Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travis

Publié le par Podencostory

Il était une fois l’histoire non extraordinaire d’un grand Pod nommé Travis…Tout a commencé par une photo diffusée sur fb, parmi des centaines de Podencos à l’adoption, mon cœur s’est figé sur lui…Je suis tombée en amour pour ce regard, ce visage, cette aura.

Travis

A l’époque, je ne connaissais rien des Podencos et je n’envisageais pas vraiment de refaire ma vie avec un chien. Mais l’appel fût si fort qu’il nous mena jusqu’en Espagne, dans ce petit refuge de Teruel où Travis vivait depuis quelques mois. Ce voyage fût sans doute le plus beau et le plus émouvant de ma vie. J’avais rêvé la rencontre des dizaines de fois dans ma tête et, sur la longue route qui me menait à lui, j’essayais de canaliser toute cette émotion en me promettant de ne pas pleurer.

Travis avait été trouvé errant et blessé. Après plusieurs interventions chirurgicales, l’équipe vétérinaire avait réussi a sauvé sa patte arrière, c’était en novembre. Le 7 février, je traversais l’enclos du refuge et l’apercevais enfin derrière les grilles, immense et décharné, un brin sauvage, inapprochable et magnifique.

Travis

Nous passâmes notre première nuit à l’hôtel, avec Travis complètement dans sa bulle, projeté dans un autre monde, dans la chaleur de cette chambre, lui qui passait ses nuits dehors sous un abri de fortune, ouvert au vent glacé de l’hiver… Le lendemain, en regardant sa patte, j’aperçus une plaie au niveau du genou ; la broche avait bougé et commençait à sortir… Il fût donc réopéré, afin de retirer la broche. Il dormit pendant deux jours la tête posée sur mon pull sans manger, sans boire, sans faire ses besoins. Enfin, il céda pour quelques tranches de jambon… Deux jours plus tard, nous repartions avec notre précieux chargement.

Travis

Travis était enfin à la maison…Il était très calme, me suivait partout, à distance. Je ne pouvais pas encore le toucher, il ne supportait pas la proximité, encore moins le contact de la main, gardant un périmètre de sécurité. Le cercle allait vite s’ouvrir entre lui et moi. C’est avec la brosse que je tentais les premiers contacts, qu’il accepta. je lui parlais beaucoup, j’attendais…Trois jours plus tard, je glissais ma main sous la brosse, il ne bougea pas… J’étais heureuse ! Une semaine plus tard, je tentais un bisou, sur la patte, il n’acceptait pas encore mon visage trop près du sien… Il me faudra attendre encore une dizaine de jours pour l’embrasser…

Il mettra un an et demi à accepter que Franck (mon homme) le caresse…

Aujourd’hui, Travis est avec nous depuis 3 ans…

Travis

Que vous dire de lui sans déraisonner…

C’est un être passionnant, atypique, mystérieux, sauvage et aimant. Il a su retrouver toute sa personnalité, il s’est adapté avec beaucoup d’intelligence, de réflexion, d’efforts et de ténacité. Certes, il n’est pas tout à fait un chien « normal » ; il est bien plus que cela. Il ne me fait jamais la fête quand je rentre, il me regarde, il m’attend et me lèche les mains pendant dix minutes. Il a une totale confiance en moi depuis le début, il s’est toujours laissé soigner, y compris pour sa plaie, je lui ai même retiré les points sans qu’il ne bouge.

Il ne demande jamais rien, je ne lui demande jamais rien non plus, tout se passe naturellement. A peine deux mois après son arrivée, nous l’avons lâché dans la forêt, il nous suivait, au loin sur les hauteurs, un peu comme le font les loups…Il n’a jamais fugué, parfois chassé en nous ramenant deux pauvres petits marcassins.

Travis

Il dort beaucoup, est incroyablement calme, il médite parfois de longues minutes, le regard ailleurs tout en nous fixant. Il n’aime ni la pluie, ni le vent, ni le soleil de l’été…Il est très détaché des autres chiens et des humains en général, c’est un solitaire…

Travis, c’est la pudeur des sentiments, c’est un grand amoureux, tendre et parfois jaloux. Il veille sur moi à la manière des grands sages et c’est un immense bonheur de partager et d’enrichir ma vie avec lui…

Travis

Depuis un an et demi il vit avec une petite Podenca, dont je vous raconterai bientôt l’histoire…

Travis

Vous l’aurez compris, ce récit est un récit d’amour… Aussi, je voudrais que les gens comprennent que ces chiens ne sont pas des chiens, mais des Pods. Allez les chercher comme on part à la quête d’un trésor, les traumas peut-être plus que les autres… Ils ont une richesse intérieure que je n’aurais jamais soupçonnée …

Rendez-vous heureux, adoptez un Pod.

Travis

Un petit complément (par Franck)

Je n’ai pas une histoire aussi passionnée avec Travis que la relation qu’Isa a su liée avec lui. J’ai même mis du temps à comprendre et accepter ce lien si fort qu’ils ont tous les deux. Avant de rencontrer Travis, je ne connaissais moi non plus pas les pods. Je n’avais d’ailleurs pas réellement partagée ma vie avec un chien (hormis durant mon enfance). C’est bizarre au départ un chien trauma. Heureusement, Isa m’a montré et expliqué. Je ne pouvais pas l’approcher, pas réellement non plus lui parler. C’est comme si je n’existais pas pour lui. Je me souviens d’une fois où j’étais seul avec lui. J’avais envie d’aller le promener. J’ai essayé de lui mettre son harnais pendant une heure… en vain. J’ai compris que c’était lui qui viendrait à moi, avec du temps, de la patience et de la bienveillance. Il a pris effectivement son temps !

Isa a su lui permettre d’évoluer et un jour, il a accepté de jouer avec moi. Il tient dans sa gueule une corde et je tire de mon côté. Peu à peu, au cours de ces petits jeux, je me suis approché de lui, en imitant son comportement, en grognant, en faisant semblant de tirer la corde moi aussi avec mes dents, en le laissant régulièrement gagner… jusqu’au jour où il a accepté que ma tête soit contre la sienne… A partir de ce jour, j’ai pu l’approcher, le caresser, l’embrasser. Alors, je n’ai sans doute pas cette relation passionnée qu’Isa a avec lui, mais cette relation qui s’est nouée petit à petit n’en est pas moins belle pour moi. Il n’est peut-être pas un chien « normal » comme dit Isa, mais c’est un chien d’une présence immense.

Isabelle et Franck

Commenter cet article

un autre passionné 17/03/2016 20:13

Les relations d'amour quelles qu'elles soient (humaines ou autres) quand c'est la passion qui les anime on se doit d'évoquer la beauté artistique. Je connais Isa, ou plutôt non, je l'ai rencontrée, il y a quelques années déjà, aujourd'hui, je te rencontre à nouveau : ce n'est plus la même, sans doute ! Mais la beauté passionnelle est encore et toujours en moi quand je l'entends, quand je la lis enfin... Merci Isa (moi j'écris Hyza) pour tes mots et cet amour que tu dispenses à ceux que tu aimes avec passion : Travis, Franck, et tous ceux que tu ne connais même pas...
A bientôt de te lire encore et encore.