Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des nouvelles de Cubana

Publié le par Podencostory

Des nouvelles de Cubana

Voici 6 mois que Cubana, rebaptisée NORA à son arrivée chez nous, est entrée dans notre vie.

Podenco femelle de 3 ans, elle fait, depuis, notre bonheur.

Elle a même été adoptée par nos voisins et par les promeneurs que l'on croise quotidiennement, sans oublier la famille évidemment.

Elle est encore (mais beaucoup moins) craintive, douce et gentille avec les enfants, fort heureusement car je suis assistante maternelle.

Elle a même fait ami-ami avec le chat du voisin.

Nous sommes dans un quartier où nombre d'animaux se côtoient : oiseaux, chats, chiens, écureuils mais Nora les épie et les surveille gentiment.

Par contre, lors de certaines balades, la coquine n'hésite pas à "chasser" lapins et mulots.....mais nous n'avons pas encore pu goûter aux fruits de sa chasse :-).

 

Des nouvelles de Cubana

Elle fait notre fierté quand les badauds nous arrêtent pour nous dire combien elle est belle et pour nous demander à quelle race elle appartient.

 

Des nouvelles de Cubana

Elle est très calme, adorant se prélasser au soleil dans le jardin : aïe, aïe, aïe, nous appréhendons un peu l'hiver...et ne fait pas de bêtises,à l'intérieur, quand nous nous absentons de la maison, mais encore jamais plus de quelques heures..et bien entendu, c'est la fête à notre retour !!!!!

Depuis 40 ans que nous sommes mariés, c'est notre premier toutou et nous nous demandons pourquoi nous n'en avons pas adopté avant, tant elle nous apporte bien-être et réconfort : un remède anti-stress en quelque sorte :-).

 

 

 

Des nouvelles de Cubana

Avis aux futurs adoptants : réfléchissez mais pas trop longtemps, faites comme nous, une liste avec le pour et le contre et, au final, vous vous apercevrez que la colonne des "pour"est bien plus grande que l'autre.

Alors, allez-y, vous ferez un heureux et il vous rendra au centuple ce que vous lui apporterez.

 

Des nouvelles de Cubana

Remerciements à Sarah, Nicolas et Larsen, famille d'accueil de Nora, de nous l'avoir présentée lors d'une visite dans la Marne.

Nadine et Philippe de CHALONS EN CHAMPAGNE : des adoptants H E U R E U X 

Voir les commentaires

Notre Jazz

Publié le par Podencostory

Voilà notre histoire, 

Nous venions de perdre notre pinscher.Nous souhaitions donner sa chance à un petit malheureux dans un refuge. Ma belle mère étant bénévole dans une association de sauvetage en Espagne. L’adoption de jazz a été comme une évidence lorsque l’association nous a orienté vers jazz qui pouvait correspondre à notre vie familiale. 

 

 

 

 

Notre Jazz

Il est arrivé par camion, il y a 4 mois d'un refuge d'Espagne.

Dès que nous sommes allés le chercher , il a tout de suite adopté ma grande fille qui est devenue sa référente.  

Il s’est habitué tout de suite à nos habitudes , et s’est tout de suite bien entendu avec la chienne de la maison qui était là depuis quelques mois. Ils passent leurs journées à jouer.

 

Jazz avec sa super copine Socket
Jazz avec sa super copine Socket

Jazz avec sa super copine Socket

Un amour de chien , il nous donne l’impression d’avoir toujours vécu avec nous .Très sage. 

Bref une vraie histoire d’amour , un ange . 

 

