Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Publié le par Podencostory

Ça ressemble à la Leishmaniose, ça a les symptômes de la Leishmaniose, mais ce n'est pas la Leishmaniose. C'est une pseudo folliculite murale lymphocytaire isthmique rappelant la pelade de Brocq.

Ou comment une petite podenco poilue se retrouve en moins d'un an avec la moitié du pelage disparu et le reste clairsemé.

L'histoire de Java :

Adoptée en Mars 2015 alors qu'elle se trouvait au refuge de Perrikus en Espagne, Java est une croisée podenco à poils durs, en bon état de santé.Dans les deux mois qui ont suivi son arrivée en Normandie, le poil de Java pousse, sans doute la conséquence de la stérilisation .

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Début septembre, je constate qu'elle présente un trou dans son pelage, circulaire et sans blessure ou piqure apparente au niveau du coup. J'en profite pour consulter auprès d'un nouveau vétérinaire qui pratique les médecines douces. Elle diagnostique une allergie suite à une piqure de puces.

Je modifie également la nourriture de Java et j'opte pour une alimentation à base de saumon.

Au bout d'un mois, je remarque que le pelage devient clairsemé au niveau de l'intérieur des pattes et qu'elle a des abrasions autour des yeux. De plus, ses griffes poussent très rapidement et son poil noir est devenu gris et terne. Bien qu'ayant déjà été testé négative pour la Leishmaniose, je demande un deuxième examen. La vétérinaire penche aussi pour cette hypothèse.

Cependant il s agit un test rapide et donc peu fiable. Il est négatif.

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique
La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

En novembre, je retourne donc chez mon vétérinaire habituel, au diable la médecine douce.

Il examine Java, dont le pelage clairsemé à l'intérieur des pattes se transforme en calvitie, qui gagne bientôt le ventre.

Il donne sa langue au chat (et pourtant c est un cabinet avec 3 vétérinaires ayant chacun des compétences) et me dirige vers un spécialiste en dermatologie.

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

En début d'année 2016, arrive le fameux rendez vous auprès du docteur CADOT (je donne son nom car c'en est un … de cadeau). Éminent dermatologue qui participe à des recherches au delà de nos frontières. Il examine Java et conclut que la leishmaniose est envisageable mais pas seulement. Après des examens des poils au microscope, il prescrit des examens sanguins pour recherche de la leishmaniose, erlichiose, autres maladies flippantes et une sérologie complète.

Retour chez les vétérinaires traitants qui effectuent tous les prélèvements. Les deux vétérinaires qui procèdent aux examens penchent aussi pour la leishmaniose : perte de poils, abrasions de la peau autour des yeux, griffes qui poussent anormalement vite, manque d appétit, apathie et comportement tristoune de ma Java.

Au bout de 3 semaines, tous les examens reviennent négatifs ou normaux. Il faut donc passer maintenant à la biopsie cutanée.

Nous sommes maintenant en février 2016, Java a perdu tout son poil sur l'intérieur des pattes, du ventre ; son poil est très clairsemé sur le poitrail, sur les flancs, au niveau du cou. Seule sa queue a été épargnée, elle est restée de couleur noire, à poils courts et durs.

Les biopsies sont effectuées, trois incisions : une sur le dos ou la chute des poils est moindre et deux sur les flancs où elle a quasiment tout perdu. Soit 15 points de suture, une jolie collerette, qui seront retirés quinze jours plus tard.

Février 2016 :

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Je poste les biopsies pour le laboratoire d'anatomie pathologique de Toulouse. De nouvelles hypothèses sont ouvertes : alopécie des robes diluées, etc … des trucs pas sympas et souvent sans traitement.

Puis le 17 février 2016, les résultats :

Java souffre d'une pseudo folliculite murale lymphocytaire isthmique rappelant la pseudo pelade de brocq. Une maladie très rare sur laquelle il existe encore de nombreuses zones d'ombre : notamment son développement. Cependant, on sait certaines choses : la maladie est souvent provoquée par un traumatisme émotionnel comme un décès abandon, maltraitance, mais surtout elle se soigne rapidement et elle n'a pas d'incidence sur les organes.

Il s'agit d'une inflammation des follicules pileux et sans les biopsies, elle n'aurait jamais été diagnostiquée.

Deux traitements existent :

la cortisone, avec tous ce que l'on sait des conséquences sur le foie, les reins, etc mais très efficace

la ciclosporine, qui est utilisée chez l'homme pour éviter les rejets d'organe, mais d'une façon différente chez l'animal et surtout sans conséquence.

On optera pour un mix des deux, avec de la cortisone au départ et un générique du second (sur les conseils du vétérinaire car le traitement coute très cher. Soit deux mois de traitement en espérant que bientôt Java retrouve sa bouille de petite croisée poilue.

Si j'ai choisi d'écrire cet article, c'est en raison des origines de la maladie, nos chiens espagnols ont subi violences, maltraitance, abandon et même si cette maladie est très rare, elle peut en toucher d'autres. Il faut aussi ne pas s'arrêter parce qu'un diagnostic est négatif. J'aurais pu stopper tout une fois la leishmaniose écartée.

J'ai choisi de ne pas abandonner et de poursuivre les recherches grâce à une équipe de vétérinaires formidables et acharnés, malgré le coût des tests et autres visites, examens, etc. Parce qu'en adoptant Java, j'ai fait le serment de la secourir et de lui donner une belle vie.

Et puis, se retrouver “à poil” en Normandie, ce n'est pas une belle vie !

La Folliculite murale lymphocytaire isthmique

Sandrine

Commenter cet article