Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'adoption, un chemin vers la vie.

Publié le par Podencostory

A l'occasion du Podenco day du 1 er mai 2020, voici une série de photo, montrant la magie de l'adoption.

Pas de mystère, temps, patience et respect sont les clés pour redonner de la dignité à nos podencos!

Des "avant-après" poignants. Des regards qui changent, des émotions qui naissent...

On commence par une sacré transformation, un chiot qui est devenu un prince.

"Pody, la sauterelle au refuge, il s'appelait Hallo, et Pody maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"A gauche Canela en octobre 2019 et à droite la semaine dernière et ce matin❤️❤️❤️"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Layla le jour de son arrivée, très timide, osant à peine se déplacer ni se poser. ( il y a 1 an ) et aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Pas besoin de mot...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Poddy encore vagabond dans les rues de Ponteilla fin août 2019 et aujourd'hui fier d'être à la maison"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Solia venant d'un refiuge en Espagne, elle avait 2 ans, Solia aujoud'hui 4 ans"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Souvenir du refuge, et 2 mois après leur arrivée"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Coral à son arrivée en France après une journée de camion et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Mimi en 2016 en refuge et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Fausto, en 2010 au refuge et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Khan en 2019 et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Isis trouvée errante une chaîne serrée autour du coup, maigre, et craintive, décembre 2010"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Mattéo au refuge et aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Lollypop trappée dans le 66  et aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Mila avant et après adoption"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Le jour où nous avons eu jordy... Il était en sous poids, en convalescence suite à sa patte cassé, il tremblait dès que quelqu'un approchait... 😢

 Et au bout de 4 ans aujourd'hui (car nous l'avons adopté un 1er mai 😁) voici le monstre 😍"

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Ashok secouru par les bénévoles en Espagne, je cite "Consuelo l'a trouvé dans un état catastrophique en juillet 2016. Blessé au cou, et avec une patte abimée"

Ashok chez moi depuis novembre 2019, mon chien en carton, tout tordu et abîmé et pourtant le plus cool et le plus joyeux de la terre !!!"

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Alcalà le 28 octobre 2013 en Espagne...Alcalà maintenant (adoptée en 2014) Elle a gardé beaucoup de séquelles de sa vie en Espagne, elle est toujours trauma 😢"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Praline à sa sortie de fourrière française, Praline aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Pharos 1 mois après son adoption, Pharos aujourd'hui heureux d'aller en balade"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Moka à son arrivée à la masion en janvier 2018, et aujourd'hui beaucoup plus à l'aise sur le canapé..."

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Dino, son arrivée en France et quelques années plus tard"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Pedro, Podenco Maneto abandonné dans les rues en Espagne en 2018, il a été brûlé par des enfants très cruels et a subi des brûlures au troisième degré à la tête. Adopté par nous fin de 2018 et aujourd'hui printemps 2020 dans notre jardin en France. Une belle transformation!"...

L'adoption, un chemin vers la vie.

"Becki peu de temps après son arrivée à Paris en 2012 et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.

"Lily en refuge en Espagne et maintenant, ramenée après être avoir donné un coup de main sur place, j’ai appris fin 2015 ce qui se passait en Espagne, je suis partie en février 2016"...

L'adoption, un chemin vers la vie.

Jackin en 2013 et maintenant...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Aura petite andalouse venant d'un refuge espagnol
14 h de voyage plus tard elle a rejoint notre famille fin août 19 et maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Beau arrivé en urgence en 2016, traumatisé, incapable de soutenir le regard, pétrifié dès que l'on s'approchait de lui, tremblant et se recroquevillant contre les murs. Désormais un podenco heureux et épanoui grâce à mes loulous qui lui ont montré le chemin et lui ont appris à accorder sa confiance"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Elga avant au refuge en 2013, et Elga en 2020...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Duncan adopté en SPA française, Duncan maintenant...

L'adoption, un chemin vers la vie.

Emirats au refuge et maintenant en Bretagne depuis 1 an et demi...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Faroh, adopté en 2012...

L'adoption, un chemin vers la vie.

Hansel à son arrivée en 2015 et Hansel adulte...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Louna, 1 an, au refuge et Louna maintenant...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

" Notre jolie Kira environ 6-7 ans, podenca andalouse adoptée il y a 4 ans, toujours très marquée par son passé mais tellement mignonne"...

L'adoption, un chemin vers la vie.

Tiago, podenco maneto récupéré en perrera à Cadix en novembre 2019 et adopté le 29 février 2020...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Vicky en Espagne en 2011, Vicky au réveil ce matin"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

Titou quand il a été trouvé à Llanca et Titou après...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Mon roi Cisco, avant-après, 8 ans que je n'avais pas remis le nez dans ses photos"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Lisbonne à sa sortie de 6 mois de fourrière française, et Lisbonne aujourd'hui, 11 mois plus tard"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Notre Lulu arrivé en ocotbre 2019, et Lulu aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Jojoba en refuge en Espagne en 2019, Jojoba quelques mois plus tard"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Skarlett il y a 12 ans, "déposée paralysée à 4 mois devant une caisse sous la pluie devant un refuge, et aujourd'hui"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Mali, 1 mois sépare ces photos, à gauche en Espagne, à droite chez moi"...

L'adoption, un chemin vers la vie.

Aely en refuge, et Aely en Bretagne depuis 6 semaines"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Maori, lors de son départ d'Espagne en 2017 pour me rejoindre et Maori maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Akita à son arrivée d'Espagne en 2011, Akita chez moi, Akita à 11 ans"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

"Quique à son arrivée en France, et Quique alias pépère maintenant"...

L'adoption, un chemin vers la vie.
L'adoption, un chemin vers la vie.

L'adoption, c'est une belle aventure qu'on devrait tous vivre, on vous le souhaite en tout cas.

Accepter d'accueillir un chien qu'on ne connait pas, le prendre comme il est, trouver un équilibre ensemble, éduquer et aussi faire des concessions pour le bien être d'un autre, c'est un beau chemin qu'on emprunte, quand on se lance enfin.