Voir les commentaires

Tobi-les-grandes-oreilles

Publié le par Podencostory

Tobi-les-grandes-oreilles

Il y a encore 2 ans, on étaient surs de ne jamais adopter de lévrier et pourtant… Il y a quelques années, une amie a adopté un galgo, et puis 2, et puis 3, et puis… Bref ! Les amoureux des lévriers comprendront LOL Lorsque notre amie a adopté son tout premier galgo, nous avons découvert le triste sort des lévriers en Espagne mais aussi ailleurs dans le monde. Nous en avions déjà entendu parler bien sûr mais sans plus. Nous avons alors commencé à suivre les pages sur Facebook de différentes associations qui œuvrent pour sauver les lévriers en Espagne. Voilà qu'un jour une dame anglaise met une publication sur FaceBook : appel à l'aide pour 2 podencos qui sont en pension payante. Un joli blanc et roux de 4 ans et un roux maigrelet de… 9 ans. Il s'agit de trouver de l'argent pour pouvoir continuer à payer leur pension. Emue par leur sort et surtout par le pauvre vieux de 9 ans, j'en parle à mon mari "ça te dérange que j'envoie un peu d'argent pour aider ?". Je sais bien qu'il ne dira pas non mais je lui en parle pour le principe. Il me dit que le mois prochain, ils seront encore en difficulté pour payer sa pension, et me lance tout de go :  "et si on adoptait le vieux ?!".  Surprise, je lui rappelle qui suite au sauvetage du lapin nain jeté au parc l'année dernière (et qui a mis au monde 5 jolis petits frippons 1 semaine après son arrivée chez nous), nous nous retrouvons avec pas moins de 6 lapins nains dans le jardinet qui ne fait que 6m sur 6m et que le podenco… c'est un chien de chasse !! Qu'on a aussi Agathe, le yorkshire caractériel et Momo le shi tsu autiste. Ils sont vieux tous les deux… si ça se passait mal avec le podenco ? On farfouille sur internet pour en savoir plus sur le podenco : effectivement, c'est un chien de chasse… et même un sacré bon chien de chasse mais tout les témoignages le disent gentil. Ca s'annonce compliqué quand même à cause de nos lapinous… On ne se décourage pas, on triture nos méninges et on trouve des solutions. On explique à l'association que le podenco n'ira jamais au jardin et qu'il faut considérer que nous sommes en appartement. L'affaire est conclue : on peut l'adopter ! Peu après, on apprend qu'il est positif à la leishmaniose. Pas grave, on assumera, on ne peut pas laisser ce pauvre vieux là-bas en Espagne. Re-contact de l'association peu après : il a aussi la dirofilariose… Pas de bol, il cumule ce pauvre vieux. On ne recule pas pour autant, on a envie qu'il puisse finir sa vie au chaud et avec de l'amour. Tant pis s'il ne vit pas longtemps. Finalement au bout de 2 longs mois et tout un tas de péripéties, Tobi arrive à la maison. Le 1er avril. Un joli poisson d'avril LOL Tobi a un peu repris du poil de la bête par rapport aux photos mais il est n'est pas en top forme. Par une chance incroyable, après un bilan sanguin fait dès son arrivée en Belgique, nous apprenons qu'il n'y a plus de dirofilariose ni leishmaniose (à surveiller quand même chaque année avec une prise de sang – la dernière était encore très bonne). Près de 2 ans plus tard, je peux dire que Tobi c'est un vrai bonheur ! Il s'est incroyablement vite adapté à sa nouvelle vie chez nous, surtout que nous habitons en pleine ville. A notre grande surprise, il a été propre quasiment tout de suite. Il était absolument adorable avec notre d'Agathe et notre petit Momo pas très malin (décédés tous les 2 depuis – ils étaient vieux) et s'est fait plein de copains-chiens au parc tellement il est gentil. Pas peureux, il a tout de suite été très amical avec nous et tous nos visiteurs. Maintenant qu'il s'est bien habitué à nous et qu'il a repris du poids, il change chaque jour : il demande des caresses, de la nourriture aussi LOL, joue avec nous (vive les coups de boule, il n'est pas très délicat!), grignote consciencieusement ses peluches, pousse des grognements de satisfaction, ose aller partout dans la maison et m'accompagne même dans le jardinet chaque jour pour nourrir les lapinous (sous haute surveillance et après avoir enfermé les gredins dans leur terrier bien sûr !). Tobi maîtrise très bien le Yoga : c'est le roi de l'étirement hihihi. Nous découvrons chaque jour le podenco. Une très jolie race de chien, avec des manières bien particulières mais un caractère extrêmement doux. Pas belliqueux pour un sous, même ne situation de stress. Évidemment, nous n'avons pas encore eu le plaisir de le voir courir car nous n'avons pas encore trouvé de terrain assez bien clôturé pour le lâcher (et il ne connait toujours pas son nom) mais nous ne désespérons pas. Au final,  je crois qu'il se contente quand même assez bien d'être en longe du moment qu'il a un doux panier, à manger et de l'affection de notre part JOn se félicite chaque jour de ne pas avoir reculé devant les difficultés et d'avoir adopté notre Tobi-les-grandes-oreilles.

Voir les commentaires

Mon histoire de pods

Publié le par Podencostory

Maman de deux chiens (border coĺlie et berger belge) j'ai été sensibilisée à la cause des podencos et j'en ai adopté deux à 3 mois d intervalle. Narciso (7 ans) et Carlito (2 ans). 

Mon histoire de pods

Narciso savoure sa retraite, c est un petit podenco qui adore les câlins et le canapé. Une fois à l'extérieur il peut y rester de longues minutes seul, bien que ses copains poilus soient rentrés depuis un certain temps. Son activité favorite quand il est dehors c'est... creuser. Il nous a creusé une belle galerie dans le compost où il se refugie quand Carlito le poursuit pour jouer.   

