Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Publié le par Podencostory

Morena, 8 ans d'Espagne,

8 ans d'Enfer!

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Les chiens et les chats ont toujours fait partie intégrante de ma vie.

J'en ai eu beaucoup car il n'était pas question de trouver un animal et de l'emmener à la SPA, notre porte a toujours été ouverte pour eux.

Puis un jour, découverte d'Internet et de Facebook, un réseau social avec lequel j'ai très vite trouvé des amis dans la PA. Inutile de dire que je ne m'attendais pas à découvrir autant de cruauté envers les animaux, les images sont dures, choquantes, et j'ai bien failli tout arrêter avant de me pencher sur le sort de ces pauvres chiens d'Espagne : les galgos et les podencos.

Très touchée par leur souffrance, j'ai donné un maximum de mon temps pour les faire connaître, et aujourd'hui j'ai adopté depuis deux mois une croisée podenca "Morena" et à cause de leur "double peine", je vais exclusivement consacrer mon temps à les aider.

Désirant adopter un podenco, je m'étais dit : ils sont magnifiques avec leurs grandes oreilles dressées, certains sont couleur bronze, d'autres blancs et caramel, et je n'avais que l’embarras du choix. Je pensais sans doute avoir l'intention d'adopter un superbe podenco, peut être même un des plus beaux!

Mais c'était sans compter avec la voie que je m'étais toujours tracée concernant les animaux !

Le plus beau ?

Pourquoi?

Adopter un chien, c'est un geste d'amour et peu importe qu'il soit beau!

Les plus beaux seront sans doute adoptés en premier, alors je choisirai non pas un podenco, mais un croisé podenco, peu importe la couleur, la longueur de ses oreilles, et s'il est borgne, je le prendrai aussi.

L'essentiel est de faire sortir du refuge un chien qui a souffert et qui risque de rester derrière les barreaux.

Un jour, j'ai vu sur un site la photo d'une croisée podenca avec ce commentaire : "un exemple de la pire maltraitance qui soit. "Cette chienne, après avoir chassé, est restée pendant des mois dans un cagibi noir avec du pain sec comme seule nourriture".

Il faut dire que dans son malheur, elle a quand même eu de la chance d'échapper à la mort car le maître étant devenu fou, il a été conduit à l'asile et Morena s'est retrouvée au refuge.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Impossible de détacher mes yeux de cette photo, pendant deux jours, jour et nuit, je ne voyais qu'elle.

La décision était prise, c'est elle qui viendrait rejoindre notre famille et mes deux autres chiens.

Trois longues semaines d'attente se sont écoulées, puis le grand jour, son arrivée à Bordeaux, avec d'autres chiens d'Espagn

Plus fragile, plus craintive et surtout plus traumatisée que les autres chiens arrivés avec elle, le malheur a voulu qu'elle trouve le moyen de s'échapper dans un lotissement et ce fut le chaos.

Je l'avais tellement attendue, espérée, que ce fut pour moi un effondrement total. Il ne m'était pas possible de croire qu'après autant de souffrance et des heures passée à remonter du sud de l'Espagne, elle risquait d'être perdue à jamais et de se faire écraser.

Elle était déjà dans mon coeur, la petite Morena, j'aurais voulu la caresser, la câliner, lui dire que la vie commençait pour elle.

Trois jours encore d'une longue attente, puis un coup de téléphone : on a retrouvé Morena. Inutile de dire que je n'ai pas perdu de temps pour aller la chercher.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Aujourd'hui elle vit au sein de notre famille, c'est une puce de 12 kg qui adore les enfants.

Elle est vive, intelligente, rusée mais voleuse. On ne peut pas lui en vouloir, elle ne connait rien de la vie en famille, elle a tellement manqué de nourriture.

Elle a peur de tout, du moindre bruit, du moindre geste; nous devons même faire attention à ne pas élever la voix.

Elle nous montre qu'elle a confiance en nous, mais elle est soumise, elle a toujours peur d'être battue. Pourtant, c'est une grande coquine, une vrai fripouille, elle nous observe, surveille ou nous sommes pour filer à l'anglaise à pas feutrés et sauter la clôture de l’étang pour courser les canards sauvages; dix fois par jour, il faut appeler Morena et quand Morena revient, la tête basse, il n'y a pas de punition.

L'apprentissage sera très long, c'est comme ça avec les chiens d'Espagne.

C'est un ange de douceur, comme tous les lévriers, et un bonheur à part entière.

Morena, ma petite roisée podenca, témoignage d'une adoptante

Oh, ce n'est pas la plus belle! Mais pour moi, si, c'est la plus belle.

Elle est ma petite reine débordante de vie et de tendresse et quand je la vois courir en liberté, mon coeur déborde de joie !

Je t'aime, ma Morena


Cathy Marquet

Commenter cet article