Etre accompagné dans sa vie par un chien rescue, un chien survivant, c'est magique, joyeux, émouvant.

Vous vous lancez?

 

Voir les commentaires

Charlie, un podenco qui dit non.

Publié le par Podencostory

Charlie, un podenco qui dit non.

J’ai lu une publication sur le cercle des podencos qui expliquait que souvent, seuls les chiens qui se sont résignés face à la maltraitance suscitent l’empathie, alors que ceux qui disent non, en montrant les dents par exemple, ne sont pas considérés comme des « bons » chiens. Alors qu’ils ont le droit de dire non ! Que c’est une manière de s’exprimer pour ne pas entrer dans le conflit. 

J’ai trouvé ça joliment dit et j’ai retrouvé dans ces paroles mon podenco, mon premier chien toute seule, ce chien qui est entré dans ma vie il y a un peu plus de 3 ans et pour qui j’ai une tendresse et un amour infini.

Charlie, un podenco qui dit non.

Mon podenco est un podenco qui dit non, m’a dit non à moi, mais aussi aux autres, aux inconnus qui ne respectent pas son espace vital et les règles de politesse canines (bien malgré eux pour la plupart, c’est probablement le plus triste de l’histoire). J’ai un podenco qui face à ce qu’il considère comme une menace, va réagir et non plier. Qui s’il est fâché et considère que j’exagère sur quelque chose, va me le faire savoir. Qui voudrait aimer l’humain mais s’en méfie.

Tempérament ou passé difficile ? C’est certainement un mélange des deux.

Charlie, un podenco qui dit non.

Mais j’ai aussi un podenco qui dit oui : oui je t’accorderai ma confiance si tu es assez patiente, tolérante et compréhensive. Oui je vais essayer de prendre sur moi si tu me guides et me montres le chemin. 

Charlie, un podenco qui dit non.

Oui je vais te donner tout mon amour et ma tendresse alors que ça ne va pas de soi pour moi maintenant que je sais que je peux compter sur toi. 

Charlie, un podenco qui dit non.

Avec Charlie le parcours est semé d’embûches, j’ai eu des moments de découragement, mais il m’a appris énormément. Notre relation a mis du temps à s’épanouir et continue toujours d’évoluer. J’essaie toujours de m’améliorer et de lui offrir le meilleur que je peux. Et mon dieu qu’il me le rend bien, comme chaque cadeau qu’il me fait me rend heureuse. Oui je vais te suivre et revenir après avoir chassé un lapin. Oui je vais prendre sur moi même si je n’aime pas que ces enfants crient, que ces gens fassent des gestes bizarres, qu’ils me regardent dans les yeux en s’avançant vers moi. Oui je vais me blottir contre toi pour dormir. Oui je vais te demander des câlins en posant ma patte sur ta jambe ou ton épaule. 


 

Charlie, un podenco qui dit non.

Charlie, mon podenco qui dit non, a été un coup de foudre quand je l’ai vu en photo la première fois, et je ne regrette pas de m’être engagée dans cette voie. 

Charlie, un podenco qui dit non.

Ce n’est je l’espère que le début de notre histoire, et je sais déjà qu’elle aura marqué ma vie :) 

Charlie, un podenco qui dit non.

Voir les commentaires

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Publié le par Podencostory

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

ll y a 3 ans, j'ai participé, un peu par hasard, avec ma chienne Berger de Podhale, à une marche canine organisée par une association, Lévri-AID.

J'ai été fortement interpellée et marquée de façon indélébile par l'horrible sort réservé aux chiens de chasse, Podencos, Galgos et cie... J'ignorais absolument tout de ces réalités.

Le 7 octobre 2019, ma chienne Calinka est décédée. Elle avait plus de 12 ans. Dans un premier temps, je suis restée prostrée dans un deuil extrêmement douloureux. J'avais un lien très étroit, fusionnel avec elle et 35 années d'une magnifique histoire d'amour avec les Bergers de Podhale. Il me semblait avoir atteint le sommet de la beauté et ne trouvais plus vraiment de raison de vivre ... à l'exception d'une petite image, au fin fond de ma mémoire, de l'histoire douloureuse des Podencos.

Ce souvenir a grandi, grandi, jusqu'à devenir le sens à donner à la poursuite de mon chemin de vie : accueillir l'un de ces êtres dans mon cœur  et ma vie et lui offrir sa place de roi. Oser m'aventurer dans l'inconnu et y aller en confiance.

Lorsque "Suse" est apparue sur mon fil d'actualité, candidate à l'adoption, ce fut une évidence, un coup de cœur, un élan et une énergie nouvelle. J'ai immédiatement rempli de formulaire de demande d'adoption.

Après acceptation de ma candidature, 3 longues semaines se sont écoulées avant son arrivée le 1er février 2020.

"Belle" sera désormais son prénom. 

Jamais je n'oublierai cette immense émotion de voir arriver le véhicule qui la conduisait auprès de moi et plus encore, la toute première fois que Belle a posé son regard sur moi. Une explosion de plénitude et de bonheur infini m'a envahie.

Le trajet dans ma voiture en direction de la maison où nous allions vivre fut un instant de grâce absolue : Belle se tenait debout sur le siège arrière, magnifique, curieuse d'absolument tout ce qu'elle découvrait pour la première fois.

 

 
Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je prenais conscience de la différence abyssale entre tout ce qu'elle avait connu et sa nouvelle vie.

A l'âge de 2 ans, elle avait été abandonnée sans nourriture ni eau dans une perrera. Dieu sait ce qu'elle a pu endurer durant ses 2 années. Les seuls éléments concrets en ma possession étaient qu'elle avait été recueillie en très mauvais état dans le refuge en Espagne, où elle séjournait depuis 3 ans !...

Et là voilà dans son foyer.

Je l'y entraîne en douceur en la laissant découvrir à son rythme, son environnement. Des coussins et couvertures sont disposés un peu partout dans le séjour afin qu'elle puisse choisir son ou ses endroits privilégiés, douillets, protecteurs, y compris le lit où elle passe une partie de ses nuits, délice absolu pour moi.

