Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Publié le par Podencostory

Voici mon histoire avec mon premier pod, Brassaï.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

J'ai toujours été fascinée par les podencos. Petite, je passais mes étés en famille sur l'île d'Ibiza où nous croisions parfois, au hasard de nos promenades dans la nature, ces êtres fabuleux, mi-biche, mi-chien, à moitié sauvages. Ils nous observaient de loin avant de s'éloigner au galop. C'étaient des moments magiques. Depuis lors, je me répétais "Quand je serai grande, j'aurai un podenco".

Et puis j'ai grandit. Quand à 25 ans, j'ai décidé qu'il était temps, j'ai découvert sur internet toutes les atrocités qu'on leur fait subir. J'ai alors contacté une association et j'ai choisi Brassaï...

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

J'ai longuement attendu qu'il ait l'âge de passer la frontière et quand je suis allée le chercher chez une bénévole, au premier regard on s'est aimés, mais on ne s'est pas tout de suite compris. Peut-être un peu à cause de mon jeune âge, et surtout à cause de mon manque total d'expérience, les deux premières années ont été cauchemardesques.

Brassaï ne supportait pas que je m'absente, ne serait-ce que cinq minutes. Il a réduit en miettes trois canapés et 50 m² de linoleum (soit la surface totale de mon appartement). Dès que j'avais refermé la porte derrière moi, je l'entendais hurler et je savais que cela ne cessait qu'à mon retour (ce qui me valait de retrouver parfois des "mots d'amour" de mes voisins scotchés sur la porte).

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Je me rappelle qu'à l'époque, ma famille me conseillait de "le rendre à l'association". Mais même si je me disais que je m'étais mise dans de beaux draps en l'adoptant, je n'aurais jamais pu l'abandonner, je l'aimais trop.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Etant donné que m'absenter, c'était compliqué, on ne se quittait plus. Je ne travaillais pas à l'époque et je l'emmenai partout. Chez les potes, au café, au resto... Il m'accompagnait même dans mes virées shopping.

Et au bout de deux ans de cette vie de bohème, j'ai eu un déclic. On ne pouvait plus continuer ainsi. Enfin, j'ai écouté (et appliqué) les bons conseils qu'on me donnait. J'ai arrêté de n'en faire qu'à ma tête. Mais surtout j'ai compris que je ne pouvais pas reprocher à Brassaï d'être trop fusionnel avec moi, alors que c'était surtout moi qui était fusionnelle avec lui.

Certes, ça ne s'est pas fait en un jour, mais tout est rentré dans l'ordre. J'ai pu reprendre un travail, on a déménagé à la campagne et une podenca a rejoint notre famille.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

A présent, Brassaï a neuf ans. Ma plus longue histoire d'amour. Et après toutes ces années, il continue à me surprendre, à me faire rire, comme au premier jour.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Je pense que Brassaï, hormis le fait qu'il ait été séparé de sa mère trop tôt, n'a pas connu la maltraitance comme la plupart de ses camarades. Il n'est ni craintif ni trauma. Pourtant Brassaï ne ressemble à aucun autre chien, aucun autre animal même.

Brassaï est lunaire, il vit dans son monde. Je vois bien qu'il a du mal à communiquer avec les autres chiens, mais au fond il s'en fout. Brassaï est un être unique et peut-être même qu'il vient d'une autre planète.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Quand on l'appelle ou qu'il entend un bruit, Brassaï relève la tête dans la mauvaise direction.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Brassaï est très maladroit et manque de m'emporter trois doigts à chaque fois que je lui donne une friandise.

Brassaï est l'être le plus pacifiste que j'aie jamais rencontré.

Brassaï mange allongé, après avoir aboyer cinq minutes. C'est le même rituel mystérieux, tous les soirs.

Ma voisine a longtemps cru que Brassaï était sourd, alors qu'en fait non, c'est juste qu'il n'écoute rien.

Brassaï dort 22h sur 24, les yeux ouverts et dans une position comportant un angle à 90°.

Brassaï est capable de se retenir de faire pipi 24h, pour la bonne et simple raison qu'il pleut dehors.

Brassaï passe beaucoup de temps à faire sa toilette mais ce qu'il aime par dessus tout c'est de se rouler dans des crottes (ou des animaux morts depuis longtemps).

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Brassaï sursaute quand une feuille morte tombe à côté de lui, mais ne voit pas le problème quand une horde de vachettes enragées fonce dans sa direction.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Brassaï peut passer des heures à aboyer sur un objet pour lui faire comprendre qu'il se trouve sur son passage et qu'il aimerait bien qu'il se pousse.

Brassaï sait parler et utilise le même langage que Chubaka (si ça, c'est pas une preuve de son origine extra terrestre!). D'ailleurs ils ont aussi la même fourrure.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Derrière son air mi-simplet mi-autiste, je pense que Brassaï est doté d'une intelligence supérieure et qu'il a tout compris au monde... je le soupçonne d'ailleurs d'avoir allumé plusieurs fois la télé en mon absence.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Bref, je vais m'arrêter là, inutile de continuer, vous avez compris le message: Brassaï est génial et on s'aime pour toujours.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Perrine, l'heureuse Humaine de Brassaï.

Brassaï, mon podenco venu d'une autre galaxie

Commenter cet article

Catherine 23/04/2016 23:03

J'adore ton, non votre "histoire " à tous les deux. Que d'amour!
Merci aussi à toi, Christine et Isabelle de m'avoir fait découvrir les Podencos et de vivre aussi une belle histoire d'amour qui a commencé avec Cérézo et se poursuit avec les autres.