Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Publié le par Podencostory

Rappelons-nous, Jenny petite podenca qui vivait dans des conditions terribles en Espagne, machine à reproduire, pendant 3 ans!

Des conditions de vie dramatiques, même pas d'abri digne de ce nom... et de la maltraitance quotidienne! Petite podenca qui manquait de tout, de soins, de nourriture, de chaleur, d'attention!

Les bénévoles qui l'avaient repérée en Espagne, qui avaient vu toute sa détresse, n'ont pas lâché et, après des mois de lutte acharnée, ont réussi à la récupérer!

Petite Jenny que j'avais vu à Madrid lors d'un sauvetage. Le regard vide... comme posée là...

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Jenny partageait le box avec 2 petites podencas que nous ramenions en France... C'est ainsi que je l'ai connue.

Jenny à droite

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Ce jour là, on est parties sans Jenny, mais l'Europe des Lévriers a décidé de la prendre en charge et elle arrivait chez moi en famille d'accueil quelques semaines plus tard.

Jenny, quel parcours!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Quand on parle de lévriers traumatisés, on imagine souvent un chien qui a peur, qui va tenter de fuir, qui va éviter le contact, de vous regarder, de vous approcher... et c'est vrai qu'il y a ce type de lévriers traumatisés.

Et puis il y a les traumatismes plus enfouis, qui ne s'expriment pas ou plus. Le chien est passif, comme s'il n'attendait que les coups, comme s'il savait qu'il ne pourrait pas y échapper et que courir, s'enfuir, trembler, ne sert plus à rien. Soumis, non, pire, résigné à subir encore et encore... sans échappatoire.

Des chiens qui ont un regard vide, qui n'expriment rien, pas de battement de queue, pas de cris, pas de peur, du vide.

Petite Jenny, tu étais comme ça. La joie t'avait quittée, la peur de t'exprimer, ne serait-ce qu'un peu, faisait de toi un chien meurtri, sans émotions, comme en suspens.

Petite jenny, qui a été adopté le jour de son arrivée, mais qui a été rendue 1 semaine plus tard, ses adoptants disant d'elle "c'est pas joyeux"...

Si peu de patience pour ces chiens qui reviennent de l'enfer et à qui on demande d'être heureux, joyeux, et surtout reconnaissants... tout de suite!

Et non petite Jenny, tu n'étais pas joyeuse, et en plus tu avais grogné... Qu'avait tu fais là!

Pour tes adoptants, un signe d'agressivité, pour moi, le signe de ta peur, de ton malaise. Mais aussi un premier signe de communication vers nous... "laissez moi tranquille, je ne cherche pas le conflit".

Tu reviens de tellement loin, tu t'es protégée de tout ce que tu as vécu, en mettant un mur entre toi et le reste du monde... Entre toi et tes bourreaux, mais aussi sans le vouloir entre toi et une main bienveillante... Tu t'es renfermée tellement profondément pour survivre.

Alors on a travaillé! Et Jenny s'est fait violence, et a progressé, à son rythme, et ça m'a semblé long parfois, mais quand on la voit aujourd'hui, quelle joie!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Et puis LA rencontre, dans des conditions pas faciles, le décès d'une podenca, Hoppy. Une adoptante en détresse, et moi famille d'accueil de Jenny, depuis 8 mois, dans une souffrance à l'idée de la laisser partir, de me tromper, de la donner à la mauvaise personne...

L'adoption se concrétise et Jenny rejoint sa famille!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Et cela fait maintenant 1 an que Jenny partage la vie de Florence et ses enfants. Jenny a maintenant une famille!

Une famille qui l'aime, qui la protège, qui la respecte! Une famille qui a réussi à la faire progresser encore plus, par sa patience et sa bienveillance!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Une famille extraordinaire qui a fait 2 heureuses, Jenny et... moi, sa famille d'accueil qui dort tranquille le soir quand je pense à elle car je sais qu'elle est bien, qu'elle ne pourrait pas être mieux qu'avec toi, Florence!

Alors je vous propose de partager par ces photos, quelques moments choisis... de la renaissance de notre Nini!

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!
Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Merci, Florence, de prendre soin de cette merveilleuse Jenny, chaque jour, chaque instant, et aussi bien...

Jenny ou la renaissance d'une podenco martyr!

Voir les commentaires

Encore un message d'amour d'un adoptant vers son podenco...

Publié le par Podencostory

Encore un message d'amour d'un adoptant vers son podenco...

Hé hé, vous savez quoi ?

Et bah lui, c'est Doug lévrier Podenco Ibizenco, 2 ans et demi, origines inconnues ( croisement entre une chèvre transgénique et un poney fortement atteint d'autisme ) récupéré en Espagne, là où il aurait eu une vie pleine de maltraitance s'il ne s'était pas enfuit étant petit ( pas si bête en fait quand il veut héhé ) ...

Et vous savez quoi aussi ? Bah c'est notre chien. En fait non, c'est pas notre chien, c'est notre bébé, c'est notre perle rare, c'est celui qui rend nos journées tellement agréables, c'est celui qui a le pouvoir de nous regarder, seulement nous regarder avec ses grands yeux verts, pour nous faire aller mieux dans les moments difficiles ...

C'est vrai qu'il est tout sauf un chien ( et à la base on voulait un chien ), c'est une espèce non identifié qui est capable de faire rire n'importe qui avec ses positions bizarres, qui est capable de charmer n'importe qui rien qu'avec ses oreilles, et qui est capable de combler une famille, d'ajouter une touche de bonheur à notre quotidien.