Pour son premier repas après quelques heures et les premières émotions passées, je ne lui ai mis qu'un tiers de sa ration, pensant qu'elle allait se jeter dessus et la dévorer. Mais sa gamelle ne l'intéressait pas, pas plus que son bol d'eau.

Durant les 3 premiers jours, elle mangeait peu, acceptait néanmoins progressivement quelques "douceurs" : des petits morceaux de steak, une sardine, une petite saucisse. Je la félicitais à chaque bouchée prise, à chaque lapée d'eau avalée.

A présent, elle mange volontiers et fractionne d'elle-même sa ration en 3 repas. Je lui en met plus qu'il ne faut, souhaitant lui faire comprendre qu'elle aura l'abondance, toujours, dans les limites du raisonnable bien évidemment. Elle semble apprécier que je reste assise auprès d'elle lorsqu'elle mange. Je la félicite et l'encourage puis la caresse longuement.

Les bruits de la circulation routière au-dehors l'impressionnent et la stressent, ce que je comprends aisément. Il lui faudra du temps pour se familiariser avec tout cela.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Durant nos premières promenades en forêts ou d'autres endroit calmes, elle est parfois apeurée voire terrorisée en voyant un chemin rétrécir, une personne âgée marcher avec une cane, une moto qui passe non loin ... 

J'ai tout à connaître sur l'ampleur de ses traumatismes passés.

Je préfère donc ne pas trop m'éloigner de la voiture pour le moment parce dès qu'elle a peur de quelque chose, elle n'a plus qu'un objectif : fuir et retrouver au plus vite son "refuge", réflexe ô combien naturel. Je ne force rien. Je lui suggère des lieux, nous nous y aventurons puis retournons vers la voiture. J'y vais doucement, ne m'éloigne pas trop loin afin d'abréger, si nécessaire, sa peur d'un événement survenu et son état de panique.

Je lui propose alors, quelques jours après, de retourner sur ces lieux et tenter d'avancer plus avant, sans forcer, et toujours en la félicitant et l'encourageant encore et encore. Je veille à garder un grand calme intérieur sachant à quel point nos compagnons ressentent chacune de nos émotions.

Mon objectif est de l'assurer que je l'emmènerai toujours, toujours, dans des lieux où elle est en sécurité et peut s'adonner avec joie à son plaisir de suivre des pistes, rencontrer des congénères sympas et ... des humains bienveillants. 

Avec tous mes chiens, j'ai réussi à leur inculquer que la laisse était leur lien protecteur, rassurant. Lorsque je les laissais marcher librement, si un événement étrange voire stressant survenait, ils revenaient et me montraient la laisse du regard. Ils avaient compris qu'une fois rattachés au plus près à moi, tout allait bien se passer.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je ne sais pas si Belle pourra un jour elle aussi courir et s'ébattre en toute liberté, ce que j'adorerais, mais je veux qu'elle comprenne que rester tout près de moi, contre moi, est l'attitude qui la protègera bien plus que la fuite, son refuge en toute circonstance.

Cela va à l'encontre de son instinct animal. Je lui explique que je suis une grande spécialiste de notre monde humain et que tout est ok là où je l'emmène.

Au fil des jours, elle me regarde de plus en plus souvent, notamment lorsque survient quelque chose de nouveau. C'est un regard interrogateur et de confiance à la fois. J'admire sa capacité à redonner sa confiance en un humain et si rapidement !!

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Les 5 premières nuits ont été angoissantes pour elle. Elle sortait dans le jardin puis rentrait à toute vitesse puis ressortait et rentrait ... en pleurant. Ca pouvait durer 2 heures. Elle était complètement perdue. 

Cela me semble déjà un lointain souvenir tant elle progresse à une vitesse fulgurante dans la confiance, l'adaptation et l'acceptation de sa nouvelle vie.

Les premières séances de câlins ont aussi été un peu stressante pour elle. Son joli corps n'avait pas l'habitude d'être autant choyé. Mais bien vite, elle a dépassé cette gêne et s'abandonne depuis longtemps avec plaisir à ces séances de caresses.

Il me semble vivre à ses côtés depuis bien plus longtemps que 21 jours tant elle emplit la maison de son charme et de son infinie douceur.

Elle me donne bien davantage que je ne lui offrirai jamais. Son cadeau le plus précieux : la confiance accordée et sa tendresse immense.

C'est une vie très enrichissante qui nous attend, elle et moi. Je vais l'emmener vers de nouvelles découvertes, lui faire rencontrer de plus en plus de lieux différents et d'êtres humains afin de, progressivement, en douceur et sans forcer, lui redonner la confiance perdue et lui faire oublier le plus possible les brutalités vécues et traumatismes ancrés en elle.

En l'observant, j'apprends et percevrai davantage au fil du temps, tout ce qu'elle a pu vivre, tout ce qu'elle est, ce qu'elle aime et la guiderai de mieux en mieux vers sa plénitude.

Adoption d'une Podenca : mon témoignage 3 semaines après la venue de Belle.

Je ne connaissais absolument pas les Podencos. Au premier regard posé sur ma Belle, j'ai compris qu'ils sont des chiens exceptionnels de grâce, de douceur, d'adaptation et d'acceptation. Leur faculté de résilience est immense, admirable. 

Je remercie la vie pour ce cadeau merveilleux.

 

Dominique Bégas.

Voir les commentaires

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

Publié le par Podencostory

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

…. 6 MOIS DEJA…. 6 MOIS SEULEMENT….

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

 

ELLE :

        Avant je ne connaissais a priori rien d’autre que la chasse, le chenil et la reproduction. Vide de tout, même d’un nom ! C’est durant mes 6 mois de fourrière que j’ai commencé à exister sous le modeste prénom de « Fifille » (c’était un début). Puis sont arrivés des noms tendres et doux à l’oreille, des noms de douceur « Bonbon », de fleur « Rose » (enfin j’avais de l’importance) puis Lisbonne, mon prénom pour la vie. Des petits surnoms rigolos ont également commencé à jalonner mon existence ; « WiFi » quand mes oreilles toute pointues se dressent en mode connexion, ou « 4X4 » quand je trottine en mode tout terrain.