Mon histoire de pods

Il aime l'eau. Durant l'été c'était le seul poilu qui se baignait dans la piscine mise à leur disposition. En promenade, il ne tire pas mais les oreilles bien dressées c'est un vrai détecteur en action. Je n'oserais pas le lâcher car son instinct de chasseur semble encore bien présent. 

Carlito quant à lui est le petit jeune plein d'énergie qui aime jouer et incite ses copains à l'amusement en faisant des bonds, en les poussant avec son derrière, en les mordillant. Il s' entend avec tous les chiens. Derrière ses doux yeux, c'est une canaille. 

Il vient courir avec moi et est souvent attiré par les oiseaux, il est alors un peu à la traîne et s' emmêle les pattes dans la longe. Encore maladroit dans ce domaine mon grand criquet. 

Il a un défaut quand même il est....têtu. Quand je le rappelle il revient, mais quand il a décidé. 

Ah oui j'oubliais, ils sont tous les deux gourmands et voleurs. Carlito étant plus grand, attrape ce qui est intéressant  sur les meubles  et ensuite ils se partagent le butin. Tout est alléchant, le pain, les meringues, les biscuits ....sans oublier la viande. Ils ne savent néanmoins pas jeter les emballages, ni se frotter la bouche pleine de marinade de viande de barbecue.... Pas de chance ;-). 

Je dois préciser qu'ils n ont jamais essayé de fuguer, de sauter les clôtures. Ils ne sont pas ingérables, fous,....  Dès les 1ers jours ils ont été propres en maison. Ce sont des chiens comme les autres. Ils étaient un peu craintifs à leur arrivée mais l'amour et la patience solutionnent beaucoup de choses. Je les adore mes espagnols. 

Voir les commentaires

Ricky mon podenco

Publié le par Podencostory

Jusqu’à l’adoption de Ricky, j’avais toujours eu des pinschers nains. J’en ai d’ailleurs

encore une, Biscotte, 12 ans cette année.

 

Ricky mon podenco

J’ai adopté Ricky voici déjà deux ans.

Un coup de foudre sur les photos que j’ai découvertes via l’association SOS Podencos.

Au départ, je voulais adopter un galgo dont j’avais entendu parler par divers articles

ou reportages. Mais je ne pouvais pas en accueillir, car mon grillage est trop bas et je

ne peux pas augmenter sa hauteur car je vis près d’un monument historique. Sur un

forum, on m’a donc conseilé le podenco, plus petit. je me suis renseigné sur la race,

lu des articles sur internet pour voir s’il me conviendrait. Je m’étais décidé à en

adopter un nouveau chien, ma chienne commençant à prendre de l’âge. Première

adoption et tout à fait conquise.

Ricky est arrivé à l’âge de 8 mois. De ce que je sais, il avait été retrouvé à moitié

mort de faim dans une usine désaffectée. Sa famille d’accueil a fait un travail

formidable avec lui. Et même s’il m’a fait quelques bêtises à l’arrivée, il s’est tout de

suite montré doux et a rapidement pigé pas mal de choses. Il m’épate d’ailleurs très

souvent. Ainsi, il a compris que quand j’éteins la musique et que je vais vers

l’armoire,c’est que je vais partir au travail. Donc il va dans son panier et attend que je

lui donne sa friandise (habitude prise avec Biscotte, donc on a continué avec Ricky).

Il sait se faire discret, alors qu’il est beaucoup plus grand que nos autres chiens.

 

Ricky mon podenco

Il  s’entend avec tout le monde et a la chance d’avoir un « pote » juste à côté, un jeune

Golden retriever avec lequel il fait la course de son côté du grillage. Sa douceur

étonne toujours les gens et il est à la fois beau et atypique. Même ma factrice m’a

demandé d’où il venait, car elle voyait un podenco pour la première fois. S’il aime

par-dessus tout être dehors (et chasser les campagnoles, musaraignes et autres

petits lézards dans le jardin), il déteste la pluie. Pour le faire sortir, là, c’est plus

compliqué. Et sa découverte de la neige n’a pas été non plus une expérience

agréable pour lui. Ça colle aux pattes et c’est froid. Par contre, en promenade, il ne

tire pas quand il est seul, plus quand il y a d’autres chiens ou qu’il a trouvé une piste

intéressante. À la maison, c’est la femelle pinscher qui dicte sa loi, d’ailleurs, il faut

toujours faire attention au moment des repas, mais il joue bien avec elle et avec tous

les autres chiens. Franchement, le podenco me change du pinscher par son calme et

sa douceur. Il sait s’adapter à son environnement et si je devais adopter un autre chien,

je pense que je me tournerais de nouveau vers un pod.

Ricky mon podenco

Voir les commentaires