Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Publié le par Podencostory

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

ll y a 3 ans, j'ai participé, un peu par hasard, avec ma chienne Berger de Podhale, à une marche canine organisée par une association, Lévri-AID.

J'ai été fortement interpellée et marquée de façon indélébile par l'horrible sort réservé aux chiens de chasse, Podencos, Galgos et cie... J'ignorais absolument tout de ces réalités.

Le 7 octobre 2019, ma chienne Calinka est décédée. Elle avait plus de 12 ans. Dans un premier temps, je suis restée prostrée dans un deuil extrêmement douloureux. J'avais un lien très étroit, fusionnel avec elle et 35 années d'une magnifique histoire d'amour avec les Bergers de Podhale. Il me semblait avoir atteint le sommet de la beauté et ne trouvais plus vraiment de raison de vivre ... à l'exception d'une petite image, au fin fond de ma mémoire, de l'histoire douloureuse des Podencos.

Ce souvenir a grandi, grandi, jusqu'à devenir le sens à donner à la poursuite de mon chemin de vie : accueillir l'un de ces êtres dans mon cœur  et ma vie et lui offrir sa place de roi. Oser m'aventurer dans l'inconnu et y aller en confiance.

Lorsque "Suse" est apparue sur mon fil d'actualité, candidate à l'adoption, ce fut une évidence, un coup de cœur, un élan et une énergie nouvelle. J'ai immédiatement rempli de formulaire de demande d'adoption.

Après acceptation de ma candidature, 3 longues semaines se sont écoulées avant son arrivée le 1er février 2020.

"Belle" sera désormais son prénom. 

Jamais je n'oublierai cette immense émotion de voir arriver le véhicule qui la conduisait auprès de moi et plus encore, la toute première fois que Belle a posé son regard sur moi. Une explosion de plénitude et de bonheur infini m'a envahie.

Le trajet dans ma voiture en direction de la maison où nous allions vivre fut un instant de grâce absolue : Belle se tenait debout sur le siège arrière, magnifique, curieuse d'absolument tout ce qu'elle découvrait pour la première fois.

 

 
Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je prenais conscience de la différence abyssale entre tout ce qu'elle avait connu et sa nouvelle vie.

A l'âge de 2 ans, elle avait été abandonnée sans nourriture ni eau dans une perrera. Dieu sait ce qu'elle a pu endurer durant ses 2 années. Les seuls éléments concrets en ma possession étaient qu'elle avait été recueillie en très mauvais état dans le refuge en Espagne, où elle séjournait depuis 3 ans !...

Et là voilà dans son foyer.

Je l'y entraîne en douceur en la laissant découvrir à son rythme, son environnement. Des coussins et couvertures sont disposés un peu partout dans le séjour afin qu'elle puisse choisir son ou ses endroits privilégiés, douillets, protecteurs, y compris le lit où elle passe une partie de ses nuits, délice absolu pour moi.

Pour son premier repas après quelques heures et les premières émotions passées, je ne lui ai mis qu'un tiers de sa ration, pensant qu'elle allait se jeter dessus et la dévorer. Mais sa gamelle ne l'intéressait pas, pas plus que son bol d'eau.

Durant les 3 premiers jours, elle mangeait peu, acceptait néanmoins progressivement quelques "douceurs" : des petits morceaux de steak, une sardine, une petite saucisse. Je la félicitais à chaque bouchée prise, à chaque lapée d'eau avalée.

A présent, elle mange volontiers et fractionne d'elle-même sa ration en 3 repas. Je lui en met plus qu'il ne faut, souhaitant lui faire comprendre qu'elle aura l'abondance, toujours, dans les limites du raisonnable bien évidemment. Elle semble apprécier que je reste assise auprès d'elle lorsqu'elle mange. Je la félicite et l'encourage puis la caresse longuement.

Les bruits de la circulation routière au-dehors l'impressionnent et la stressent, ce que je comprends aisément. Il lui faudra du temps pour se familiariser avec tout cela.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Durant nos premières promenades en forêts ou d'autres endroit calmes, elle est parfois apeurée voire terrorisée en voyant un chemin rétrécir, une personne âgée marcher avec une cane, une moto qui passe non loin ... 