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

Au sortir de fourrière, je suis d’abord restée auprès d’une nounou extraordinaire avant d’arriver chez mon humaine, une sacrée drôle de personne qui craignait tant de ne pas être à la hauteur. Tel le penseur de Rodin, elle s’est d’emblée posée 1000 et 1 questions les 1ères semaines de mon arrivée (ohh, MERCI Katia pour ta patience sans faille. Pfiouh…  c’était pas gagné !!!!). Toujours à se plier en 4 pour me rendre heureuse, à vouloir m’en mettre plein la vue et des idées plein la tête , oubliant qu’elle me nourrissait de l’essentiel : m’aimer et me respecter…. Mais j’ai vite compris qu’il suffisait de plonger mon regard de miel dans le sien pour la rassurer. D'un petit bouton de Rose j’étais devenue la Tout Terrain des émotions !

Ah là là, ces humains quand même ! Ou ils ne donnent rien que de la souffrance ou ils veulent le meilleur pour nous, le best, le must ! Moi, comme tous les chiens, j’ai toujours voulu donner le meilleur de moi-même, j’avais tellement de retard, tant de sentiments refoulés !

Quand on parle de l’hyper attachement du chien envers son maître, QUID de l’hyper attachement du maître vis-à-vis de son chien ! Car je crois bien que c’est le cas pour mon humaine, elle est raid dingue de moi ( faut dire qu’en plus je suis canon !) et j’avoue ne pas m’en plaindre !! Quand elle me parle, ma petite queue se met à tournicoter de bonheur tel un moulin à vent, mes yeux de miel se font encore plus doux et mon p’tit bout de nez tout rose respire avec délectation son odeur…. Elle porte sur moi tous les jours une telle bienveillance, à chaque instant, et à sa façon de me regarder, à la douceur de ses caresses, au ton de sa voix emplie de tendresse…. je suis heureuse…. enfin……

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

MOI :

          Lisbonne et moi, c’est une belle rencontre, tout en douceur, délicatesse et légèreté. Chaque jour, elle m’apporte le témoignage de sa renaissance et sa gaieté toute neuve. A force d’avoir appris à ne pas faire de vague pour survivre, elle s’étonne souvent de la bienveillance des humains et de l’intérêt que l’on peut lui porter. La frayeur exacerbée qu’elle manifeste devant certains bruits ne laisse aucun doute sur la brutalité de sa vie d’avant ; à la façon qu’elle a de s’aplatir quand je la gronde ( et oui, ne m’en veuillez pas, il m’arrive de la gronder L…) je n’ose imaginer son passé ; heureusement, ses cauchemars nocturnes se sont peu à peu dissipés . Lorsqu'elle se trouve face à une situation nouvelle ou dans un environnement qui lui est étranger, elle reste plantée là, dans l’expectative, pour ne pas se faire remarquer et rester discrète, invisible…. Encore cette fichue crainte d’attirer l’attention sur elle !!

Peu à peu, à son rythme , elle s’est autorisée enfin, découvre aujourd'hui le plaisir et le bonheur d’être bien et les freins de notre timidité mutuelle lors de notre rencontre sont depuis longtemps tombés. Quel beau chemin que celui de l’adoption. Jamais je n’oublierai cette 1ère fois où elle a enfin osé me regarder, sa petite queue frétillante, c’était si intense….

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

Tout est bonheur pour elle ! Je la regarde, c’est du bonheur ! Je lui parle, c’est du bonheur ! Je l’appelle, c’est l’extase, le graal ! Et de s’impatienter pour sa balade quotidienne, adorablement maladroite dans l’effusion ! Il est déjà bien loin le temps où elle restait plantée comme une momie, sans broncher ni bouger la moindre moustache pendant que je lui mettais son harnais !!

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

Toujours contente, elle s’émerveille de tout,  discrets petits battements de queue au début, véritable tourniquet aujourd’hui ! Bavarde :  toujours quelque chose à raconter ! Palme d’or d’une tendre charmeuse ! Petit clown à ses heures ! Malicieuse et gourmande de tout ! Et surtout, surtout, séductrice hors pair, Mademoiselle sait y faire !! Vous l’aurez compris, Lisbonne cultive désormais la béatitude sans aucune modération et comme elle a raison !!

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..
Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

….. Petit brainstorming pour terminer…. Ma pod,   (Re)Naissance ,    Aimable,    Aimante,    Bien-aimée,    Bienheureuse…..

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

ELLE :

         Bénévoles, adoptants et futurs adoptants je vous aime pour m’avoir sortie de l’enfer, pour penser à tous les miens qui rêvent d’une vie meilleure, d’une vie tout simplement. Vous êtes formidables !

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

MOI :

         A toi ma Lisou pour m’avoir permis de rencontrer de si belles personnes.

         A toi ma Lisou, ma douce, pour m’apprendre chaque jour la patience, l’humilité mais aussi la fierté de te voir renaître et t’apporter le bonheur et la joie.

         Merci ma Lisou de m’avoir permis en t’adoptant d’apporter un minuscule grain de sable à cette cause des chiens martyrs et de tous les chiens en souffrance.

         Merci ma Lisou, ma Douce pour ce beau regard de miel que tu portes sur moi chaque jour…..

 

Papotage entre Lisbonne, petite podenca portugaise de 4 ans, et son humaine…..

 « Tant qu’une personne n’a pas aimé un animal, une partie de l’âme de cette personne reste endormie »

                                                                                                                                               Anatole France

Voir les commentaires

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

Publié le par Podencostory

Coucou les deux pattes.

Je suis Lupi, on dit que je suis une petite Pod de 3 mois.

 

 

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

J'ai passé le début de ma vie dans le Rio Seco près de Malaga, ensuite au refugio de Julia en Andalousie, puis en famille d'accueil et enfin me voilà en Belgique chez un deux pattes qui a l'air sympa.

