Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blanca et Selene

Publié le par Podencostory

Blanca, ma première podenca, était une mémère campanera de 11 ans qui est malheureusement à présent décédée. C'était une chienne de réhala qui aura tenu plus de 10 ans dans cet enfer avant de connaître seulement 13 mois de bonheur en France mais ce sont 13 mois qui ont été vraiment significatifs dans sa vie comme dans la nôtre.
C'était la définition même d'une pod'colle. Le jour de son arrivée nous nous sommes dit "on va la laisser tranquille le temps qu'elle se pose". Blanca n'était pas de cet avis, elle est venue nous faire des câlins tout de suite, elle a suivi la meute comme si elle avait toujours été là.
Elle était hyper affectueuse avec tout le monde, même avec les inconnus, du moment que vous aviez des gratouilles en réserve elle ne vous lâchait pas d'une semelle. Quand nous l'avons perdu ça a vraiment laissé un vide immense dans la maison car elle était constamment avec nous. Toujours en train de guetter ce qu'on faisait, de venir nous solliciter pour des caresses, de nous apporter des peluches pour qu'on joue avec, de nous donner des petits coups de truffes pour qu'on s’intéresse à elle.

Blanca et Selene

C'était la première à nous accueillir le matin et la dernière à nous demander des papouilles le soir, tout en étant à 100% de bonne humeur tout au long de la journée.

Blanca et Selene

Elle n'était pas très active en sortie, elle se posait à un endroit et regardait ce qui se passait sans trop se fatiguer. Sauf quand il neigeait, là elle redevenait un gros bébé et pouvait jouer pendant des heures avec les autres chiens.
Elle n'était pas fugueuse, les limites du jardin ne l’intéressait pas du tout d'ailleurs elle n'aimait pas tellement les balades en dehors, son moment préféré étant le moment où on faisait demi-tour pour rentrer.

Blanca et Selene

En fait ce qu'elle aimait par dessus tout ce n'était ni les sorties, ni la nourriture, c'était tout simplement nous. Nous avons 6 chiens et en avons eu d'autres avant mais jamais nous n'avions eu un chien qui nous accueillait et nous regardait comme si on était ce qu'il existait de plus précieux au monde.

Blanca et Selene

Quelques temps après son départ nous avons voulu adopter une autre senior, partager l'amour que Blanca nous avait donné avec une autre pod qui avait eu une vie difficile nous a paru le meilleur moyen de surmonter la peine que la perte de notre puce avait engendrée.

C'est comme ça que nous avons adopté Sélène, 9 ans.

Blanca et Selene

C'est une chienne très active à l'extérieur, qui peut passer toute l'aprem et surveiller le moindre brin d'herbe qui bouge, mais qui est très calme à l'intérieur. Les jours où le temps est mauvais et où les sorties sont raccourcies ça n'a pas l'air de l'affecter plus que celà, elle s'adapte et passe plus de temps à dormir.

Blanca et Selene

D'ailleurs elle s'adapte à tout, les gens, les autres animaux (oiseaux, chinchillas, chevaux, souris...) la voiture, le véto... Rien ne la perturbe. Un vrai pod zen. Par contre elle ne cherche pas du tout les caresses ou les contacts avec les personnes qui ne font pas partie de sa famille, elle se contente de les ignorer.
Elle est assez proche de nous mais tout en douceur, elle commence à poser sa tête sur nous pour qu'on la caresse et nous le ressentons à chaque fois comme une victoire, elle qui pesait chaque demande d'attention à son arrivée.
D'ailleurs pour demander de l'attention elle a une autre technique, le langage gremlin. Nous ne l'avons jamais entendue aboyer par contre elle discute. "Mam mam" par ci, "mam mam" par là. Et si on lui répond ça l'interpelle, elle penche sa tête et nous regarde l'air de se dire "haaan ils parlent pod aussi".
Elle est très attentive à ce que nous faisons, où nous allons, si nous ne sommes pas dans la même pièce qu'elle, elle vient voir ce qu'on fait, si c'est intéressant, si on n'essaie pas de s'esquiver par une fenêtre pour aller se balader sans elle... Rien n'échappe à ses p'tits yeux perçants.

Blanca et Selene

Enfin voilà, 2 podencas assez différentes l'une de l'autre, tant du côté activité physique que du côté exubérance mais qui se rejoignent sur le fait qu'elles sont émotionnellement très proches de nous. Je pense que la chose qu'auraient le plus de mal à vivre nos puces ce serait le manque d'attention. Sur l'échelle des priorités de nos pods : l'attention de leurs humains, la nourriture, les sorties et la nourriture. Oui, 2 fois la nourriture parce qu'on ne rigole pas avec la gamelle quand on est un pod ;)

Angel

Ps: merci pour ce magnifique témoignage, et de donner une chance aux seniors, même 1 mois de bonheur compte pour ces chiens qui ont tellement soufferts( katia)

Voir les commentaires

Mes trois amours

Publié le par Podencostory

Voici mon témoignage, qui est aussi leur témoignage silencieux, dont je ne suis que la voix.

Mes trois amours s'appellent : Hélios (podenco de quatre ans, qui a commencé sa vie au portugal, et adopté il y a deux ans à la SPA d'Oyonnax) , Rilke (croisé podenco, trois ans, adopté il y a un an et demi, via l'association ADL) et Pipo (croisé terrier pod de trois ans, venu d’Espagne en même temps que Rilke).

Mes trois amours

Hélios porte bien son nom. Solaire, drôle, capricieux, narcissique, il est le premier sur l'oreiller, le dernier levé le matin, et le plus sportif des trois.

Mes trois amours

Il fait mon bonheur depuis deux ans, et sa seigneurie m'impose des soins royaux, que je lui délivre avec beaucoup de mauvaise foi. En gros, je le protège, je l'hyper-protège !

