Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A ma grande dame podenca...

Publié le par Podencostory

A ma grande dame podenca...

Iris, 

Je t'écris ce soir car je veux laisser une trace, je veux que les gens sachent qui tu étais, la grande dame pod que tu étais. Je ne veux pas que tu disparaisses.

Iris, 

Ce matin,  on t'a retrouvée sans vie couchée dans le salon, chez toi, entourée des tiens.

On a cru que tu dormais.

Cela faisait quelques jours, depuis ta dernière crise, que tu devais sentir mon regard sur toi, plein d’incertitudes, de questions, de peurs.

"Je vais t'aider à vivre mais je ne te laisserai pas souffrir..."

Tu m'as épargné les doutes, et la douleur de devoir décider pour toi, merci mon Iris.

Iris, 

Tu m'as tellement appris en me laissant vivre à  tes cotés

Tu es à l’origine de mon combat,  tu es son moteur aussi, tu m'as fait prendre conscience de tellement de choses.  Merci mon Iris.

J'ai pourtant vécu avant toi, pendant 14 ans avec ma chienne Siouxie mais sans me rendre compte que beaucoup d'entre vous étiez dans une telle détresse et tu m'as ouvert les yeux et l'âme...

Cela ne s'est pas fait sans douleur, le chemin a été jalonné de doutes et de ruptures...mais votre vie à vous vaut bien tout ça!

Ma vie a changé à ton contact, doucement mais profondément..moi la parisienne qui avait peur de vivre en maison, trop de films d'horreur sans doute, qui aimait la fête et les belles sapes....

Tu m'as amenée à aller au parc tous les jours, et puis à adopter ta copine pod, "n'a qu'un oeil" et puis à partir en maison, à sortir de Paris....je me suis sentie renouer avec la terre, avec quelque chose de primaire et d'essentiel,  drôle de chemin toutes les deux! 

 

A Paris...
A Paris...

A Paris...

Toi sortie de ton Espagne arrivant en plein Paris, petite podenca urbaine qui s'est adaptée en 48 heures.

Iris, 

Notre rencontre à Barcelone a scellé un sacré duo. Toi tu avais vomi depuis le refuge, moi j'avais pleuré depuis Paris et tu es descendue de la voiture, tu as dû me prendre pour un panda avec mon  mascara qui avait coulé....

On s'est regardé, et tu as remué ton bout de queue et moi j'ai encore pleuré je crois et je t'ai aimé tout de suite, profondément..et  je savais que seul le meilleur t'attendait.

Et toi,  tu t'es certainement dit avec toute la sagesse et la sérénité dont tu as toujours fait preuve, " un panda comme adoptant, pourquoi pas, elle a l'air sympa...enfin si elle arrête de chialer" !

Je crois d'ailleurs que j'ai dû pleurer tout le retour aussi, émue de rencontrer un petit elfe venu d'une autre galaxie et de commencer cette nouvelle aventure avec toi.

Notre rencontre à Barcelone
Notre rencontre à Barcelone

Notre rencontre à Barcelone

Et puis on est arrivé à Paris, un appart dans le 18 ièm...

On s'observait toutes les deux , tout ça était très bizarre, bien plus que nos histoires de Panda...

J'avais mis ton dodo au milieu du salon, posé là au centre, et je trouvais étrange que tu te couches pas. Et toi tu me fixais parce que tu me trouvais encore plus étrange de te regarder comme ça...

Cela aurait pu durer longtemps mais j'ai appelé à l'aide une copine qui a débarqué et nous a sauvé de nos étrangetés! ! Ouf!

Enfin sauvé,  c'est un grand mot, car en arrivant elle m'a dit de suite,  " elle a un regard profond pour un chien, elle me fixe bizarre.." !

Les deux flipettes, Raphaëlle et moi, on aurait dû acheter un  guide "adoptez pour les nuls"! 

Et on a appris à se faire confiance.

Plus nulle que moi cela n' existait pas, aucune connaissance du chien, rien...Mais comme j'avais le meilleur chien de la terre, et bien ça a été parfait malgré mes incroyables maladresses.

Iris a fait tout le boulot, une compagne de  vie, belle et parfaite!  

Un attrape coeur! 

Vous comprenez maintenant pourquoi je suis si déterminée à faire taire toutes ces rumeurs sur l'ingérable podenco!! Pourquoi ne pas plutôt parler du médiocre adoptant?

Et puis on a déménagé en maison. Et forte de mes nouvelles compétences en " chien", j'ai adopté à nouveau, tellement sûre de moi cette fois. Ma pauvre Lucette...si tu savais...

Et Iris m'a vite rappelé que j'étais encore en apprentissage,  et cela sans aucune pédagogie, mais à coups de crocs...

 Et j'ai dû me remettre en question et apprendre très vite.

Une belle leçon d'humilité

J'ai  donc tout recommencé, tout repensé, tout réorganisé...

Et depuis on avance, avec ma nouvelle conscience, celle que tu m'as donnée Iris.

12 ans de vie ensemble il y aurait tellement  à dire, mais je suis vide ce soir.

J'ai  toujours compté autant sur toi que tu comptais sur moi, et me savoir sans toi me laisse comme sidérée.

Ici tu étais une guide pour les autres, une force, pour moi aussi.

Ton absence remplit le salon ce soir, on te cherche.Nous sommes ce soir orphelins de toi.

Iris, 

Merci pour tout, à tes cotés j'ai grandi.

Je me serrerai une dernière fois contre toi demain avant que ton corps rejoigne la tribu d'anciens, tu resteras à jamais ma grande dame pod. 

 

A ma grande dame podenca...

Voir les commentaires