Ne croyez pas ce que l'on raconte sur les Pods. 

Moi,  je ne pose jamais,

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

Je ne chasse pas tous ce qui bouge,

 

 

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

et je ne suis pas contorsionniste, juste relax.

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

Je ne suis pas mon deux pattes partout et encore moins à la cuisine ! 

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

et ne pique rien, j'ai une âme de collectionneuse, c'est comme ça.

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

Vivre en grappe ? Quelle horreur!

Moi, Lupi, petite podenca de 3 mois

Alors, je peux rentrer dans le club ? 

Voir les commentaires

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Publié le par Podencostory

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Voici maintenant 5 mois que nous partageons notre vie avec Abby (anciennement Avi), petite podenca andalouse de 8kg toute mouillée et avec quelques plombs, résidus de chasse sous la peau !

Nous avions décidé que nous accueillerions une petite chienne de type « primitif », ayant connue la rue et la misère après un séjour au Cap Vert. Quelques recherches plus tard nous avons appris l’histoire des podenco, si proche physiquement, de caractère et par leurs conditions de vie misérables des chiens du Cap Vert.

Mais notre maison était déjà le royaume de deux minettes de 6 ans, adoptées adultes, pots de colle, sans méfiance et pleine de petites manies (des chats quoi ?). Nous avons beaucoup réfléchi : chasseur le pod, imprévisible, fugueur, destructeur, bref, pas forcément engageant ... 

Il y a aussi eu les personnes qui questionnaient :  « Pourquoi aller adopter en Espagne, il y a tellement de chiens abandonnés en France ! ». C’est vrai, mais ce n’était pas notre projet à nous, notre chien des rues ...

Des personnes plus impératives : « Prenez un chiot il sera comme vous voulez ! Avec un adulte c’est risqué, c’est pas pareil, il a déjà son caractère, c’est pas le même lien ! » L’impression de toute puissance humaine ! L’homme qui modèle son chien à son image comme Dieu a fait l’homme à la sienne ! Et faut voir ce que ça a donné ... ! On n’apprend pas à vivre ensemble, à s’apprivoiser, on modèle !

C’est comme ça, qu’après beaucoup beaucoup (trop ?) de temps de réflexion, une photo de notre petite puce vue sur un site puis une super rencontre avec Katia du Cercle des podencos, qu’Abby, notre chiot de 10 ans, qui vient d’Espagne, qui a très certainement chassé et qui est positive à la leishmaniose (!) est arrivée chez nous ?

 

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Que dire aujourd’hui si ce n’est que nous ne regrettons absolument pas notre choix d’avoir adoptée une mamie, podenca qui plus est !

Abby, c’est un petit rayon de soleil pour qui tout est bonheur. Une balade : bonheur ! Une friandise : bonheur ! Une parole : bonheur ! Un regard sur elle : bonheur ! Un câlin : trop trop de bonheur ! (elle fait l’hélicoptère avec sa queue quand elle est au summum de la joie).  

 

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Son côté chasseur, imprévisible et fugueur ? Rien, pratiquement aucun atavisme chez elle, un chat inconnu peut détaler devant elle, elle n’y prête aucune attention, ne court pas après. Les oiseaux par contre, elle les croquerait bien. Mais un gentil : « Abby, non, non » suffit à la faire revenir (ça marche aussi pour les poubelles, son deuxième gibier de prédilection qu’elle croise tous les mardi et jeudi en balade ...). Et elle ne cherche surtout pas à partir, surtout surtout pas (!) ce qu’elle veut elle au contraire c’est être tout à côté de nous, toujours, voilà son évasion à notre podenca !

 

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca
Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Destructrice ? En 5 mois nous ne déplorons aucune destruction si ce n’est le plumeau des chats auquel elle a soigneusement enlevé toutes les plumes (donc ce n’est plus un plumeau mais une ficelle). 

Bien sûr, il y a aussi eu quelques apprentissages pour nous primo-adoptants : comment partager le territoire entre chien et chats pour que chacun trouve sa place. Sur la propreté, Abby n’avait jamais réellement appris la propreté. Pour ça nous avons été accompagnés par le Cercle des podenco et une comportementaliste, Nelly ! Abby a très vite été propre, a appris à respecter le coin des chats et à apprécier les promenades même en pleine ville, notre petite miss trouille qui avait peur des bruits de moteurs et n’avançait plus. 

Il faut avouer, pour être totalement impartial, qu’elle reste parfois un peu sourde, notamment quand elle dort au soleil et ne souhaite pas bouger, ça effectivement ça semble bien être une maladie de pod ?

 

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Aujourd’hui Abby se balade en ville en remuant la queue, va au devant de chaque inconnu pour les saluer d’un remuement de queue, reste sagement couché à côté de nous au restaurant en regardant les tables d’à côté où le serveur de l’air pitoyable d’un chien affamé et brimé (et ça marche, hier elle a mangé de la bavette à l’œil offert par le serveur qu’elle a charmé ?), court libre et heureuse les week-ends à la campagne, court avec ses chats (ils s’embrassent aussi parfois), aime aller rendre visite à la famille et aux amis et partage même son jardin en ce moment avec un jeune hérisson orphelin qu’elle ignore superbement.

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca
Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Elle couve son humaine de l’œil : elle aime tout le monde mais son humaine, elle se calque dessus, tant pis si Monsieur est parfois un peu dépité lui qui se charge pourtant des gamelles pour amadouer la bête ... mais là aussi le temps fait et fera encore son bout de chemin, on ne sait pas ce qu’elle a vécu avant notre petite pod

Et parfois un geste plus brusque (comme faire claquer ses mains pour écraser un moustique ou l’attraper un peu trop vite pour elle pour mettre ou enlever son harnais) nous rappelle que sa vie n’a pas été simple lorsqu’elle part se cacher ! Il faut alors lui laisser le temps, se rappeler toujours que derrière ce petit être si pétillant se cachent encore les séquelles d’une vie bien lourde. Alors avec douceur et compréhension notre petite podenca se transforme très vite, à nouveau, en un petit rayon de soleil ! 