C'est celui qui est avec nous depuis maintenant 1 an, 2 mois et 20 jours et qui le restera pour toujours quoi qu'il arrive.

Finalement, Je crois qu'on l'aime de tout notre coeur, tout simplement.

Doug's family!

Voir les commentaires

Angélique, adoptante de Darco, une voix pour les podencos!

Publié le par Podencostory

Angélique, adoptante de Darco, une voix pour les podencos!

Les podencos méritent un regard...

Le podenco comme le galgo est un lévrier. Il est utilisé pour la chasse et n'est pas épargné par la maltraitance que son maitre chasseur lui fait subir.Qui peut mieux parler du podenco que le podenco lui-même?Et que nous dirait ce grand tendre aux grandes oreilles s'il pouvait parler?

Et bien, il nous dirait qu’il a été l’un des premiers lévriers à fouler les terres de l'Égypte Antique, adoré comme un Dieu. Anubis lui aurait emprunté sa tête…Les podencos méritent un regard

A l’époque de l’Espagne Médiévale, il était protégé sur les terres espagnoles par des lois.

Mais son sort, au fil des siècles, a bien changé. Aujourd’hui, ce noble chasseur du moyen âge n’est plus qu’une bête servile.

Qu’il est bien loin le temps où il était respecté et aimé !


Mais que s’est-il passé ?

Comment est-il devenu, au fil du temps, un « outil de chasse », « un objet » comme un autre, sans dignité et dont la vie n’a aucune importance ?

Il nous dirait de ne pas le chercher, dans son pays, tenu en laisse, en train de courir dans les parcs avec ses congénères.

Il nous dirait de le chercher plus loin, perdu dans la campagne, parce qu’il vit et est élevé dans des fermes en ruine, des boxes dans la pénombre, voire le noir complet, dans ses excréments et les ordures et n’a presque rien à boire ni manger, loin de la chaleur d’un foyer aimant, d’une niche et de la main de l’homme qui le caresse.


Il vous dirait qu’il n’est sur terre, que pour servir son maître, pour lui rapporter le plus beau gibier lors de parties de chasse.

Mais comment rapporter de belles proies quand on a été affamé, privé d’eau ? Quand on a le ventre vide ? Comment courir quand on n’a plus de forces ? Comment ne pas résister à dévorer la proie que l’on doit ramener à son bourreau de maître ?

Il nous dirait que s'il attrape un lapin alors peut être son châtiment sera moins pénible que pour les autres. Ceux qui n’ont rien eu, ceux qui ont discrédité l’Honneur de leur maître chasseur. Eux alors devront souffrir avant de mourir !

Et tout cela dans l’indifférence des pays européens. Lui, le laissé pour compte dans son pays, et aux yeux même de certaines associations.

Torturé à mort dans son pays, que lui reste t'il à ce grand tendre aux grandes oreilles en dehors de la mort ?


Est-ce là sa seule délivrance ?

Il vous dirait, qu’il n’a pas la classe du Galgo, l’élégance de l’Afghan, la finesse du Whippet.

Pas assez distingué pour se promener au bras de sa maîtresse en ville. Moins beau : mais tous les goûts sont dans la nature…
Pas assez bien pour mériter de figurer au FCI, lui, la race canine primitive espagnole ! Lui, le chien rustique des campagnes.

Il vous dirait que beaucoup disent de lui, qu’il est bien moins calme, plus joueur, plus agressif, fugueur que son cousin le Galgo.

Mais que chaque chien est unique et son caractère ne dépend pas de sa race mais de la façon dont on l’élève.

Pourquoi ai-je voulu prendre la défense du Podenco ?

Parce-que souvent ils ont les yeux verts, et un regard à vous transpercer l’âme… Et puis avant, j’étais comme beaucoup d’entre nous, indifférente à cette race de chien ! Avant quoi me direz-vous ? Avant de tomber sous le charme de mon loulou, magnifique ambassadeur des Podencos ! Son charme et son regard m’ont fait fondre, et j’ai réalisé qu’il n’avait rien à envier aux Galgos question prestance !

Monsieur adore prendre la pose devant l’objectif, très conscient de son pouvoir de séduction ! Comme disent nos amis canadiens, « je suis tombée en amour » !


Aujourd’hui, je ne peux me résigner devant le triste sort des Podencos, encore pire que celui des Galgos ! Alors, sauvons les Galgos mais aussi les Podencos !

Ne les oublions pas !

Il en existe des petits (10 kg), des moyens (16kg) et des grands (28 kg).

Il y en a forcément un pour vous !

Parce-que souvent ils ont les yeux verts, et un regard à vous transpercer l’âme… Et puis avant, j’étais comme beaucoup d’entre nous, indifférente à cette race de chien !
Avant quoi me direz-vous ? Avant de tomber sous le charme de mon loulou, magnifique ambassadeur des Podencos ! Son charme et son regard m’ont fait fondre, et j’ai réalisé qu’il n’avait rien à envier aux Galgos question prestance !

Monsieur adore prendre la pose devant l’objectif, très conscient de son pouvoir de séduction ! Comme disent nos amis canadiens, « je suis tombée en amour » !

Aujourd’hui, je ne peux me résigner devant le triste sort des Podencos, encore pire que celui des Galgos ! Alors, sauvons les Galgos mais aussi les Podencos !

Angélique, adoptante de Darco

Le CREL vous propose à l'adoption ses podencos, n'hésitez pas à aller visiter le site: http://www.crel.fr/

Ils vous attendent!!

Voir les commentaires