Hélios est un comédien dans l'âme. Une épine dans la patte et c'est le drame. Il met alors ses petites pattes autour de mon cou afin que je le porte et il reste ainsi, comme un enfant, faisant marrer les passants.

Mes trois amours

Il aime le vent, l'air marin, les grands espace et ... les couettes moelleuses.

Mais plus que tout, il aime être où je suis ; et son attachement à tous les membres de la famille révèle une fidélité sans faille.

Mes trois amours

Rilke est mon petit être spécial. Croisé Elfe de maison, j'aurais pu l'appeler Dobby... Je l'ai surnommé Rilke en raison de son air sérieux et mélancolique.

Mes trois amours

Il a tout du podenco. Plus calme qu'Hélios, Rilke, de l'avis de tous ceux qui le rencontrent, a quelque chose d'humain qui fascine.

(Confere la posture sur la photo prise sur le fauteuil rose, à mon travail - je suis thérapeute et le prends souvent au cabinet, pour réjouir les enfants)

Mes trois amours

Lorsqu'il est arrivé chez moi, Rilke n'avait jamais franchi le seuil d'une maison. Il ne supportait pas l'enfermement, montait sur les tables, grattait les fenêtres et les placards pour s'évader. Pourtant immédiatement, il a pris mon cou pour doudou nocturne et ne passe ses nuits que dans le lit, au plus près possible de moi.

Il a été long et périlleux de le tenir à la maison.

Il a passé un an à fuguer, jamais très loin et dans un périmètre restreint autour de nous. En balade, il nous suivait de loin et revenait bien souvent avant nous à la maison. La fenêtre de la chambre restait ainsi toujours ouverte. Mais le président de l'amical de la chasse l'avait dans le collimateur, ce qui fait que j'ai passé un an à m'inquiéter pour Rilke.

Il faut dire que Rilke a un passé affreux et je ne fais pas l'inventaire de ses stigmates corporels, pour ne pas vous faire pleurer : ce n'est pas le genre de Rilke !

Aujourd'hui, la métamorphose est extraordinaire : mon ptit elfe de maison adore rester au chaud. Il ne fugue plus, même si la laisse s'impose lorsque nous sommes dehors .

Tout le monde l'aime, tout le monde le trouve craquant et fabuleusement doux. Il communique avec les yeux, il n'aboie pas, il parle.

Rilke est devenu le chef de meute ; il a confiance en l'Homme, lui qui auparavant se couchait sur le dos sitôt qu'une main s'approchait.

En résumé, mon ptit bonhomme est extraordinaire.

Rilke et Hélios viennent très souvent avec moi au travail : ils m'aident dans mon métier de thérapeute, en calmant les enfants et en apportant la douceur aux âmes blessées. Plus que tout, ils aiment les tous petits enfants, avec lesquels ils témoignent délicatesse et tendresse.

Mes trois amours

Pipo est un petit pod miniature, croisé terrier. Il est un savant mélange entre les deux.

Mes trois amours

J'ai inventé le terme de Pipologies pour désigner les aventures dont je lui suis grée.

Pipo est cyclistophobe, chaussettophobe et tibiatophobe. Il n'est pas fugueur mais je dois quand même l'attacher en balade de peur qu'il ne s'attaque à un mollet bien dodu de sportif agressif -qui en général râle davantage pour l'entrave de son chrono que pour la morsure. Pipo est un chien d'un caractère tellement facile.

Mes trois amours

Pipo est un chien merveilleux, plein de tendresse et de drôlerie. Abandonnique, bien sûr, comme Hélios et Rilke, il supporte très mal qu'on le laisse à de bienveillantes mains pour le week end ou les vacances.

Ainsi maintenant, c'est non négociable : j'emmène mes trois podencos en vacances, ce qui nécessite un peu d'organisation, mais je ne pourrais plus être sereine en les laissant loin de moi.

Mes trois amours

Avant l'arrivée de mes trois adorables, j'avais déjà Ando, une chienne berger ultra traumatisée, (et Toto, un basset-caniche, aujourd'hui disparu, également traumatisé, qui nous manque beaucoup)

Mes trois amours

Ma meute compte donc désormais 4 chiens, et l'équilibre est trouvé. Il faut simplement du temps et de la patience.

Les podencos et croisés podencos sont des êtres fascinants. Le seul risque avec eux est l'hyper attachement... pour l'humain qu'ils adoptent inconditionnellement.

Recueillir un podenco est une aventure passionnante. Il convient d'être doux et sensible avec cet être sensible et doux. C'est tout.

Caroline

Voir les commentaires

Lisa, ma Lisa

Publié le par Podencostory

Lisa, ma Lisa

Bonjour je viens ici vous parler de Lisa, adoptée après le décès de mon fidèle cocker.
Petite chienne sortie de la rue avec ses soeurs et sa maman par une association.
Je ne connaissais pas cette race et c'est bien dommage car que des qualités pour ce chien dit "primitif"!! Je me suis bien renseignée pour savoir si je pouvais lui apporter tout ce dont elle a besoin.
Lisa à été rapatriée en France et placée en famille d'accueil. Lorsque je l'ai rencontré elle était un peu froussarde mais équilibrée, bien dans ses pattes, elle avait 5 mois. Aujourd'hui Lisa va sur ses 11 mois.

Lisa, ma Lisa

Arrivée à la maison, elle a rapidement trouvé sa place, l'apprentissage de la propreté a été simple car Lisa aime apprendre et être stimulée par le jeu.
Elle volait ses propres croquettes dans sa gamelle se cachait pour les manger une par une. bref elle avait peur et ne prenait pas de poids.

Aujourd'hui elle se nourrit normalement.

Elle avait peur de mon conjoint n'osait pas vraiment l'approcher maintenant que d'amour pour son maître.