Premiers pas avec Abby, notre mamie podenca

Voir les commentaires

Travailler le rappel

Publié le par Podencostory

Travailler le rappel

Le rappel ou réflexions, trucs, astuces et savoir faire pour avoir un bon rappel avec son chien.

Le rappel c’est quoi ? 

Comprendre ce qu’est le rappel,

Rappeler son chien est, sans doute, l’action que l’on effectue le plus souvent - puisqu’on la met en place aussi bien en extérieur qu’à la maison - celle pour laquelle nous sommes le plus exigeant - car, enfin, quand même, si je l’appelle, je veux qu’il vienne ! - celle qui nous plonge dans des affres de solitude insondables - rappelez vous cette fois, où il pleuvait des trombes, seul-e au fond du jardin, à rappeler frénétiquement votre petit compagnon... bien décidé à faire la peau au chat du voisin - et enfin, celle qui met en exergue de la manière la plus socialement difficile à assumer notre relation avec notre chien.

Le rappel. Combien de fois n’ai-je pas entendu un propriétaire de chien m’expliquer par A+B que son chien était parfait, mais ne revenait que quand il voulait. Combien de fois n’ai-je vu des propriétaires de chien s’énerver sur leur petit compagnon lorsqu’au bout du 50 ème rappel celui-ci daignait enfin le regarder une seconde pour finalement aller plus loin. Combien de chiens peut-on voir revenir la queue entre les pattes, oreilles basses et combien de chiens restent en laisse... parce que « il n’a pas de rappel ».

D’un point de vue strictement pratique, le rappel est donc à la fois ce qui permet au chien d’être libre et au propriétaire d’être rassuré et sécurisé. D’un point de vue relationnel, le rappel est avant tout le miroir de la qualité du lien entre un chien et son référent : la somme entre le temps passé ensemble, ce que l’on demande à son chien au quotidien, ce que l’on retient de ce qu’il fait, ce que nous lui proposons aussi, les espaces de liberté que nous lui aménageons, ce que nous comprenons de notre chien et que nous acceptons de lui. 

Comprendre ce que n’est pas le rappel,

Pour avoir un bon rappel, il faut d’abord comprendre ce que le rappel n’est pas. Car mal utilisé, ou utilisé à mauvais escient, on ne fait que pourrir un signal qui devrait être hautement valorisé. 

Le rappel ce n’est pas :

• un moyen de savoir où est son chien

• Un moyen de stopper son chien dans un mouvement ou de l’empêcher de s’éloigner de soi

• Un outil de valorisation sociale pour montrer aux autres que « le mien, il revient »

• Un outil de contrôle pour qu’il reste près de soi

En somme, toutes les fois où l’on utilise le signal de rappel pour autre chose que la nécessité d’avoir son chien près de soi le plus vite possible, nous apprenons à notre chien à se méfier de ce signal, à ne plus l’entendre, à ne plus faire attention à nous qui sommes celui ou celle par qui ce signal arrive et finalement à se désintéresser de nous. 

Les conditions nécessaires pour un bon rappel

Pour avoir un bon rappel avec son chien - une fois compris toutes les situations où l’on ne doit pas utiliser le rappel - il faut travailler en amont et donc déterminer plus précisément quand et pourquoi on doit rappeler son chien. 

Quand ? Si l’on rappelle notre chien, c’est qu’il est loin de nous (plus ou moins, dépendant de la situation, mais pas à côté, c’est à dire pas au contact), cela semble aller de soi, mais finalement si l’on se remémore un peu toutes les situations où l’on dit « Viens » on se rend vite compte que souvent (trop) on le dit, alors que précisément le chien est à côté et que l’on veut qu’il nous suive - c’est à dire autre chose que le comportement demandé.

Pourquoi ? On rappelle son chien pour faire quelque chose avec lui et en règle générale, ce quelque chose n’est pas intéressant à ses yeux : remettre la laisse, repartir du parc, quitter les copains... Le rappel est donc cette chose que l’on utilise pour interrompre la vie de notre chien - qui à ce moment là est toujours parfaitement palpitante. 

Le rappel c’est donc un signal qui permet d’indiquer au chien que l’on veut qu’il vienne à nous, le plus vite possible, par le chemin le plus court, jusqu’à ce que l’on puisse le toucher, quelle que soit la situation et les stimulations.

Avant de pouvoir mettre en place et espérer avoir un bon rappel, il est donc nécessaire de travailler trois points avec son chien :

- ne pas lui mentir : lorsque j’ai besoin de savoir où il est, je ne le rappelle pas, je crée un signal d’attention qui lui donne envie de se montrer régulièrement, de ne pas disparaître et de faire attention à moi

• Ne pas se transformer soi-même en signal synonyme d’empêchement : à l’extérieur, si l’on n’interagit avec son chien que pour lui dire « Non », l’empêcher de faire quelque chose ou d’aller quelque part... toute interaction proposée ou demandée sera automatiquement associée à du négatif et l’on devient soi-même négatif. Ce qui pousse le chien petit à petit à ne plus faire attention à nous.

• Renforcer les comportements d’attention : avant de faire travailler le rappel, on doit d’abord donner envie au chien de faire attention à nous sans exiger autre chose en échange. Mon chien me regarde, me suit, même s’il est à 2 à mètres devant ou derrière ou à droite ... bref, toutes ces fois où sans rien demander, le chien montre un intérêt, une attention... je renforce. Ce faisant, je lui montre que c’est un comportement qui rapporte, qui me fait plaisir et que je souhaite voir répéter. 

Ces trois points sont le terreau du travail de rappel. Si en extérieur, vous avez un chien qui ne se connecte pas à vous... ce sera votre premier travail. 

Le second sera de ne pas exiger un chien robot télépathe qui fait tout ce que vous voulez au moment où vous y pensez. 

