Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Estrella

Publié le par Podencostory

Je m’appelle Estrella, je suis une Podenca, j’ai environ 7 ans… Le début de ma vie ressemble à celles de milliers de chiens en Espagne, mais je vous écris surtout pour vous dire combien j’aimerais que ces milliers de chiens cessent de mourir dans l’indifférence. J’espère que mon histoire vous touchera et que ce témoignage ne restera pas inutile…

L’Espagne, c’est mon pays. Mais, dans mon pays, on nous considère comme un objet, on nous utilise, puis on nous jette… J’ai vécu les trois premières années de ma vie dans une réhala. J’étais une reproductrice, mon estomac était vide, mais mon ventre était toujours rond et plein de bébés qu’on m’arrachaient ensuite…Et puis un jour, je me suis retrouvée seule, je ne savais plus où aller, j’avais faim, j’avais soif,j’avais peur, j’avais mal, j’aurai voulu mourir… A bout de force, je me suis étendue sur le bord d’une route, je n’irai plus nul part. J’ai posé ma tête sur le sol, je voulais regarder une dernière fois le ciel, mais tout est devenu blanc et mes yeux se sont fermés…Je ne sais plus combien de temps je suis restée là, mais le destin m’a sourit, des humains ont croisé mon chemin, ils m’ont emmenée, ils se sont occupé de moi, mon corps a reprit quelques forces, assez pour qu’ils décident alors de m’emmener dans un refuge, à Teruel…C’est là que j’allais passer mes trois prochaines années…

Estrella

La vie n’était pas facile, mais c’était mieux qu’avant. Les humains me terrorisaient. Je n’avais qu’une amie ; elle s’appelle Reyes, elle était douce et patiente avec moi, elle venait régulièrement me chercher et nous nous promenions autour du refuge. C’est un endroit isolé,un peu vallonné, couvert de terre rouge. J’aime beaucoup Reyes, c’est la première humaine qui m’a aimée. Elle me caressait, m’embrassait… C’était tellement nouveau pour moi, c’était si doux… Je l’attendais tout le temps…Les jours passaient au fil des saisons, certains de mes amis partaient, d’autres arrivaient…Je me souviens de ce jour, c’était fin novembre. Il faisait si froid, la neige commençait à tomber et le vent me glaçait… Je l’ai vu arriver, il boitait un peu. Il était grand et maigre, son regard était de jade, un peu fuyant, sauvage. Il m’impressionnait beaucoup. Aussi quand je compris que nous allions partager le même enclos, mon coeur s’est mis à battre un peu plus fort… Mais Travis était gentil, nous nous réconfortions mutuellement, j’étais très attaché à lui. Nous avons ainsi passé trois mois ensemble…Et puis ils sont arrivés, ce jour où le vent hurlait si fort. Ils étaient deux, un homme et une femme. Ils avaient l’air gentil, mais ma gorge s’est nouée quand j’ai compris… Ils ont attaché une laisse au collier de Travis, derrière les grilles, je les ai vu s’éloigner, les yeux rivés sur lui, je l’ai vu disparaître…Il avait trouvé une famille… Pour moi, ce serait plus difficile, j’étais trop trauma, les bénévoles du refuge voulaient une famille « particulière »…Les jours passèrent. Le soir, je me couchais en pensant à lui, où était-il, était-il heureux ?Nous étions en octobre, le soleil était chaud et la lumière flamboyante sur la terre rouge des collines… J’avais une sensation étrange, depuis quelques jours Reyes était triste, elle me parlait beaucoup, ses yeux brillaient… J’ai vu une dame avancer vers moi. Elle me souriait, je crois. Je ne voulais pas la voir, alors j’ai fait le noir dans mes yeux, le vide dans ma tête comme quand j’ai très peur. Je me suis écrasée sur le sol en détournant mon regard, mais elle a continué d’avancer vers moi et s’est accroupie… J’avais si peur, mes griffes s’enfonçaient dans la terre, je sentais qu’on allait m’emmener, je ne voulais pas… J’aurais voulu mourir…Soraya, une des bénévoles du refuge, m’a soulevée. Je me suis retrouvée à l’extérieur de mon enclos, de ma maison. Je me suis recroquevillée sur le sol, j’avais une laisse, je ne pouvais pas fuir, je tremblais … Je crois que la dame s’est éloignée de moi. C’est alors que je l’ai vu…Il était grand, son poil avait tellement poussé, il n’était plus maigre, il ne boitait plus, il avançait vers moi, il était encore plus beau que dans mes souvenirs… Je n’ai pas compris, tout à coup mon corps est parti tout seul, en courant vers lui… Nous sommes restés un moment à nous promener entre les arbres, sur les collines, puis nous avons rejoint Reyes…Elle souriait...

Estrella

Avec la dame, elles se faisaient des gestes pour se comprendre, parfois leurs regards s’immobilisaient dans un silence, je crois qu’elles se comprenaient bien au-delà des mots…Le temps s’est arrêté un peu, Reyes pleurait dans les bras de la dame… Alors, je suis montée dans la voiture, allongée près de Travis, je crois qu’il me souriait… Il m’impressionnait la route a été longue…

Estrella

Je quittais mon pays, j’avais peur, les questions se bousculaient dans ma tête… Je pensais à ce que certains nous racontaient le soir dans les box : des histoires merveilleuses et incroyables, de chiens qui vivaient dans des maisons, avec des humains qui prenaient soin d’eux, qui les aimaient… Je crois qu’ils appelaient ça une famille…

Estrella

Estrella

Aujourd’hui, Estrella est avec nous depuis un an et demi. A l’époque, nous voulions adopter une petite Pod, mais nous ignorions l’histoire de ces deux-là. Nous cherchions « une compagne » pour Travis.

Estrella

J’avais publié un post sur fb et, un jour, j’ai reçu une photo d’Estrella avec ces quelques lignes de Teruel : « Elle était si triste quand Travis est parti.» Vous connaissez la suite…Que dire d’Elle… C’est un être d’une douceur et d’une gentillesse démesurée.

Estrella

C’est un concentré d’amour, ça coule en perf dans ses veines, c’est inné. C’est une mère dans l’âme,elle vous happe et vous entraîne dans un monde où tout n’est que tendresse et bonté. Elle a pourtant vécu la haine et la violence d’une vie de misère. Mais les animaux ont cette faculté incroyable de pardonner ce qu’il y a de plus bas dans notre « humanité ». Sans jugement, avec une grandeur d’âme que nous devrions bien souvent prendre en exemple. Elle n’oubliera jamais, elle a été brisée, encore très traumatisée, elle trouve toutefois la force de croire en nous et quand elle s’abandonne sous les caresses, c’est toujours un moment intense et très émouvant pour moi, elle m’envoie toute sa vie, sans retenue, en plein cœur…

Estrella

Merci à mes chiens d'être là

Isabelle

Commenter cet article

cet autre 22/03/2016 18:11

Merci encore à Toi, ou plutôt devrais-je dire à Vous, Hyza, Estrella, Travis... Que les histoires de vie sont belles quand elles suintent d'amour sur nos toiles nocturnes aux brillances d'espoir !...