Ce sont des chiens qui s'adapte rapidement une fois en confiance, du moins pour Lisa.
Elle est joyeuse, douce, un regard rempli d'amour pour nous, plus méfiante envers les inconnus, mais elle est aussi espiègle un vrai petit clown qui nous fait bien rire. Elle aime la compagnie de mes enfants (3 et 7 ans) ils sont inséparables et vive les courses au jardin, que du bonheur.

Lisa, ma Lisa

Lisa a du rappel du moins dans son domaine car une fois passé le portail la curiosité reprend le dessus cela viendra avec beaucoup de temps.
Ce qu'elle préfère : se coller de temps à autre à ma jambe, quoi que je fasse ses yeux bienveillants me suivent, voler les peluches des enfants ( elle ne les détruit pas), et se chauffer devant la cheminée :-)) et les câlins bien sûr!

Lisa, ma Lisa

Elle n'est pas aboyeuse.
Bref tant de qualité... donc je vais m'arrêter la et poursuivre mon bonheur avec ma Lisa.


Vive les Podencos.

Chris

Voir les commentaires

La dirofilariose

Publié le par Podencostory

La dirofilariose

Quand j'ai adopté Maffy, les tests aux maladies méditerranéennes ont été faits, leishmaniose, ehrlichiose, dirofilariose.

Maffy était positive à la dirofilariose. La dirofilariose est transmise par un moustique. Des parasites s'installent dans le corps de l'animal et migrent vers le coeur, les poumons. Ces parasites qui sont, en fait, des vers, s'installent dans le coeur à l'âge adulte, et des petits vers, appelés microfilaires sont présents dans les veines et les artères de l'animal.

Le traitement, car il y a un traitement, est très contraignant. Il s'étale sur 3 mois et est à base d'arsenic. L'animal doit être au repos pendant toute la durée du traitement afin d'éviter les risques de thrombose.

Avec l'association l'Europe des Lévriers et les bénévoles espagnols, nous avons pris la décision de remonter Maffy et de faire le traitement en France. J'ai beaucoup insisté pour que cela se fasse ici, car ma plus grande crainte était que Maffy, déjà âgée de 10 ans, meurt au refuge pendant le traitement, sans avoir connu la chaleur d'un foyer. Maffy avait, en effet, passé toute sa vie au refuge.

Avant son arrivée, j'avais prévenu mon vétérinaire qui l'attendait. Mon vétérinaire (très compétent, mais aussi humble) m'avait signalé qu'il n'avait jamais traité cette maladie. Mais très peu de vétérinaires français l'ont fait.

La dirofilariose

Quand j'ai récupéré Maffy à Madrid, Cristina, l'extraordinaire bénévole espagnole, m'avait tout préparé: le traitement et le protocole de soins adaptés au cas de Maffy. Avant de traiter l'animal, le vétérinaire doit établir dans quel "protocole de soins" il rentre, en fonction de son âge, de ses symptômes...

Maffy était classée dans le stade "3", le pire... On pouvait lire sur la notice qu'un animal sur deux ne s'en sortait pas à ce stade.

Le problème, c'est que je trouvais des informations sur la maladie, mais pas sur le quotidien du chien pendant le traitement, rien. Aucun témoignage.

Le traitement en stade 3 c'est :

- 15 jours d'aspirine pour fluidifier le sang;

- après 15 jours, première injection d'immiticide (arsenic qui tue les vers adultes);

- 1 semaine après corticoïde retard;

- 1 mois après la première injection, seconde injection d'immiticide;

- 1 semaine après, troisième injection d'immiticide;

- 1 mois après la troisième injection, ivomec (vermifuge qui détruit les microfilaires);

- 15 jours après, administration du dernier ivomec.

Quand je me suis renseignée, j'ai donc appris que l'animal doit être au repos pendant le traitement. Pas de balades. Il ne doit pas non plus courir dans le jardin, aucun effort ne doit être fait.

Le risque étant que les vers produisent, en se détruisant, un bouchon dans une veine et donc une thrombose.

Par contre, personne ne m'avait parlé de l'aspirine, des conséquences des injections, de l'ivomec.

En même temps, cette maladie est rare en France, donc très peu de chiens sont touchés (ces chiens ont d'ailleurs été souvent contaminés pendant des vacances dans les pays concernés par cette maladie et le pourtour méditéranéen). Les vétérinaires et propriétaires n'ont donc aucune expérience de cette maladie et donc aucun conseil à prodiguer, malheureusement.

Donc, voilà la pauvre Maffy embarquée pour 3 mois de traitement! Croyez bien que, quand vous accueillez un chien tout juste adopté, vous voudriez lui offrir autre chose que des piqûres et des nausées! Mais pas le choix.

Alors, déjà l'aspirine (qui permet de fluidifier le sang, afin que les vers quand ils meurent passent plus facilement par les artères et veines).

A cause de l'aspirine, Maffy a eu une inflammation de l'estomac qui l’empêchait de s'alimenter car elle avait trop mal. Donc, petit conseil, prévoyez avec votre véto, pendant les 15 jours d'aspirine, de donner un pansement gastrique dès le début du traitement.

En plus, évitez de lui donner en cachet à croquer, tenter plutôt de dissoudre l'aspirine avec de l'eau et de lui faire avaler à la seringue. Maffy était vraiment dans un sale état à cause de l'aspirine, donc un pansement est indispensable.

Après, 1 ère injection d'l'immiticide. Mon vétérinaire a eu la bonne idée de faire une piqûre anesthésique pour la douleur (car l'injection se fait dans les vertèbres) et une injection de corticoïde tout de suite. Maffy n'a pas souffert pendant l'injection.