Techniques d’apprentissage du rappel


Du plus facile au plus compliqué:

Pour tout apprentissage, il y a certaines règles qu’il faut suivre pour s’assurer un succès durable :

• on travaille toujours en partant du niveau de départ du chien et en allant du plus facile au plus compliqué

• C’est le chien qui donne le rythme de progression, jamais l’éducateur

• On travaille une difficulté après l'autre (Durée, Distance, Distractions et Diversité)

• On renforce chaque bon comportement 

• Apprendre sans stress et sans crainte est gage d’efficacité et de durabilité

• On ne propose jamais quelque chose de négatif après un bon comportement. : je t’appelle, tu viens et à l’arrivée je te mets en laisse par exemple 

En règle générale, le plus facile, c’est à la maison : parce qu’il n’y a pas de stimulations inattendues qui pourraient venir perturber l’apprentissage. On commence donc tranquillement par créer une association d’idée entre le signal du rappel (par exemple « Viens ») avec le comportement attendu (tu te déplaces le plus vite possible, jusqu’à moi, jusqu’à ce que je puisse te toucher). 

A l’arrivée, c’est toujours que du positif : un câlin, un « c’est bien », une friandise et on rend la liberté. 

Petite astuce bien pratique : lors de la remise en liberté, pensez à mettre un signal (« Va » par exemple) pour signifier au chien que le fait de repartir est conditionné et non volé.

La progression d’apprentissage doit respecter la logique « du plus facile au plus compliqué ». Une fois le rappel bien ancré à la maison, on peut commencer à le travailler dans des lieux clos ou semis clos inconnus ; puis des espaces ouverts que l’on choisira judicieusement (lieux et heures) afin qu’ils n’offrent que peu de stimulations au départ. 

Puis on augmentera progressivement les stimulations de sorte que le chien soit toujours en succès. 

La progression d’apprentissage n’est pas un test pour voir si le chien va savoir faire. L’apprentissage, c’est s’assurer de toujours faire faire la bonne association d’idée. Ôtez vous donc de la tête cette manie du test « juste pour voir si... ». A chaque répétition où vous faites faire à votre chien une mauvaise association d’idée, dites vous que vous venez de perdre un point et que vous venez de créer dans son cerveau la croyance que certaines fois, il peut faire autre chose que venir. Cela n’a aucun intérêt éducatif et reste tout à fait contre productif. Chaque répétition effectuée devrait donc être une nouvelle manière pour vous de consolider le comportement que vous souhaitez voir proposer par votre chien. 

Le temps de l’apprentissage est donc avant tout la durée pendant laquelle vous créez des situations où vous mettez votre chien en succès. Si vous n’êtes pas sûr de le faire gagner, ne dites rien...cela ne ferait que créer une mauvaise association d’idée. 

Pendant cet apprentissage, il ne sert à rien de vouloir utiliser le signal du rappel pour obtenir le comportement souhaité. Autrement dit, vous ne pouvez pas d’un côté faire travailler votre chien pour lui apprendre à venir sur signal et d’un autre côté, exiger de lui de savoir faire dans certaines situations (rarement paisibles d’ailleurs la plupart du temps). 

Tant que votre chien est en apprentissage, on ne prend pas de risque inutile : en dehors des exercices où vous maîtrisez l’environnement, soit votre chien est attaché, soit vous êtes certain de ne pas avoir besoin de le rappeler en urgence (c’est à dire très rarement). 

Enfin, ne pas oublier que le fait de revenir vers son référent devrait toujours être une action joyeuse et stimulante pour un chien. Si ce n’est pas le cas, pour lui ou vous, modifiez la progression. 

Apprendre le rappel à son chien est avant tout une histoire de confiance. Confiance en ses capacités à apprendre, en vos compétences et en votre relation.

Nelly DEMESTRE, comportementaliste à Cityzen Pets

Voir les commentaires

Le Journal de Pongo, il est Adopté!!

Publié le par Podencostory

"Coucou c'est moi Pongo, 

 

Le Journal de Pongo, il est Adopté!!

Après une adoption ratée, mes anges gardiens sont venus me récupérer,

Je suis resté quelques jours chez Kpod, mais comme j'adore les chats, je me suis retrouvé chez une FA sans chat.

Donc, j'arrive le 21 décembre 2018, comme un cadeau avant Noël chez mon pote Jan.

Les débuts sont difficiles, il est chez lui et je ne connais pas le fonctionnement de cette maison. Je n'ai pas le droit de monter sur le canapé Jan grogne... sympa!

Nos gamelles sont séparées car Jan grogne... sympa!

Je n'ai pas le droit d'aller dans la chambre, Jan grogne encore... Hé, j'ai quand même le droit d'aller pisser dans le jardin, non?

Le Journal de Pongo, il est Adopté!!

J'ai jamais eu l'idée d'aller chez les voisins, par contre je creuse un peu. Ben il y a des lézards...!

J'ai une autre passion: la chasse aux souris, il y en a sous la terrasse en bois et dans le garage.

Comme je suis vif, j'alterne entre les deux, trop cool!

Dans le jardin justement, il y avait un câble qui tenait un arbre. En chahutant avec Jan, je me le suis pris en pleine patte, ça fait mal... Je crie, je pleure, je boite, je vais chez le véto. Rien de grave, mais nous avons eu très peur, d'ailleurs le câble a disparu!

Au début, je ne reviens pas quand on m'appelle, mais, comme je suis gourmand, le son de la gamelle me fait rentrer illico!

Le Journal de Pongo, il est Adopté!!

Parlons en de la bouffe, les hauts de cuisses grillées au four, avec des petites coquillettes dans le jus, des haricots verts et des carottes... Hum, un pur délice, et c'est pas cher! Je vous donnerais la recette, je suis toujours là quand elle dépiaute le poulet, et il y a toujours des bouts qui tombent... hé hé!

Maintenant que ça se passe bien avec Jan, en deux jours on est pas des sauvages non plus, et comme je ne sais pas ouvrir les portes, quand j'ai envie de sortir j'appelle mon copain qui lui sait faire ça!