J'ai tout à connaître sur l'ampleur de ses traumatismes passés.

Je préfère donc ne pas trop m'éloigner de la voiture pour le moment parce dès qu'elle a peur de quelque chose, elle n'a plus qu'un objectif : fuir et retrouver au plus vite son "refuge", réflexe ô combien naturel. Je ne force rien. Je lui suggère des lieux, nous nous y aventurons puis retournons vers la voiture. J'y vais doucement, ne m'éloigne pas trop loin afin d'abréger, si nécessaire, sa peur d'un événement survenu et son état de panique.

Je lui propose alors, quelques jours après, de retourner sur ces lieux et tenter d'avancer plus avant, sans forcer, et toujours en la félicitant et l'encourageant encore et encore. Je veille à garder un grand calme intérieur sachant à quel point nos compagnons ressentent chacune de nos émotions.

Mon objectif est de l'assurer que je l'emmènerai toujours, toujours, dans des lieux où elle est en sécurité et peut s'adonner avec joie à son plaisir de suivre des pistes, rencontrer des congénères sympas et ... des humains bienveillants. 

Avec tous mes chiens, j'ai réussi à leur inculquer que la laisse était leur lien protecteur, rassurant. Lorsque je les laissais marcher librement, si un événement étrange voire stressant survenait, ils revenaient et me montraient la laisse du regard. Ils avaient compris qu'une fois rattachés au plus près à moi, tout allait bien se passer.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je ne sais pas si Belle pourra un jour elle aussi courir et s'ébattre en toute liberté, ce que j'adorerais, mais je veux qu'elle comprenne que rester tout près de moi, contre moi, est l'attitude qui la protègera bien plus que la fuite, son refuge en toute circonstance.

Cela va à l'encontre de son instinct animal. Je lui explique que je suis une grande spécialiste de notre monde humain et que tout est ok là où je l'emmène.

Au fil des jours, elle me regarde de plus en plus souvent, notamment lorsque survient quelque chose de nouveau. C'est un regard interrogateur et de confiance à la fois. J'admire sa capacité à redonner sa confiance en un humain et si rapidement !!

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Les 5 premières nuits ont été angoissantes pour elle. Elle sortait dans le jardin puis rentrait à toute vitesse puis ressortait et rentrait ... en pleurant. Ca pouvait durer 2 heures. Elle était complètement perdue. 

Cela me semble déjà un lointain souvenir tant elle progresse à une vitesse fulgurante dans la confiance, l'adaptation et l'acceptation de sa nouvelle vie.

Les premières séances de câlins ont aussi été un peu stressante pour elle. Son joli corps n'avait pas l'habitude d'être autant choyé. Mais bien vite, elle a dépassé cette gêne et s'abandonne depuis longtemps avec plaisir à ces séances de caresses.

Il me semble vivre à ses côtés depuis bien plus longtemps que 21 jours tant elle emplit la maison de son charme et de son infinie douceur.

Elle me donne bien davantage que je ne lui offrirai jamais. Son cadeau le plus précieux : la confiance accordée et sa tendresse immense.

C'est une vie très enrichissante qui nous attend, elle et moi. Je vais l'emmener vers de nouvelles découvertes, lui faire rencontrer de plus en plus de lieux différents et d'êtres humains afin de, progressivement, en douceur et sans forcer, lui redonner la confiance perdue et lui faire oublier le plus possible les brutalités vécues et traumatismes ancrés en elle.

En l'observant, j'apprends et percevrai davantage au fil du temps, tout ce qu'elle a pu vivre, tout ce qu'elle est, ce qu'elle aime et la guiderai de mieux en mieux vers sa plénitude.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je ne connaissais absolument pas les Podencos. Au premier regard posé sur ma Belle, j'ai compris qu'ils sont des chiens exceptionnels de grâce, de douceur, d'adaptation et d'acceptation. Leur faculté de résilience est immense, admirable. 

Je remercie la vie pour ce cadeau merveilleux.

 

Dominique Bégas.

Voir les commentaires