Au bout d'une heure, elle a présenté des gros troubles: respiration saccadée, nausée. Elle tournait, n'arrivait pas à se poser, elle allait vraiment très mal. J'ai cru qu'elle allait mourir, c'était horrible! Après un appel désespéré à mon véto qui me dit d'attendre un peu, que c'est normal et de lui amener si dans quelques heures cela ne va pas mieux, je tente de me calmer.

Après 3-4 heures, elle se calme enfin; elle est restée pendant 48 heures avec "une petite mine", on voyait bien qu'elle était mal.

Donc, je vous conseille de faire à chaque injection d'immiticide une injection de corticoïdes, cela va aider un peu. Maffy allait déjà très mal, mais, sans les corticoïdes, je n'ose imaginer.

Je me prépare donc au pire pour la seconde injection et rien! Aucun problème, aucune nausée. En plus, les problèmes d'estomac avaient disparu avec l’arrêt de l'aspirine. Maffy était très en forme et je devais faire attention à ce qu'elle ne s'agite pas trop dans le jardin. Il faut quand même que je vous dise que je me suis fait des grosses frayeurs avec Maffy et l'immiticide. Je la surveillais de près, mais vous ne pouvez pas avoir toujours un œil sur votre chien. En plus, elle a 10 ans, c'est pas une jeunette!

Sauf que, quand j'ai récupéré Maffy, elle était malade, les vers la fatiguaient beaucoup. Mais après deux injections, elle avait moins de vers et ce n'était plus la même Maffy! Je m'en suis rendue compte quand je l'ai vue passer, poils au vent, devant ma terrasse, tel bip bip...

Elle était épanouie comme jamais et, moi, j'étais médusée puis en état d'hystérie! Pensant qu'elle allait tomber raide morte au milieu de la pelouse!

La dirofilariose

J'ai fait beaucoup plus attention par la suite à ma super mamie.

Troisième et dernière injection, aucun problème.

Après, vient le passage à l'ivomec. Maffy a très mal réagi à la première administration et a été malade, 1 bonne semaine. Nausée, diarrhées.

Par contre, elle n'a rien eu lors de la deuxième.

Si, à la première injection d'immiticide et d'ivomec, Maffy a eu une réaction très forte, c'est qu'elle avait beaucoup de vers.

La dirofilariose

Maffy a eu son traitement à 10 ans, a vécu jusqu’à 15 ans, ce qui est bien pour un chien de 40 kgs, et est décédée suite à une tumeur osseuse rien à voir avec la dirofilariose.

La dirofilariose

Voir les commentaires

La Coprophagie

Publié le par Podencostory

Un article qui peut intéresser certains adoptants ou certaines famille d'accueil.

En effet, beaucoup de lévriers venant d'Espagne ont tellement manqué d'apports alimentaires et de stimulation, qu'ils en arrivent à manger leur excrément. Certains podencos survivent en mangeant tout ce qu'il trouve.

J'ai connu trois chiens en tant que famille d'accueil qui était coprophage. Avec le temps ce comportement a disparu.

Christine de Turkheim, l'auteur de cet article, est expert qualifié des quatre races de bouviers suisses, elle est également spécialiste des problèmes de comportement et pratique l'agility, l'obéissance, et le pistage humanitaire avec ses bouviers bernois.

Elle est aussi l'heureuse adoptante du petit et extraordinaire podenco tico alias filibert!

La Coprophagie

Article sur la coprophagie

Ce terme se définit par l’ingestion (phagie) de matière fécale (copro) ; on l’appelle également la scatophagie ; c’est en regardant une de mes chiennes avec ses bébés que m’est venue l’idée de cet article ; dans ce cas là, le léchage des selles, ainsi que de la zone périanale pour stimuler le réflexe de défécation est tout à fait normale ; cette coprophagie dite naturelle permet de garder le milieu environnant des chiots, propre.

On pense qu’un processus d’adaptation des flores et des anticorps de la mère vers les chiots peut s’instaurer par cette voie. Lorsqu’il y a diarrhée chez un chiot, la mère en ingérant les crottes du bébé incriminé va développer des anticorps qui vont se retrouver ensuite dans le lait et permettre, ainsi de soigner sans difficulté cette diarrhée
Le poulain mange les crottins de sa mère régulièrement pour ensemencer sa flore digestive. C’est pourquoi il est si dangereux pour les très jeunes animaux d’avoir une maman en diarrhée.

On peut affirmer que, l’ingestion des crottes d’un premier type (crottes molles) est indispensable dans le cas de certains rongeurs en particulier :c’est une manière, pour eux, de digérer certains nutriments par le gros intestin, situé en bout du tube digestif, lors d’un premier passage pour être ensuite lors du second passage complètement assimilés par l’estomac et le petit intestin, situés au début du tube digestif.

On doit néanmoins différencier le chien qui mange ses propres crottes, celles de ses congénères et celles d’autres espèces.


Facteurs favorisant la coprophagie :

