j'ai la part facile! Je vis une belle relation avec ces podencos, leur donne confiance, prend soin d'eux! Je n'ai que le beau...

Vous, vous avez tout le reste. Les discussions avec les galgueros, les chiens que vous tentez d'attraper, mais c'est trop tard, les chiens que vous sauvez et qui sont volés dans les refuges, l'hostilité de vos voisins. C'est encore vous qui allez dans les Perreras (fourrières état) et qui devez parfois "choisir" qui va vivre et qui va mourir...

C'est aussi vous qui allez, inlassablement, montrer les photos des lévriers adoptés à leur bourreau, pour leur prouver que ce sont des bons chiens, qu'ils méritent une autre vie, que l'Espagne doit changer, qu'ils doivent changer!

Pour certains, vous avez sacrifiés vos vie de famille, à force de courir les oliveraies pour décrocher les pendus! Pour en sauver le plus possible!

Ce qu'on a certainement en commun, c'est un profond respect pour la vie, et l'impression de ne jamais en faire assez. Ce que vous avez de plus, c'est une force admirable et une volonté indéfectible!

Rosario et Christina

Rosario et Christina

J'écris cet article, émue, par les photos de Nicolas, ce galgo trouvé agonisant le veille de noël. Nicolas, trois balles dans le corps, les muscles des cuisses postérieures coupés au couteau et rongés par les vers! 4 mois d'errance, comment a-t-il pu, même survivre?

Et des bénévoles qui le trouvent, qui le soignent, des mois de soins, d'obstination, de volonté. Cristina qui a passé tout ces derniers mois à s'occuper de lui, à le faire survivre, à le faire revivre.

Hommage aux bénévoles espagnols

Des mois où chacun devait faire face à ces questions, n'aurait-on pas du arrêter, l'euthanasier?

Des mois où l'on décide pour le chien qui souffre! Avec tout ce que ça implique de culpabilité, de questionnements...

Et après des centaines de pansements, des hospitalisations, des nuits sans dormir, des cris de douleur, apparait une queue qui remue, un regard plus serein, et puis un chien qui court, qui joue, qui apprécie le soleil, qui recherche les caresses... Ce même chien à qui on a coupé les muscles des cuisses avec un couteau, ce chien là!

Celui pour lequel on s'est battu, parfois contre les autres qui disaient "c'est de l'acharnement'"!

Et le voilà, Nicolas, trois mois et demi plus tard...

Hommage aux bénévoles espagnols

Alors, comment vous dire mon admiration? Cristina, Inès, Lætitia, Rosario, Alberto, et tous les autres, sans vous, il n' y aurait pas de sauvetages, pas de lévriers heureux, pas d'adoptants comblés et certainement beaucoup moins d'humanité en Espagne et ailleurs! Sans vous, le monde serait encore un peu moins beau! Et l'Espagne aux mains des galgueros!

Je pense que cet article aurait pu être écrit par Nicolas et tous les autres, et c'est certainement ce qu'ils doivent avoir envie de vous dire, à tous!

Alors un immense, sincère, et profond MERCI aux bénévoles espagnols sans qui rien ne serait possible!

MUCHAS GRACIAS

Hommage aux bénévoles espagnols

Voir les commentaires