Jan c'est mon poto! Il me lave même les oreilles :)
Jan c'est mon poto! Il me lave même les oreilles :)

Jan c'est mon poto! Il me lave même les oreilles :)

Parlons de balades, j'en fait plein, et ça me change beaucoup! Au début, on a fait comme pour Jan. Je tire beaucoup sur la laisse, donc il va falloir que j'apprenne à me réguler, mais il y a tellement d'odeurs dans ces bois que j'ai du mal.

Il y a un endroit que j'adore, mais il faut prendre la voiture. La voiture? Pas de soucis, j'adore!

On arrive encore dans les bois, mais après 5 minutes un lac et du sable blanc, de l'eau, ouiiiii!!!

Je saute, je cours, pas trop loin, j'ai la laisse! Alors que Jan se plaint: ouais... j'ai du sable entre mes ergots, l'eau ça mouille, et j'aime pas ça, et pis y a des branches que je dois enjamber... Tu parles d'un vieux, toi! Si j'avais été lâché, crois moi que j'en aurais profité dix fois plus!

On a ramené des pignes de pin. Quand je serai adopté, je les donnerai en guise de cadeau.

Je vous souhaite à tous un très bonne année, la mienne a super bien commencé. Bisous!"

 

 

Le Journal de Pongo, il est Adopté!!

Il est adopté! 

Pongo est un Podenco-Basenji de 2 ans et demi. 
C'est un pod taille moyenne, 45 cm environ pour 15 kgs. 
C'est un chien très intelligent. Quand il pose ses yeux sur vous, vous le savez! 
Il est jeune, très joueur et dynamique en extérieur. Il n'a pas de rappel pour l'instant, trop heureux d'avoir des balades. Donc si vous trouvez vos bras trop courts, adoptez Pongo! ;)
En jardin, il fouine, joue avec son copain pod, Pongo est très sociable avec tous, mâle ou femelle. 
Il n'est pas fugueur et ne saute pas, il ne passe même pas des clôtures d'1 m20. Il cherche les souris au garage, joue, sniff..... puis vient chercher des câlins et a un rappel incroyable dès qu'on tape sur sa gamelle.
En intérieur, il est génial, calme, propre, et pas une bêtise même si vous partez travailler! Rien! 
Avec les chats, il est trop tonique donc pas de chat! Mais on doute qu'il soit agressif au réel mais on va pas le laisser aller au bout de son action......et non.....donc pas de chat! 
Ce chien est beau, vif et joyeux! Un vrai rayon de soleil. 
Il est en pleine santé, identifié, stérilisé et vacciné.
Vous pouvez le rencontrer sur Bordeaux. 

Contact: podandpote@gmail.com

Voir les commentaires

Des nouvelles de Cubana

Publié le par Podencostory

Des nouvelles de Cubana

Voici 6 mois que Cubana, rebaptisée NORA à son arrivée chez nous, est entrée dans notre vie.

Podenco femelle de 3 ans, elle fait, depuis, notre bonheur.

Elle a même été adoptée par nos voisins et par les promeneurs que l'on croise quotidiennement, sans oublier la famille évidemment.

Elle est encore (mais beaucoup moins) craintive, douce et gentille avec les enfants, fort heureusement car je suis assistante maternelle.

Elle a même fait ami-ami avec le chat du voisin.

Nous sommes dans un quartier où nombre d'animaux se côtoient : oiseaux, chats, chiens, écureuils mais Nora les épie et les surveille gentiment.

Par contre, lors de certaines balades, la coquine n'hésite pas à "chasser" lapins et mulots.....mais nous n'avons pas encore pu goûter aux fruits de sa chasse :-).

 

Des nouvelles de Cubana

Elle fait notre fierté quand les badauds nous arrêtent pour nous dire combien elle est belle et pour nous demander à quelle race elle appartient.

 

Des nouvelles de Cubana

Elle est très calme, adorant se prélasser au soleil dans le jardin : aïe, aïe, aïe, nous appréhendons un peu l'hiver...et ne fait pas de bêtises,à l'intérieur, quand nous nous absentons de la maison, mais encore jamais plus de quelques heures..et bien entendu, c'est la fête à notre retour !!!!!

Depuis 40 ans que nous sommes mariés, c'est notre premier toutou et nous nous demandons pourquoi nous n'en avons pas adopté avant, tant elle nous apporte bien-être et réconfort : un remède anti-stress en quelque sorte :-).

 

 

 

Des nouvelles de Cubana

Avis aux futurs adoptants : réfléchissez mais pas trop longtemps, faites comme nous, une liste avec le pour et le contre et, au final, vous vous apercevrez que la colonne des "pour"est bien plus grande que l'autre.

Alors, allez-y, vous ferez un heureux et il vous rendra au centuple ce que vous lui apporterez.

 

Des nouvelles de Cubana

Remerciements à Sarah, Nicolas et Larsen, famille d'accueil de Nora, de nous l'avoir présentée lors d'une visite dans la Marne.

Nadine et Philippe de CHALONS EN CHAMPAGNE : des adoptants H E U R E U X 

Voir les commentaires

Notre Jazz

Publié le par Podencostory

Voilà notre histoire, 

Nous venions de perdre notre pinscher.Nous souhaitions donner sa chance à un petit malheureux dans un refuge. Ma belle mère étant bénévole dans une association de sauvetage en Espagne. L’adoption de jazz a été comme une évidence lorsque l’association nous a orienté vers jazz qui pouvait correspondre à notre vie familiale. 

 

 

 

 

Notre Jazz

Il est arrivé par camion, il y a 4 mois d'un refuge d'Espagne.

Dès que nous sommes allés le chercher , il a tout de suite adopté ma grande fille qui est devenue sa référente.  

Il s’est habitué tout de suite à nos habitudes , et s’est tout de suite bien entendu avec la chienne de la maison qui était là depuis quelques mois. Ils passent leurs journées à jouer.

 

Jazz avec sa super copine Socket
Jazz avec sa super copine Socket

Jazz avec sa super copine Socket

Un amour de chien , il nous donne l’impression d’avoir toujours vécu avec nous .Très sage. 

Bref une vraie histoire d’amour , un ange . 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>