- Parasitisme intestinal : si votre chien n’est pas vermifugé régulièrement, une mauvaise digestion peut entraîner une mauvaise absorption de certains nutriments ; c’est ce que l’on nomme : phénomène de malabsorption/maldigestion pouvant entraîner des diarrhées intempestives. Ainsi, le sang qui se trouve dans les selles et qui résulte de l’atteinte des muqueuses, va attiser l’appétence des selles pour les autres chiens.
- Trouble du comportement :
• par imitation : de la maman ou d’un autre chien, lorsque les locaux ne sont pas suffisamment nettoyés, ou que le chiot a été séparé trop tôt de sa maman.
• trouble hiérarchique :
- en humant et en mangeant des selles, le chien va lire et décoder un certain message olfactif le renseignant sur le statut hiérarchique, sur le sexe, sur l’humeur etc… du chien ayant fait sa crotte .L’exploration orale du chiot est importante jusqu’à ce que la somme des informations soit signifiante, c'est-à-dire que le chiot va automatiquement tout explorer par sa gueule, y compris les crottes.De plus, les chiens dominés vont se rouler plus volontiers dans les selles des chiens dominants ; ils s’imprègnent ainsi de ces phéromones renseignant le dominant. Puis, ils risquent d’ingérer ces excréments.
- lorsque le propriétaire revient chez lui et constate le méfait en question, il peut avoir la mauvaise idée de gronder son chiot et cela va provoquer, à force, une certaine anxiété ; le chiot en question, après avoir réitéré son geste va s’empresser de faire disparaître l’objet du délit et engendrer ainsi une coprophagie immédiate.
• Par déficit enzymatique : certaines races sensibles à ce genre d’affection vont développer également de la coprophagie, car beaucoup d’éléments non digérés vont se retrouver dans les selles et inciter le chien à gober, à nouveau ces nutriments. Cela concerne principalement les bergers allemands, les beaucerons et certaines races nordiques
• Par défaut d’apport : j’ai vu un jour un berger allemand manger ses crottes ; les propriétaires m’ont alors demandé pourquoi et je leur ai simplement répondu, que dans leur cas, leur chiot était plus que rachitique, voire squelettique et qu’il « mourait de faim » !!!!! après accoutumance d’une quantité adéquate quotidienne d’aliment, le chiot a tout simplement arrêté cette mauvaise habitude
• Par déficit en vitamine B1, d’Oligo-éléments et de vitamines, par mauvaise digestion de certains additifs se trouvant dans l’alimentation industrielle
• Par ennui, par stress, par manque de stimulation
- Gastrite chronique : ce que l’on nomme communément « le pica » ; le chien mange de l’herbe, de la terre, lèche des cailloux, les sols, les murs ; ces individus adeptes du pica souffrent généralement de gastrite chronique ; on remarque également que ces mêmes individus sont plus sensibles aux dilatations-torsions de l’estomac. On appelle cette attitude « avoir la perversion du goût ».
- Mauvaise digestibilité d’un aliment : il existe des alimentations très bas de gamme, par rapport à la nature biologique de leurs protéines et nutriments ( Supermarché), ce qui conduit généralement, soit à un déséquilibre de la flore bactérienne du colon, soit à la production de déchets putrides par mauvaise digestion protéique ; les aliments responsables contiennent, dans ce cas, du collagène mal cuit, des tendons, des plumes, du cuir, des cornes…, et tant d’autres OANI (objet alimentaire non identifié) !!! ; c’est bien ce que l’on nomme, en toute impunité, de la MERDE. Ces selles peuvent, là aussi, être considérées par le chien comme quelque chose d’appétant : le chien peut sentir comme odeur dominante des effluves protéiniques qui chez nous sont masquées par les odeurs putrides : le chien ne sent pas la même chose que nous…
- Excréments d’animaux d’espèces différentes : beaucoup de chiens apprécient les crottes de chats, les bouses de vaches, les crottins de cheval, les crottes de moutons etc…., réminiscence du carnivore qui a absolument besoin d’apport végétal : il commence par manger les entrailles de leur proie . Notre chien se rêve loup…

Risques liés au comportement de coprophagie :Le chien a une capacité étonnante pour neutraliser la majorité des bactéries potentiellement pathogènes, grâce à son acide gastrique. Il existe néanmoins une possible contamination virale, d’intoxication par des bactéries, des champignons…etc, mais le risque majeur est la transmission de certains parasites.

Traitement de la coprophagie :

Le choix du traitement va, bien évidemment, dépendre de la cause primaire, lorsque celle-ci a pu être identifiée par le vétérinaire ; il va s’ensuivre une véritable enquête pour essayer de déterminer cette cause, pas toujours évidente ;

- En cas de surconsommation (chien qui mange vraiment rapidement), il y a possibilité soit de donner la dose quotidienne de croquettes, en plusieurs fois, soit de mettre les croquettes sur le sol ou bien encore de placer un gros caillou dans sa gamelle le forçant ainsi à rechercher plus difficilement sa nourriture.
- En cas de stress ou/et d’anxiété, il suffira de modifier le milieu, de rajouter des stimulations, de se promener, de favoriser les distractions, en faisant attention aux punitions inadéquates, en ramassant les crottes en son absence (car, pour le chien, le fait de nettoyer devant lui a deux inconvénients : le premier, d’attirer son attention, le second de faire perdurer un comportement infantile, celui du chiot à qui on ramasse ses excréments (le chien n’aime pas souiller son aire de couchage, on peut le confiner…) , en ayant recours au collier DAP (phéromones d’apaisement), en déviant l’attention du chien si on sent qu’il est tenté, par des jeux, de l’obéissance, ou une promenade tout simplement.
- En cas de parasitisme, traiter avec des vermifuges adéquates (ascaris, ankylostome, trichure, guardia sont les principaux vers digestifs résultant de la coprophagie)
- Traitements des excréments : si le retrait n’est pas toujours possible quotidiennement, il y a la possibilité de saupoudrer les selles par du poivre, du tabasco, des répulsifs quelconques (cela ne marche pas toujours !!), ou d’apporter dans la ration de la levure de bière qui va modifier l’odeur des selles en quelque chose de désagréable. Un produit est nouvellement arrivé sur la marché : le copronat
- Traitement de la maldigestibilité : utilisez une nourriture de meilleure gamme, hyperdigestible
- Traitement des insuffisants pancréatiques ou des comportements cérébraux ou séniles (vétérinaire)Pour bien comprendre cette question, on pourrait dire en souriant que si le mal de tête était une carence en aspirine, la coprophagie serait une carence en m…….

