Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Yeta une survivante

Publié le par Podencostory

Yeta une survivante

Je m'appelle Yeta, "petite" podenca andalouse née dans une meute de 120 chiens à peu près. Quand nous avons été trouvés, seuls 18 d'entre nous avaient survécu. Abandonnés à notre sort sans nourriture ...
J'avais le crane ouvert, des morsures sur tout le corps. Je suis une miraculée. Après de nombreux soins (vous vous en doutez) j'ai été transférée de Cuenca jusque dans le sud de la France. Les bénévoles pensaient que je resterais malvoyante et sourde. J'ai une partie du cervelet détruite mais il me reste la partie la plus importante qui fonctionne bien !

Après avoir connu deux familles d'accueil en peu de temps, un jour une dame est venue me chercher.
Elle m'effrayait ! Elle me parlait mais la peur était plus forte que la douceur de sa voix. J'avais à peine un an. Nous sommes alors en février 2011.
Je suis arrivée dans une maison pleine d'un bruit étrange : le chant de la mer.
Comprenez : je vois très mal. Tout est nouveau : les bruits, les odeurs, l'espace ... Je me cogne partout. Je suis prête à mordre, je grogne et me cache dans une panière avant de trouver refuge dans un fauteuil qui restera le mien. Plus question que je bouge !!!! Je passe beaucoup de temps à aboyer. Des voisins font même venir la police !
Tout me semble être agression. Qu'ils ont dû être patients !!!
Ma famille ne connaissait rien au podenco. C'est quoi un podenco ??? Ils voulaient juste un chien dont personne ne voudrait pour lui offrir une belle vie. Ma Môman avait toute fois une exigence, elle voulait un chien avec de grandes, très grandes oreilles tombantes ! Il y a eu un bug dans le casting et c'est moi qui ai gagné le premier prix !

Yeta une survivante

Alors a commencé un long apprentissage pour nous. Ils ont fini par comprendre que je voyais et entendais mais que les images et sons perçus ne me permettaient de me déplacer et me situer normalement. Par exemple, une chaise qui me semble à ma droite est en fait juste en face de moi ou inversement. Comme si un vilain génie s'amusait à déplacer les objets !
Je faisais de nombreuses crises de tétanies plusieurs fois par jour voir par heure. J'en ai encore parfois sous le coup d'une émotion trop forte. Je suis une grande sensible.
Mon corps se raidit et se tord en tous sens. Il faut me prendre dans les bras pour que je revienne à moi et me faire des câlins. L'amour est le meilleur remède à la souffrance.

Quand je me déplace, je balance ma tête à droite, à gauche. Descendre une marche est un challenge tant cela me parait être un gouffre.

Chaque première fois a été couronnée de cris de joie et de caresses ce qui m'a encouragée à progresser. J'ai appris que la main peut donner de la douceur en caressant. J'ai appris à jouer en regardant Fripouille le faire.

Yeta une survivante

Ça semblait tellement bon que j'ai fini par vouloir jouer moi aussi. Je suis devenue joyeuse. Je n'ai jamais fait aucune bêtise. Vrai !

J'ai même dû apprendre à vivre au milieu d'une tribu de chats domestiques et errants ! Je ne cache pas que l'idée première était de les croquer tout net ! Je dois même accepter les hérissons !!!

J'aime les câlins et j'en réclame toujours parce que je les mérite bien sûr, ne suis pas la plus gentille ?

J'aime les grasses matinées, j'adore le soleil et je n'aime pas l'hiver avec le ciel qui pleure trop souvent. L'eau, c'est vraiment Brrrrrrrrr !!!

On dit que je suis gourmande ? Sottise, j'aime les bonnes choses voilà tout !

Je vis en centre ville où je me promène en laisse. Il faut me faire toujours les même trajets et dans le même sens sinon ça me perturbe et je refuse d'avancer. En forêt ou sur la plage, je peux courir libre comme le vent mais sous haute surveillance. Au moindre appel je reviens. Si nous croisons des étrangers, je me cache derrière ma famille.

Yeta une survivante

Je suis une très bonne gardienne. Je prends également à cœur de m'informer de tout ce que font les voisins ... Curieuse, commère, un peu j'avoue ;-) mais c'est mon rôle de protéger ma tribu.

Je ne suis pas fugueuse, j'aime trop ma maison, mes humains, mon fauteuil. J'adore mon fauteuil où je n'y tolère que mes deux pattes. Les autres poilus oust ! Poilue, je ne le suis presque pas. A certains endroits, je n'ai aucun poil. Ce sont mes zones à bisous !

Yeta une survivante

Je suis devenue toute ronde comme un ballon. Les gens disaient que je mangeais trop et mal. Môm, pas d'accord avec ce constat m'a emmenée chez le docteur. Ma thyroïde ne fonctionne pas comme ma Môman. Nous sommes tombées malades en même temps. Et dans la famille, ils disent que je suis tellement proche d'elle que j'ai développé la même maladie. Peut-être, peut-être pas ... Alors tous les jours, j'ai mon médicament comme elle !

Je ne me connais qu'un seul défaut, je ne partage pas. Je ne partage pas mon fauteuil, encore moins ma gamelle ... Et un autre petit peut-être, je ne me toilette jamais ! Je n'ai pas eu de maman pour m'apprendre et puis les mains douces de mes deux-pattes sont tellement agréables !
Voilà c'était un peu de moi. Suis-je une vraie podenca ?

Yeta une survivante

Sachez en tous les cas que je viens de loin, très loin. De l'obscurité, je suis passée à la lumière. Il m'a fallu tout apprendre et ma famille à deux ou quatre pattes a dû être patiente. Ils disent que j'ai enrichi leur vie. Que je suis leur soleil ...

Yeta une survivante

Vous envisagez d'agrandir votre famille ? Pensez à l'adoption, pensez aux podencos. Nous avons besoin de vous. Ne vous arrêtez pas aux critères de race. Un chien ne se résume pas à une race. Vous trouverez forcément le pod qui vous ressemble. Il y en a de toutes les tailles, de tous poils et même sans comme Moa ! De tous caractères comme chez les deux pattes. Ne vous arrêtez pas non plus à un handicap, une maladie ...

Juste une chose, en fonction de nos passés, il nous faut plus ou moins de temps. Certains comme Moa ont tous à apprendre même à être aimé !

Yeta

Yeta une survivante
Yeta une survivante

Commenter cet article

Béa de C 29/03/2016 12:33

Ma belle Yeta... heureuse louloutte...