Christine de TURCKHEIM

De nombreux articles abordant les questions d'éducation sont en ligne sur son site, n'hésitez pas à allez les consulter. Il y a les questions de propreté, mais aussi les questions autour de la socialisation du chien.

http://bouvierbernois.net/index.php

Voir les commentaires

Kariss

Publié le par Podencostory

Kariss

Je vous présente Kariss, petit podenco de 9 mois aujourd’hui

Je l'ai recueilli le 27 avril dernier à 23h. J'étais dans mon appartement, en train de regarder la télé et j'ai entendu des cris. Je suis descendue et il y avait ce petit bébé d' à peine 1 mois dans mon hall d'entrée, quelqu'un était venu le déposer..

Kariss
Kariss

J'ai pu voir une voiture partir mais je ne sais pas si c'était cette personne qui l'avait posé. Bref des puces et des tiques partout je l'ai emmené au veto de garde. Petit toutou traumatisé, impossible de le porter sans qu'il crie à la mort ni de lui faire des câlins.

Il ne connaissait pas la douceur et était mort de trouille. Une journée de plus dehors et il serai mort, il était vraiment mal en point quand je l'ai trouvé .

Petit Kariss à bien grandi.

Kariss
Kariss

Et avec beaucoup de patience et d'amour il est devenu énormément Câlin, et grâce à mes 2 autres femelles qui l'ont un peu éduqué, il est devenu un petit toutou équilibré!

Kariss
Kariss
Kariss

Maintenant, il est grand

Kariss
Kariss
Kariss
Kariss
Kariss
Kariss

Anastasia, adoptante de Kariss

PS: Anastasia habite à la frontière espagnole, ce qui explique plus facilement l'abandon de ce bébé podenco.

Voir les commentaires

Yeta une survivante

Publié le par Podencostory

Yeta une survivante

Je m'appelle Yeta, "petite" podenca andalouse née dans une meute de 120 chiens à peu près. Quand nous avons été trouvés, seuls 18 d'entre nous avaient survécu. Abandonnés à notre sort sans nourriture ...
J'avais le crane ouvert, des morsures sur tout le corps. Je suis une miraculée. Après de nombreux soins (vous vous en doutez) j'ai été transférée de Cuenca jusque dans le sud de la France. Les bénévoles pensaient que je resterais malvoyante et sourde. J'ai une partie du cervelet détruite mais il me reste la partie la plus importante qui fonctionne bien !

Après avoir connu deux familles d'accueil en peu de temps, un jour une dame est venue me chercher.
Elle m'effrayait ! Elle me parlait mais la peur était plus forte que la douceur de sa voix. J'avais à peine un an. Nous sommes alors en février 2011.
Je suis arrivée dans une maison pleine d'un bruit étrange : le chant de la mer.
Comprenez : je vois très mal. Tout est nouveau : les bruits, les odeurs, l'espace ... Je me cogne partout. Je suis prête à mordre, je grogne et me cache dans une panière avant de trouver refuge dans un fauteuil qui restera le mien. Plus question que je bouge !!!! Je passe beaucoup de temps à aboyer. Des voisins font même venir la police !
Tout me semble être agression. Qu'ils ont dû être patients !!!
Ma famille ne connaissait rien au podenco. C'est quoi un podenco ??? Ils voulaient juste un chien dont personne ne voudrait pour lui offrir une belle vie. Ma Môman avait toute fois une exigence, elle voulait un chien avec de grandes, très grandes oreilles tombantes ! Il y a eu un bug dans le casting et c'est moi qui ai gagné le premier prix !

Yeta une survivante

Alors a commencé un long apprentissage pour nous. Ils ont fini par comprendre que je voyais et entendais mais que les images et sons perçus ne me permettaient de me déplacer et me situer normalement. Par exemple, une chaise qui me semble à ma droite est en fait juste en face de moi ou inversement. Comme si un vilain génie s'amusait à déplacer les objets !
Je faisais de nombreuses crises de tétanies plusieurs fois par jour voir par heure. J'en ai encore parfois sous le coup d'une émotion trop forte. Je suis une grande sensible.
Mon corps se raidit et se tord en tous sens. Il faut me prendre dans les bras pour que je revienne à moi et me faire des câlins. L'amour est le meilleur remède à la souffrance.

Quand je me déplace, je balance ma tête à droite, à gauche. Descendre une marche est un challenge tant cela me parait être un gouffre.

Chaque première fois a été couronnée de cris de joie et de caresses ce qui m'a encouragée à progresser. J'ai appris que la main peut donner de la douceur en caressant. J'ai appris à jouer en regardant Fripouille le faire.

Yeta une survivante

Ça semblait tellement bon que j'ai fini par vouloir jouer moi aussi. Je suis devenue joyeuse. Je n'ai jamais fait aucune bêtise. Vrai !

J'ai même dû apprendre à vivre au milieu d'une tribu de chats domestiques et errants ! Je ne cache pas que l'idée première était de les croquer tout net ! Je dois même accepter les hérissons !!!

J'aime les câlins et j'en réclame toujours parce que je les mérite bien sûr, ne suis pas la plus gentille ?

J'aime les grasses matinées, j'adore le soleil et je n'aime pas l'hiver avec le ciel qui pleure trop souvent. L'eau, c'est vraiment Brrrrrrrrr !!!

On dit que je suis gourmande ? Sottise, j'aime les bonnes choses voilà tout !

Je vis en centre ville où je me promène en laisse. Il faut me faire toujours les même trajets et dans le même sens sinon ça me perturbe et je refuse d'avancer. En forêt ou sur la plage, je peux courir libre comme le vent mais sous haute surveillance. Au moindre appel je reviens. Si nous croisons des étrangers, je me cache derrière ma famille.

Yeta une survivante

Je suis une très bonne gardienne. Je prends également à cœur de m'informer de tout ce que font les voisins ... Curieuse, commère, un peu j'avoue ;-) mais c'est mon rôle de protéger ma tribu.

Je ne suis pas fugueuse, j'aime trop ma maison, mes humains, mon fauteuil. J'adore mon fauteuil où je n'y tolère que mes deux pattes. Les autres poilus oust ! Poilue, je ne le suis presque pas. A certains endroits, je n'ai aucun poil. Ce sont mes zones à bisous !

Yeta une survivante

Je suis devenue toute ronde comme un ballon. Les gens disaient que je mangeais trop et mal. Môm, pas d'accord avec ce constat m'a emmenée chez le docteur. Ma thyroïde ne fonctionne pas comme ma Môman. Nous sommes tombées malades en même temps. Et dans la famille, ils disent que je suis tellement proche d'elle que j'ai développé la même maladie. Peut-être, peut-être pas ... Alors tous les jours, j'ai mon médicament comme elle !

Je ne me connais qu'un seul défaut, je ne partage pas. Je ne partage pas mon fauteuil, encore moins ma gamelle ... Et un autre petit peut-être, je ne me toilette jamais ! Je n'ai pas eu de maman pour m'apprendre et puis les mains douces de mes deux-pattes sont tellement agréables !
Voilà c'était un peu de moi. Suis-je une vraie podenca ?

Yeta une survivante

Sachez en tous les cas que je viens de loin, très loin. De l'obscurité, je suis passée à la lumière. Il m'a fallu tout apprendre et ma famille à deux ou quatre pattes a dû être patiente. Ils disent que j'ai enrichi leur vie. Que je suis leur soleil ...

Yeta une survivante

Vous envisagez d'agrandir votre famille ? Pensez à l'adoption, pensez aux podencos. Nous avons besoin de vous. Ne vous arrêtez pas aux critères de race. Un chien ne se résume pas à une race. Vous trouverez forcément le pod qui vous ressemble. Il y en a de toutes les tailles, de tous poils et même sans comme Moa ! De tous caractères comme chez les deux pattes. Ne vous arrêtez pas non plus à un handicap, une maladie ...

Juste une chose, en fonction de nos passés, il nous faut plus ou moins de temps. Certains comme Moa ont tous à apprendre même à être aimé !

Yeta

Yeta une survivante
Yeta une survivante

Voir les commentaires

Cayenne

Publié le par Podencostory

Cayenne

Je suis bénévole dans plusieurs hômes et chez eux il y a des chiens et justement des Pod's qui viennent faire des petits jeux avec leurs maitresse et les résidents.
Je n'avais jamais vu cette race. J'étais là en tant que spectatrice et là quand je les ai vus pour la première, cela a été le coup de foudre. A cause de certaines lois ridicules en matières de locations je ne pouvais plus avoir de chien. J'ai encore attendu et puis quand j'ai pu, je me suis lancée dans la recherche d'une adoption.
Finalement, grâce à une amie et après une attente fort longue, j'ai appris qu'une podenca était disponible dans mon pays. Après échanges , on s'est mis d'accord et je suis allée la voir. Coup de foudre à nouveau et surtout de la part de mon compagnon qui au départ n'était pas très chien mais au fils des jours et des semaines qui passèrent, elle révéla son caractère et son intelligence. Et je parle bien d'intelligence. Au début tout le monde était un peu sur le qui-vive mais très vite quand elle comprit qu'elle n'avait plus rien à craindre.
Elle et moi sommes devenues inséparables. Nos regards se croisent et tout est compris!
Elle me suit partout et adore le soleil. Elle ferait n'importe quoi pour toucher du doigt ce soleil qui est si rare dans nos contrées. Donc au fil de la journée je promène son panier dans les rayons du soleil, dans la maison et c'est le bonheur qui se lit sur elle. Elle n'aime pas trop les chiens bien que, une fois non en laisse cela peut devenir très vite un jeu. Les chats par contre.... Manger est pour elle un bonheur....Regarder les passants dans la rue assise sur le radiateur où tout de même il y a de quoi pour la protéger mais la chaleur, les caresses et ses croquettes sont son monde. Les jeux ne lui disent rien. Les promenades, elle adore. Nous allons aller passer ensemble nos vacances en famille pour la première fois en bord de mer! Ce sera plein de découvertes.
Calme, joyeuse, douce, surprenante parfois, amitieuse certainement et ayant le souci de ne pas déplaire.
Comme elle adore les gens, elle vient avec moi à mes bénévolats en hôme (où ils ne peuvent plus s'en passer) et dans la rue comme dans les transports en commun, provoque souvent les parlotes avec des inconnus souvent des personnes âgées.
A Bruxelles c'est tout à fait évident et sans problème. Donc souvent les promenades se prolongent de petites conversations au bon plaisir des gens et d'elle.
Que dire de plus ? Adopter ces merveilles qui vous attendent et ne demandent qu'un foyer.
Je le dis à chaque personne qui désire l'entendre....
Amicalement,
Françoise

Voir les commentaires

India et Arroz

Publié le par Podencostory

India et Arroz

Je suis tombée, il y a 5 ans sur un article concernant le calvaire des Galgos et Podencos d'Espagne. Ce jour là a changé ma vie ! J'ai pris vraiment conscience de la cruauté humaine. J'ai aussitôt décidé d'adopter un rescapé d'Espagne.

Sur la site de Galgos France, j'ai croisée la photo d'India (bicolore). elle a été sauvée par des bénévoles d'une mort certaine, rescapée avec 3 frères et soeurs d'une portée de 10. Les autres n'ont pas survécu à la maltraitance !

India était bébé (5 mois) dénutrie et très peureuse. Elle a mis 1.5 ans à rentrer dans la maison sans trembler ! Aujourd'hui, elle a toujours des peurs (cannes, bruits inconnus, cris..) Mais c'est aussi une louloute vive, intelligente, rigolote. Elle est "attachiante" ! Un amour de chienne !

Et si tendre !

India et Arroz

3 ans plus tard, après la perte de ma magnifique Toscane (Braque de weimar),Arroz (la blonde) nous a rejoint ! India a du mal à rester sans congénère !

India et Arroz

Arroz, c'est un rayon de soleil dans la maison !

Arroz, surnommée, Miss Bisous, est le contraire d'India ! Elle n'a peur de rien ! Elle a été récupéré dans la rue ! Elle y est née et y a survécu ! Malgré les coups, les bagarres, les jets de pierres, la faim, la soif...

Arroz, c'est la clown de la maison ! ET ELLE VEUT QU'ON L'AIME !

India et Arroz

J'adore ses mimiques, ses yeux doux couleurs de miel, sa douceur.

Les points communs de ces 2 merveilles : la gentillesse, l'intelligence et surtout l'amour-tendresse envers les enfants !

Elles adorent les enfants.

Je n'ai aucune crainte pour mes petites filles. Je n'ai jamais vu de chien plus attentives et douces qu'India et Arroz envers les enfants !

Et avec les chats, aucun problème !

Bref des chiennes idéales !

India et Arroz
India et Arroz

Mais si vous aimez les toutous pépères, le Podencos, n'est pas pour vous ! Ça bouge, ça saute (2 m de haut) et ça court ! Ce ne sont pas des chiens de foire non plus ! Ils sont très indépendants tout en étant proches ! (1)

Voilà ! J'espère que vous aimerez les pods autant que moi. Faites entrer un ange dans votre maison ! Sauver un chien, même un seul, c'est sauver l'humanité !

Patricia

Ps (1): Vous vous doutiez que j'allais réagir :), vous verrez à travers tous les témoignages que les pods ont un besoin d'activité variable en fonction du pod! Certains comme ceux de Patricia sont actifs d'autres moins. Je vous invite à lire tous les témoignages.

Voir les commentaires

Tobby, mon podenco :)

Publié le par Podencostory

Tobby, mon podenco :)

A l'époque, j'avais 22ans. Depuis toujours nous avions eu des chiens à la maison avec mes parents. Quand j'ai pris mon indépendance, je voulais toujours avoir mon chien à moi. J'en avais parlé avec ma maman qui essayait tant bien que mal de me décourager. "Tu sais, un chien c'est beaucoup de sacrifices. Tu es jeune pour prendre un chien. Quand tu en as un à toi,tu dois le sortir tous les jours, plusieurs fois. Et quand tu veux sortir le week-end ou partir en vacances, il faut lui trouver un endroit sûr où le laisser." Enfin, bref...
Ma maman était donc famille d'accueil pour une asso de sauvetage de lévriers en Espagne.
Elle avait quelques critères pour qu'un chien vienne chez elle, vu qu'elle travaille. Il fallait donc que le chien soit capable de rester seul quelques heures, et surtout, qu'il soit propre.
C'est alors qu'elle a vu ce brave Tobby sur le site, qui semblait correspondre à ces critères. Alors elle l'a réservé et il est remonté D'Espagne en décembre 2009.
Il est arrivé à la maison, et la première chose qu'il a faite, c'est de faire pipi sur chaque fauteuil et rideau... C'était mal parti... Les jours suivants, il allait se balader avec elle et ses autres chiens, et en rentrant à la maison, il faisait tous ses besoins sur le tapis...
Après quelques jours, je suis venue passée le week-end chez elle, et c'est là que j'ai rencontré Tobby pour la première fois! Un vrai coup de foudre! Moi qui rêvais d'un gros chien, type Bouvier Bernois, ou même dogue allemand, me voilà à craquer pour cette petite crevette de 13kg...

Tobby, mon podenco :)

Ceci étant, je lui ai dit que je voulais le prendre pour "essayer". On s'est donc mises d'accord pour que je le prenne chez moi un week-end. Le dimanche soir arriva et la neige aussi... On a donc décidé que je le garderai la semaine... Et depuis il n'est plus jamais reparti...
Dès le début, il a su rester seul à la maison, il est propre (et oui), il n'est pas destructeur...
En balade, c'est vrai qu'il a son petit côté chasseur qui ressort, si il voit un gibier qui court, il va le poursuivre, mais plus par jeu que par instinct.
Il est obéissant, mais de façon aléatoire :D quand il est occupé à faire un trou, à courir après quelque chose, il faut simplement attendre patiemment qu'il aie terminé, ou alors se cacher derrière un arbre, et là il accourt!
Avec les autres chiens et les gens (adultes, enfants,hommes, femmes) il est fantastique ! Sociable et joueur.

Tobby, mon podenco :)

A la maison il aime son panier et dormir sur le canapé tout près de moi. Mais par contre, il n'aime pas qu'on le serre dans les bras.
C'est vraiment un chien extra, il est beau, doux, calme, et n'a vraiment aucune agressivité... Alors oui, le podenco est un chien que la majorité des gens trouve "spécial" ou "rigolo", avec leurs grandes oreilles et en plus, le mien est barbu...
Mais c'est vraiment un coeur sur pattes !

Et en octobre 2013, un autre petit espagnol est venu se joindre à nous. Il se pourrait qu'il soit un bodeguero. Lui est un peu plus méfiant envers les inconnus, mais avec moi c'est un petit ange.

Tobby, mon podenco :)

Ils savent rester tranquilles à la maison sans rien détruire et sans salir.

Jasmine adoptante de Tobby

Tobby, mon podenco :)

PS: Jasmine attire, très justement, aussi notre attention sur les petits Bodegueros maltraités en Espagne, merci de penser à eux si vous souhaitez un petit chien, de nombreuses associations en proposent à l'adoption!

Tobby, mon podenco :)

Voir les commentaires

1 2 3 > >>